Luka Doncic et Dallas maintiennent les Bucks à terre

Luka Doncic, tout près du triple-double (27 pts, 9 passes, 9 rbds) et Kristaps Porzingis (26 pts, 17 rbds) ont porté Dallas face à Milwaukee (116-101), privé pour le troisième match d'affilée de sa star Giannis Antetokounmpo (genou). Indécise durant trois quart-temps, la rencontre a basculé dans le dernier en faveur des Mavs (7e à l'Ouest) qui ont accéléré (36-17) dans le sillage de Porzingis notamment, auteur de 11 points dont huit d'affilée qui ont tué tout suspense. En face, Donte DiVincenzo (22 pts) et le pivot Bobby Portis (20 pts, 14 rbds) se sont illustrés, mais à l'image de Khris Middleton (14 pts, 6/27), les Bucks (3e à l'Est) ont été trop maladroits (38% de réussite).

Dans ce début de match équilibré, Milwaukee s’appuie sur son collectif pour compenser l’absence de Giannis Antetokounmpo. Le duo Portis-Lopez rentre bien dans sa partie tout comme la paire d’intérieurs adverses : Maxi Kleber (12 points) se montre adroit à longue distance alors que Kristaps Porzingis profite de sa taille pour s’imposer à l’intérieur (14-19).

Défendu par Jrue Holiday, Luka Doncic commence tout aussi bien son match. Toujours avec le souci d’impliquer ses partenaires, le meneur alterne bien les actions individuelles, à l’image ce magnifique fadeaway à mi-distance, avec des passes décisives afin de donner confiance à ses partenaires. À la fin du quart-temps, les Bucks mènent d’une courte tête grâce notamment à leur meneur titulaire (31-29).

Brook Lopez comme au bon vieux temps
Les deux formations continuent leur mano a mano. Dallas tente de s’échapper par l’intermédiaire de Nicolo Melli qui donne un coup de boost à son équipe avec deux paniers primés. Cette réussite longue distance vient conclure un 9-0 en faveur des hommes de Rick Carlisle mais Milwaukee répond de suite par un 8-0 avec un Brook Lopez (16 points) qui confirme ses bonnes dispositions avec sa « vivacité » qui le caractérise (42-44)…

Auteur de 13 points et 8 rebonds en première mi-temps, Kristaps Porzingis montre tout ce qu’il peut apporter que ce soit du contre, ou des points sur rebond offensif et à longue distance. Adroit de loin, Donte DiVincenzo (22 points) joue son rôle de facteur X à merveille avec 9 points marqués sur ce quart-temps sauf que Dallas ne lâche pas l’affaire. Doncic fait preuve d’intelligence en demandant un écran pour marquer deux fois de suite face à Pat Connaughton grâce à son avantage de taille afin de rester sur les talons des joueurs de Mike Budenholzer (56-55).

Le Slovène maintient sa forme au retour des vestiaires avec son fameux step back afin d’atteindre la barre des 20 points. De leur côté, les Bucks la jouent collectif avec 5 paniers inscrits par 5 joueurs différents. Discret, Khris Middleton n’arrive pas à véritablement peser sur cette rencontre. Bien défendu par Dorian Finney-Smith, le numéro 22 de Milwaukee laisse la main au duo Holiday-Lopez (67-68).

Le facteur X Dorian Finney-Smith
Alors que Dallas réussit à construire une petite avance de 8 points pendant le court passage de Luka Doncic sur le banc, on pense que la franchise texane va s’échapper avec le retour de son meneur. Malheureusement pour eux, ce dernier perd deux ballons d’affilée en plus de prendre une faute technique que ses adversaires exploitent parfaitement pour passer un 12-0 et attaquer l’ultime manche avec une légère avance (84-80).

Milwaukee poursuit son effort pour se détacher véritablement à l’image par exemple de Bobby Portis qui profite très bien de l’absence d’Antetokounmpo pour passer la barre des 20 points. Mais les Mavs ont de la ressource, Porzingis ramène les siens à l’aide de deux bombes à 3-points mettant sur orbite son équipe pour le money-time (93-95).

Un money-time qui sera d’ailleurs parfaitement géré par les Mavs. Tout le monde joue son rôle à merveille, le duo Doncic – Porzingis se charge d’alimenter la marque tandis que Dorian Finney-Smith endosse le rôle de facteur X.  L’ailier sécurise le rebond, verrouille l’accès au cercle avec un énorme contre sur Khris Middleton tout en sanctionnant au large de l’autre côté. Au final, Dallas a assené le coup d’accélérateur au bon moment en inscrivant un 27-8 sur les 8 dernières minutes pour finalement s’imposer (116-101) et reprendre sa marche en avant.

Retour à l'accueil