Anadolu Efes sacré champion de l'EuroLeague pour la première fois de son histoire !

Anadolu Efes, le club d'Istanbul, remporte son premier trophée d'Euroligue après un combat gagné au finish face au FC Barcelone et à Pau Gasol (86-81) ce dimanche.

Pau Gasol ne gagnera probablement jamais l'Euroligue. Le FC Barcelone a en effet échoué dimanche en finale de la compétition européenne majeure au terme d'un gros combat physique remporté par Anadolu Efes, le club d'Istanbul (86-81) qui s'impose pour sa deuxième tentative en finale après l'échec connu en 2019 face au CSKA Moscou (83-91).

Avec onze joueurs (sur douze) de retour deux ans après, dans le terne huis clos de Cologne (Allemagne), l'équipe turque s'est imposée au finish au bout de deux heures et dix minutes, sans prolongation, d'un match irradié par la doublette d'arrières Vasilije Micic (25 points dont 21 en deuxième mi-temps, 8 fautes provoquées), MVP de l'épreuve et du Final Four, et Shane Larkin (21 points, 12 sur 12 aux lancers) qui ont débloqué les deux équipes en deuxième mi-temps (39-36 pour Anadolu Efes à la pause).

L'équipe des deux Français Adrien Moerman (6 points, 8 rebonds) et Rodrigue Beaubois (3 points), qui succèdent à Nando De Colo (CSKA Moscou, 2016 et 2019) et Fabien Causeur (Real Madrid, 2018) au palmarès est le deuxième club turc champion d'Europe après Fenerbahçe en 2017.

1
Champion NBA en 2011 avec les Dallas Mavericks, sans jouer en play-offs, l'arrière français d'Anadolu Efes Rodrigue Beaubois est le premier joueur européen à remporter l'Euroligue après avoir gagné le trophée Larry O'Brien.

Son succès final a été long à se dessiner mais il est amplement mérité sur le match et dans la continuité des trois dernières saisons. L'an dernier, les prouesses du Serbe Micic et de l'Américain naturalisé turc Larkin avaient ébloui la saison régulière (4 défaites en 28 matches) avant l'annulation prématurée de la saison en raison de la pandémie de coronavirus.

Dimanche, l'équipe du coach Ergin Ataman, qui remporte une quatrième Coupe d'Europe distincte et sa première Euroligue, a connu un retard à l'allumage. Ses deux stars ont été étouffées en première mi-temps par les stoppeurs défensifs envoyés par Sarunas Jasikevicius. Le FC Barcelone a mené de dix points (25-15) avant de baisser la garde et de subir l'impact physique de l'équipe turque.

Micic et Larkin ont tout débloqué
À la pause (39-36 pour Anadolu), les deux équipes cumulaient 29 fautes, 37 lancers francs tentés, 16 balles perdues et des petits pourcentages aux tirs, notamment à longue distance. Les stars étaient verrouillées, Micic, Larkin mais aussi Nikola Mirotic (11 points, 4 sur 12 aux tirs, 9 rebonds) et Pau Gasol (1 point, 3 rebonds, 1 contre en 13 minutes) avaient un mal de chien à se défaire de l'emprise défensive.

Le match a changé de visage dans le troisième quart-temps sous l'impulsion des arrières de l'équipe turque. Cory Higgins (23 points), auteur du panier vainqueur en demi-finale face à Milan, s'est mis en route également et les deux équipes se sont livrés un magnifique mano a mano dans le dernier quart-temps

Mais le FC Barcelone (14 balles perdues), revenu à égalité (72-72) à quatre minutes du terme, n'est jamais parvenu à passer devant et a cédé sur des exploits individuels de Micic et Larkin.

Retour à l'accueil