Derrick Rose et les Knicks mettent le feu au Madison Square Garden

Knicks - Hawks : 101-92
Les deux équipes sont à égalité 1-1
Le Madison Square Garden n’attendait que ça. De pouvoir vibrer en playoffs et d’accompagner ses joueurs favoris vers la victoire. Battus lors du premier match, les Knicks se sont repris pour s’imposant cette fois-ci contre les Hawks (101-92) devant un public en délire. Un succès arraché en première mi-temps après 24 minutes à l’avantage de leurs adversaires. L’équipe d’Atlanta, encore menée par un très bon Trae Young (30 points), menait de 13 points à la pause. Il fallait du changement du côté de New York. Julius Randle, son meilleur joueur, le MIP de la saison, était à la rue. Aucun panier en quatre tentatives. Tom Thibodeau a alors décidé de lancer Derrick Rose, probablement le membre de son groupe en qui il a le plus confiance. Et ça a changé la donne. Randle a ouvert le troisième quart temps en inscrivant un panier à trois-points et il a enchaîné avec 11 points à 4 sur 5 aux tirs dans les minutes qui ont suivies. De son côté, Rose était impérial. Trop agressif et trop rapide pour les défenseurs des Hawks, il a fini avec 26 points. C’est notamment lui qui donnait le dernier avantage aux Knicks (93-92) pour lancer un 9-0 décisif. Les deux formations sont désormais à égalité avec une victoire chacune avant de prendre la direction d’Atlanta pour les deux prochains matches.

Game 2 sous haute tension au Madison Square Garden. D’un côté, des Knicks qui n’ont déjà plus le droit à l’erreur après leur défaite lors du Game 1. De l’autre, des Hawks qui rêvent de prendre une avance de 2-0 dans cette série, avant de retourner à domicile, dans une salle remplie à 95% de sa capacité maximale.

Dès les premières minutes de cette partie, le « MSG » se fait bruyamment entendre sur chaque action, conspuant évidemment son nouveau « meilleur ennemi », Trae Young. Cette ambiance de feu permet d’ailleurs aux Knicks de prendre le meilleur départ, sous l’impulsion d’un RJ Barrett agressif. Mais en dépit de la sortie rapide de John Collins pour deux fautes, Trae Young, De’Andre Hunter puis Danilo Gallinari refroidissent le Garden à coup de 3-points. Réveillant du même coup les Hawks, qui signent un 11-0 pour s’installer aux commandes (16-8).

Plus Trae Young est sifflé, plus il brille
Si l’arrivée de Derrick Rose donne enfin du rythme au jeu new-yorkais, plombé par les nouvelles difficultés offensives de Julius Randle, régulièrement pris à deux, Atlanta continue d’imposer sa domination sur ce match. À la passe pour Bogdan Bogdanovic, mais également près du cercle, Trae Young dicte le tempo dans cette rencontre, offrant une dizaine de points d’avance à son équipe. Mais l’ouverture respective des bancs aide New York à retrouver des couleurs, malgré la belle entrée de Kevin Huerter en face (27-20).

Dans le second quart-temps, tous les ballons des Knicks passent par Derrick Rose. Heureusement pour eux, bien épaulé par Obi Toppin et le reste des remplaçants new-yorkais, le MVP 2011 en fait bon usage et les hommes de Tom Thibodeau reviennent petit à petit au score, jusqu’à une possession. Dans le dur, les Hawks reprennent ensuite leur marche en avant au retour en jeu de Trae Young et Bogdan Bogdanovic. Suffisant pour conserver les devants, malgré les tentatives de « come-back » dans le camp opposé (40-37).

C’est alors qu’Atlanta appuie sur l’accélérateur en fin de mi-temps, avec notamment un « run » de 9-0 qui met New York K-O. À 3-points (par deux fois), aux lancers-francs ou près du cercle, Trae Young fait le show sous les huées du public. Dans le même temps, Clint Capela protège à merveille son panier et Bogdan Bogdanovic ou De’Andre Hunter apportent leur pierre à l’édifice au scoring. En l’espace de quelques minutes, l’écart a grimpé jusqu’à +15 en faveur des visiteurs, qui mènent ainsi confortablement à mi-parcours (57-44).

New York revigoré après la pause
Au retour des vestiaires, aux côtés de Julius Randle, RJ Barrett et Reggie Bullock, les Knicks décident de repartir avec le duo Derrick Rose – Taj Gibson plutôt que la paire Elfrid Payton – Nerlens Noel.

Ce cinq fonctionne plutôt bien puisque la franchise new-yorkaise, guidée par son adresse à 3-points retrouvée et l’omniprésence de Derrick Rose, grignote son retard. Pour résister aux assauts adverses, les Hawks s’en remettent quant à eux à leur tandem Trae Young – De’Andre Hunter, particulièrement secoué mais qui tient toujours bon (70-58).

En confiance et bien plus à l’aise après la pause, Julius Randle confirme son regain d’énergie en alternant pénétrations, 3-points et décalages pour ses coéquipiers. Parmi eux, on retrouve Derrick Rose, qui poursuit son festival offensif dans un rôle de shooteur, mais également Reggie Bullock, qui sanctionne par deux fois derrière l’arc. Auteurs d’un énorme « run » de 16-2, face à une équipe d’Atlanta désormais en pleine souffrance avec ses remplaçants, les joueurs de New York ont complètement inversé le momentum de cette partie, pour virer en tête à douze minutes de la fin (76-75) !

Dans le dernier quart-temps, le Madison Square Garden explose encore davantage sur un « alley-oop » entre Alec Burks et Obi Toppin. Déchaînés en attaque comme en défense, les Knicks et leur « second unit » sont tout simplement en train de faire exploser des Hawks qui, assez étonnamment, ne rappellent toujours pas leurs titulaires au secours.

Le retour en jeu de Trae Young et compagnie intervient finalement et, comme par magie, les hommes de Nate McMillan parviennent à égaliser, après avoir été menés d’une dizaine de points, quelques instants plus tôt (91-91).

Derrick Rose taille patron
Comme dans le Game 1, le « money time » de ce Game 2 s’annonce ainsi tendu. Mais New York est l’équipe qui s’en tire le mieux dans cette fin de match, grâce à Derrick Rose et Reggie Bullock, à mi-distance et à 3-points.

Puis Taj Gibson, d’un dunk rageur, met un peu plus les siens à l’abri, avant que Julius Randle, d’un « euro-step », ne scelle définitivement le sort de cette rencontre (101-92). Étouffé, Atlanta doit donc déposer les armes après avoir vu les hommes de Tom Thibodeau réaliser un incroyable « comeback » en seconde mi-temps !

Irréprochables de bout en bout, Derrick Rose (26 points, 4 rebonds et 4 passes) et Taj Gibson (6 points, 7 rebonds, 3 interceptions) ont été les hommes forts des Knicks ce soir, pouvant compter sur le soutien de Reggie Bullock (15 points), Julius Randle (15 points, 12 rebonds et 4 passes, mais à 5/16 aux tirs) ou encore Alec Burks (11 points et 8 rebonds) après la pause. En face, Trae Young (30 points, 7 passes) a certes brillé, mais la maladresse de ses coéquipiers l’a empêché de bénéficier de lieutenants suffisamment fiables.

Retour à l'accueil