Victorieux de six de leurs sept derniers matchs, les Bucks montent en puissance à l’approche des playoffs. Et il n’y a pas que Giannis Antetokounmpo qui est performant puisque c’est globalement tout un groupe qui trouve progressivement son rythme de croisière.

Victorieux de six de leurs sept derniers matchs, les Bucks montent en puissance à l’approche des playoffs. Et il n’y a pas que Giannis Antetokounmpo qui est performant puisque c’est globalement tout un groupe qui trouve progressivement son rythme de croisière.

Avec 17 points, 11 rebonds et 7 passes de Giannis Antetokounmpo, les Bucks s’imposent 141-133 face aux Rockets, et ils s’emparent de la 2e place de la conférence Est.

Sans faire de bruit, les Bucks se rapprochent des sommets de la conférence Est, et ce samedi matin, ils sont à la 2e place, derrière des Sixers (46v-21d) qui restent sur 7 victoires de suite, mais devant des Nets qui s’effondrent en mai. Milwaukee possède le même bilan que Brooklyn (43v-24d), mais possède le « tie-breaker » après avoir remporté deux victoires sur trois face aux coéquipiers de Kevin Durant.

Pour les Bucks, cette rencontre avec Houston avait des airs de revanche après le revers subi il y a une semaine au Texas, et Giannis Antetokounmpo, même malade, donne le ton avec ses drives habituels.

Cette fois, il ne marche sur le pied de personne, et Milwaukee s’échappe déjà. Le « Greek Freak » en est déjà à 11 points. Côté Houston, on joue à huit et le nouveau venu, Khyri Thomas, arrivé à Milwaukee en voiture, se met vite dans le rythme avec du shoot à 3-points. On a l’impression de revoir les Rockets version Harden, et ça fait mouche de partout ! Après douze minutes, Houston est au contact (34-34).

Et les anonymes de Houston confirment avec Armoni Brooks qui fait aussi mouche de loin. Les Bucks passent en zone, mais DJ Augustin les piège avec une passe en backdoor pour Kelly Olynyk. Le duo Thomas-Brooks continue son festival et Houston s’offre cinq points d’avance (46-41). Mike Budenholzer remet ses stars sur le terrain, et Giannis Antetokounmpo peut reprendre ses coast-to-coast habituels. Et quand il fait un airball à 3-points, Brook Lopez ramasse les miettes pour un dunk arrière. Milwaukee respire un peu mieux à la pause (64-63).

Un déluge de 3-points
Transparent jusque-là, Khris Middleton plante deux 3-points, et Milwaukee signe un 12-2 pour vraiment se donner de l’air (75-66). Brook Lopez l’imite, et le pivot des Bucks s’offre même un dunk « Statue de la liberté » en prenant la ligne de fond, et ça fait 11 points d’avance (85-74).

Côté Houston, ça ne déçoit pas, et il y a de l’enthousiasme comme sur ce alley-oop de Kenyon Martin Jr. Franchement, les jeunes Rockets font plaisir à voir alors que l’effectif ressemble à un roster de G-League. Grâce à leur adresse à 3-points, ils restent en vie, et l’écart oscille entre 10 et 15 points.

Pour une raison étrange, Mike Budenholzer garde Giannis Antetokounmpo sur le terrain jusqu’au « money time ». Pourtant, les Bucks contrôlent les opérations (121-108). Le double MVP sort à quatre minutes de la fin, et ce sont Krhis Middleton, toujours sur le terrain, et Brook Lopez qui se chargent de repousser les nombreux 3-points des Rockets. À l’arrivée, Milwaukee s’impose 141-133, et s’empare donc de la 2e place de la conférence Est.

Retour à l'accueil