Jayson Tatum permet aux Celtics de renverser les Spurs en inscrivant 60 points

Dans la lutte pour les barrages, Boston, qui cherche à les éviter à l'Est, recevait San Antonio, qui bataille pour les jouer à l'Ouest. En a résulté un des matches de la saison, au scénario improbable, qui a souri aux C's après prolongation (143-140). Les Spurs pensaient avoir plié la rencontre en comptant 29 points d'avance avant la mi-temps (71,4% de réussite aux tirs !), qui traduisaient alors le non-match de leurs adversaires, à l'exception de Tatum. L'ailier a été exceptionnel de bout en bout, en témoignent ses 60 points (record de franchise de Larry Bird égalé), dont dix dans l'"overtime". Dans son sillage, se sont réveillés en seconde période Jaylen Brown (17 pts) et Marcus Smart (10 pts, 12 passes), qui affichaient zéro à la pause.

Les Spurs, longtemps portés par DeMar DeRozan (30 pts, 14 passes), ont fini par craquer et devront s'en remettre. Ils restent neuvièmes à l'Ouest, derrière Memphis qui s'est défait d'Orlando (92-75). Ja Morant n'a marqué que 8 points, mais son dunk en moulin à vent après alley-oop (passe en l'air), rappelant l'ex-gloire des 80's Dominique Wilkins, valait à lui seul le déplacement.

Jayson Tatum permet aux Celtics de renverser les Spurs en inscrivant 60 points

Le premier quart-temps de ce match se résume à un duel entre Jayson Tatum et les Spurs. En effet, l’ailier des Celtics inscrit 14 des 16 points de son équipe dans cette période. Il a d’ailleurs fallu attendre plus de onze minutes (!) avant de voir un autre joueur que lui marquer un panier pour Boston.

De son côté, San Antonio n’a logiquement aucun mal à creuser l’écart au score, en réussissant deux gros « runs » : un 10-0 puis un 21-2 ! Pour ce faire, les Texans s’appuient à tour de rôle sur Jakob Pelltl, DeMar DeRozan et surtout Dejounte Murray. Après douze minutes, et grâce à leur trio déjà auteur de 26 unités en cumulé, les hommes de Gregg Popovich ont ainsi largué les C’s au tableau d’affichage (39-16).

Dans le second quart-temps, malgré les réussites à 3-points de leurs remplaçants, les choses ne vont pas en s’arrangeant pour les Celtics. Il faut dire que l’adresse insolente des Spurs ne retombe pas, avec un Dejounte Murray toujours en état de grâce à mi-distance (20 points, à 9/9 aux tirs !) et bien relayé par ses coéquipiers. En face, Jayson Tatum (24 points) a beau se démener pour réveiller Boston, rien n’y fait : San Antonio maintient un écart d’une trentaine de points à la pause (77-48) !

Les Celtics enclenchent leur folle remontée
Au retour des vestiaires, les Celtics se réveillent enfin pour progressivement revenir à -10. Si l’inévitable Jayson Tatum poursuit son festival offensif, il peut cette fois-ci compter sur le soutien des quatre autres titulaires des C’s, qui rentrent enfin leurs shoots et leurs 3-points pour renverser San Antonio ! À l’image d’un Dejounte Murray qui rate enfin des tirs, les Spurs perdent de leur superbe en attaque et respirent uniquement grâce aux réussites de Lonnie Walker et Rudy Gay. Mais à douze minutes de la fin, Boston est de retour et le suspense est relancé dans ce match (103-90).

Dans le dernier acte, Jayson Tatum continue de martyriser ses défenseurs les uns après les autres pour ramener davantage les Celtics, intenables à 3-points. Complètement perdus sur le parquet, les Spurs sombrent collectivement et voient les C’s recoller à une possession, avant d’égaliser, à cinq minutes de la fin (118-118) ! Ils étaient pourtant menés de 32 points en première mi-temps…

Dans le « money-time », les deux équipes ne se lâchent toujours pas à une minute de la fin, avec Jayson Tatum et DeMar DeRozan qui se rendent coup pour coup. Moment choisi par Jayson Tatum pour donner l’avantage à Boston, à 3-points. Une première pour les siens depuis un 5-4 dans le premier quart-temps. Mais DeMar DeRozan égalise dans la foulée aux lancers-francs, laissant les joueurs du Massachusetts avec le ballon de la gagne, avec dix secondes à jouer (128-128). Problème : Jayson Tatum ne parvient pas à convertir son « fadeaway » au buzzer. Prolongation !

En prolongation, le rookie Aaron Nesmith lance les Celtics sur une claquette au rebond offensif, mais Keldon Johnson l’imite ensuite, après que DeMar DeRozan ait fait mouche à mi-distance. Puis Jayson Tatum égalise aux lancers-francs, avant de battre son record de points en carrière près du cercle. Sauf que DeMar DeRozan lui répond encore d’un « and-one », à une minute de la fin (135-134) !

Chirurgical à mi-distance, Jayson Tatum sanctionne une nouvelle fois l’impuissante défense des Spurs, mais Lonnie Walker lui rend immédiatement la pareille ! C’est alors que, sur la possession suivante, le maladroit Jaylen Brown est bien trouvé dans le corner à 3-points et, malgré son 4/23 aux tirs, celui-ci ne se fait pas prier pour remettre les C’s devant, à 17 secondes de la fin (139-137) !

Jayson Tatum permet aux Celtics de renverser les Spurs en inscrivant 60 points

Mais contre toute attente, Rudy Gay rate ensuite complètement sa remise en jeu, ce qui permet à Jayson Tatum d’aller assurer la victoire des Celtics aux lancers-francs, en égalant surtout le record de points de sa franchise (60), établi par Larry Bird le 12 mars 1985 ! Malgré les derniers efforts de Patty Mills, San Antonio ne reviendra plus et laisse ainsi Boston valider le troisième plus gros « comeback » de l’histoire (143-140), à l’issue d’un match dantesque !

Auteur de 60 points, 8 rebonds et 5 passes, à 20/37 aux tirs, 5/7 à 3-points et 15/17 aux lancers-francs, Jayson Tatum a été immense toute la soirée, permettant aux Celtics d’espérer encore malgré un déficit d’une trentaine de points en première mi-temps puis en début de deuxième. Côté Spurs, cinq joueurs terminent à 15 points ou plus, dont DeMar DeRozan (30 points, 14 passes), Dejounte Murray (24 points, 8 rebonds, 8 passes) et Lonnie Walker (24 points).

Enfin, Washington a conforté sa 10e place à l'Est, elle aussi synonyme de barrage, en s'imposant aisément à Cleveland. Russell Westbrook a réussi son 31e triple-double de la saison (15 pts, 12 rbds, 11 passes), le 177e de sa carrière, à désormais quatre unités du record historique d'Oscar Robertson.

Retour à l'accueil