Les Spurs viennent à bout de Washington au terme d'un duel titanesque

Dans chaque conférence, les équipes classées de la 7e à la 10e place s'affronteront pour glaner deux tickets pour les play-offs. Et à San Antonio, les Spurs (9e à l'Ouest) ont dû s'employer pour faire tomber, après prolongation (146-143), Washington (10e à l'Est) qui restait sur neuf succès consécutifs. Un grand DeMar DeRozan (37 pts, 10 passes) a eu le dernier mot sur un excellent Bradley Beal (45 pts). Et Dejounte Murray (25 pts, 17 rbds) s'est démené face à Russell Westbrook, auteur de son 29e triple-double (22 pts, 14 passes, 13 rbds) de la saison, le 175e de sa carrière à désormais six unités du record historique d'Oscar Robertson.

On part directement en fin de 3e quart-temps d’une rencontre ultra-équilibrée jusque-là. DeMar DeRozan profite de sa vitesse pour attaquer le cercle. Son dunk rageur puis son « Eurostep » avec la faute remettent les deux équipes à égalité (95-95) avant d’attaquer le dernier quart-temps. Pour San Antonio, ce sera sans Derrick White, touché à la cheville.

Timide au niveau du scoring, Russell Westbrook monte en puissance. Enfin agressif vers le cercle, il débute fort ce dernier quart-temps et il lance un 10-0 (105-95) ! De nouveau dans le dur, les Spurs vont vite devoir contrôler Russell Westbrook qui se dirige vers un nouveau triple double (109-101). Le Marsupilami de DC reçoit le soutien de Rui Hachimura et d’Alex Len pour repousser les Spurs (113-106).

DeRozan – Beal, un duel de titans
Renvoyé pour sauver la patrie, DeMar DeRozan assume son rôle. À ses côtés, il sait que Mills, Murray ou Keldon Johnson seront là pour l’épauler. L’ancien joueur des Raptors est juste trop fort pour la défense des Wizards. Beal donne tout, mais Mills lui répond. San Antonio inflige un 16-7 pour prendre les commandes (122-120).

La fin de match est magnifique, à l’image duel somptueux entre Beal et DeRozan. Depuis l’entame de match, les deux arrières All-Stars se rendent coup pour coup. Même si Westbrook peut lui aussi faire mal dans le « money time », ce que proposent Beal et DeRozan est tout simplement magnifique. Ils montrent une telle facilité pour scorer. Par deux fois, DeRozan joue son un-contre-un en tête de raquette et il s’élève pour marquer. À 40 secondes de la fin, il redonne deux points d’avance aux siens (133-131).

Mais, Bradley Beal a le temps de lui répondre. Il reste 20 secondes et il parvient, malgré la prise à deux, puis à trois, à scorer dans le trafic. Un panier qui permet aux Wizards d’arracher la prolongation puisque DeMar DeRozan n’arrive pas à marquer au buzzer (133-133).

Russell Westbrook et Bradley Beal loupent le coche
Cinq minutes de bonheur en plus. Comme lors des 48 premières minutes, tous les ballons passent par les mains de Bradley Beal côté Washington et dans ceux de DeMar DeRozan pour San Antonio. Malgré la fatigue et la défense adverse, les deux continuent de dominer. Frustré car l’arbitre lui siffle une faute sévère, Bradley Beal récolte une faute technique et les Spurs prennent trois points d’avance (142-139).

En colère, l’arrière remet son équipe (143-142) devant mais Keldon Johnson drive à travers la défense et lui répond (144-143). Il reste une minute : Russell Westbrook prend le tir mais c’est raté et les Spurs prennent le rebond. Obligés de stopper le jeu, les Wizards font faute sur Patty Mills qui assure sur la ligne (146-143).

La balle d’égalisation revient à Beal qui rate son tir à 3-points. C’est fini, à l’instar des Suns à New York, les Spurs créent l’exploit de la soirée en mettant fin à la belle série des Wizards. C’est la 3e victoire de suite pour San Antonio qui reste bien accroché à sa 9e place à l’Ouest.

Retour à l'accueil