Les Wolves, l’une des pires équipes de la NBA cette saison, ont battu le Jazz, l’une des meilleures, pour la troisième fois en autant de rencontre. Minnesota l’a emporté sur le fil, 105 à 104, avec un excellent D’Angelo Russell. Le meneur remplaçant a marqué 27 points dont 7 paniers primés. Il a surtout inscrit le layup de la victoire sur un oubli défensif de ses adversaires.

Les Wolves, l’une des pires équipes de la NBA cette saison, ont battu le Jazz, l’une des meilleures, pour la troisième fois en autant de rencontre. Minnesota l’a emporté sur le fil, 105 à 104, avec un excellent D’Angelo Russell. Le meneur remplaçant a marqué 27 points dont 7 paniers primés. Il a surtout inscrit le layup de la victoire sur un oubli défensif de ses adversaires.

L'écart se réduit (1,5 victoire) entre Phoenix et Utah, encore battu en back-to-back par Minnesota (105-104). Toujours privé de Donovan Mitchell (cheville), le Jazz n'a pas le même rendement offensivement (38,9% de réussite aux tirs). Rudy Gobert a pourtant réalisé un 8/8 (18 pts, 3 contres) et aurait pu être plus sollicité.

Déjà vainqueurs en tout début de saison et samedi sur le parquet d’Utah, les Wolves ont remis ça à la maison cette nuit, fragilisant un peu plus la place du leader de la conférence Ouest. Le tandem Russell-Towns a été bien secondé par la triplette Edwards-Hernangomez-Reid, alors que les Jordan Clarkson (5/20 au tir), Joe Ingles (3/14) et Bojan Bogdanovic ont quelque peu arrosé. Et Minnesota est donc passé par un trou de souris…

Le Jazz part pourtant très fort, avec un 13-0 aux airs de revanche qui laisse présager une longue soirée pour Minnesota (5-16). Après les deux missiles lointains de Joe Ingles, c’est Royce O’Neale qui s’illustre par deux fois de loin et participe à propulser Utah à +16 après 12 minutes (17-33).

Ersan Ilyasova fait flirter l’écart avec les 20 points, jusqu’à ce que les locaux ne se réveillent, pour de bon. Lew Wolves passent en effet un 20-3, série durant laquelle le tandem Russell-Towns démontre à quel point il peut être efficace, le meneur ponctuant le tout de deux paniers à 3-points pour égaliser puis faire passer les siens en tête à une minute de la pause (46-43).

Sur sa lancée, Minnesota reprend tambour battant. Les deux paniers de Rudy Gobert, à 100% au tir, ne suffisent pas à enrayer la machine adverse qui repart avec deux lay-ups d’Anthony Edwards et Josh Okogie puis un dunk de KAT suivi d’un 3-points (63-59). Les deux nouveaux dunks de Karl-Anthony Towns et Anthony Edwards font alors passer Minnesota à +10 (71-61). Là encore, ni la réaction du tandem Conley-Clarkson ni le dunk de Rudy Gobert ne suffisent, Naz Reid de loin puis Karl-Anthony Towns bouclant le troisième acte pour maintenir l’écart à +13 (83-70).

D’Angelo tombé du ciel

Le Jazz entame alors une course contre la montre et parvient à se remettre dans le droit chemin suite aux paniers Jordan Clarkson et Georges Niang derrière l’arc, ce dernier récidivant à trois reprises en moins de cinq minutes pour ramener son équipe à deux possessions (92-86). Le 2+1 d’Anthony Edwards ne suffit pas, et Utah finit par égaliser suite à deux dunks de Rudy Gobert et deux missiles de la paire Conley-Niang (97-97).

Minnesota se reprend dans la foulée avec D’Angelo Russell de loin et Anthony Edwards au lay-up. Mais Mike Conley semble décidé à en finir, envoyant d’abord Rudy Gobert dans les airs avant d’ajouter un lancer et un step-back à 3-points pour remettre le Jazz en tête, à six secondes de la fin (103-104) !

Lâché par Rudy Gobert en plein milieu de la peinture, D’Angelo Russell bénéficie alors de la passe décisive de Ricky Rubio pour finir au cercle à 4.2 secondes de la fin.

Mike Conley perd le dernier ballon, laissant le camp des Wolves exploser de joie. Il y a de quoi, les Wolves engrangent seulement leur 18e victoire de la saison, dont trois face au leader de la NBA !

Retour à l'accueil