En mode MVP, Joel Embiid mène les Sixers sur le parquet des Boston Celtics

La défaite contre les Memphis Grizzlies est déjà effacée. Dans la nuit de mardi à mercredi, dans le cadre de la saison régulière de NBA, les Philadelphia 76ers ont renoué avec le succès, sur le parquet des Boston Celtics (96-106). Pour cette rencontre, la franchise a notamment pu s'appuyer sur un homme en particulier. Son pivot All-Star Joel Embiid était en forme et il l'a prouvé, puisqu'il termine meilleur marqueur des siens, mais également meilleur marqueur de ce match, avec un total de 35 points, 6 rebonds et 1 passe décisive. En face, les Celtics ont donc dû se rendre à l'évidence. D'autant plus que pour ce match, Boston a dû faire sans son Français Evan Fournier. Le trio composé de Kemba Walker, Jaylen Brown et Jayson Tatum a bien tenté de faire son maximum, mais cela n'a donc pas suffi. Grâce à ce probant succès, les Philadelphia 76ers récupère la première place du classement de la conférence Est.

Ce match compte énormément pour Joel Embiid, trop souvent dominé par les Celtics en playoffs. Face à un Robert Williams qui s’impose au poste 5 depuis le départ de Daniel Theis, il brille d’entrée et marque son territoire.

Le jeune intérieur des Celtics est actif mais il a face à lui le meilleur pivot de sa conférence, et peut-être le pivot le plus doué au poste bas. Résultat : ses deux fautes rapides l’obligent à sortir. Philadelphie profite de son avantage physique pour faire poster aussi Tobias Harris et Ben Simmons afin de forcer les Celtics à venir en aide, ce qui permet de libérer Danny Green et Seth Curry à 3-points.

Evan Fournier manque
En face, Boston montre aussi de belles choses en attaque et rivalise avec l’une des deux meilleures équipes de la conférence Est. Evan Fournier n’est pas là, mais le trio Kemba Walker – Jaylen Brown – Jayson Tatum montre la voie. Dominateurs sur les postes extérieurs, les hommes de Brad Stevens jouent sur un tempo élevé, et les deux équipes sont au coude à coude après douze minutes (25-24).

Même si l’absence d’Evan Fournier se fait ressentir, notamment par sa capacité à soulager le duo Tatum/Brown, et à fixer les défenses, Boston continue de montrer de bonnes choses en attaquant sans cesse les intervalles mais les Sixers ne s’affolent pas, malgré les superbes actions de Tatum (37-37).

Au retour d’Embiid sur le terrain, tout bascule. Défendu par Luke Kornet, il attire les prises à deux. Intelligemment, Philly fait circuler la balle en attaque et Boston est à la peine sur les rotations. Sans forcer, les Sixers infligent un 15-0 (52-37). Même si Tatum et Walker donnent tout dans cette fin de première mi-temps, l’écart est fait et les Sixers ont le contrôle des opérations (59-46).

En mode MVP, Joel Embiid mène les Sixers sur le parquet des Boston Celtics

Joel Embiid éteint le TD Garden
Au retour des vestiaires, Joel Embiid continue de briller. Il porte les Sixers sur ses épaules dans un TD Garden bien silencieux malgré la présence de fans. Les tentatives de prises à deux ou la rentrée de Tacko Fall pour le gêner ne servent pas à grand-chose, et les Sixers creusent l’écart (68-50).

En bon leader, Jayson Tatum tente de secouer ses coéquipiers mais malgré quelques exploits, Boston reste en dessous de son adversaire tactiquement, incapable de répondre à Joel Embiid.

À chaque fois qu’il est trouvé sur le poste bas, le Camerounais provoque une faute ou score. Surtout, ses coéquipiers excellent dans le jeu sans ballon, et c’est un calvaire pour Boston. Ben Simmons et Tobias Harris profitent des espaces pour attaquer le cercle et redonner une bonne avance aux Sixers (81-61).

Robert Williams sort pour six fautes
Sur son banc, Brad Stevens tente de trouver des solutions, et c’est là qu’on voit qu’Evan Fournier manque cruellement. Son équipe n’a pas les atouts nécessaires pour lutter, et la sortie d’Embiid pour souffler ne change pas grand chose (85-70). À l’entame du dernier quart-temps, Tatum et Brown arrivent à marquer sur des actions individuelles alors qu’en face Ben Simmons et sa bande montrent une vraie force collective.

Et comme toujours, c’est Joel Embiid qui sort du lot. Capable de s’imposer poste bas et de faire tomber les fautes (six pour Robert Williams !), il va aussi montrer à Luke Kornet toute sa panoplie offensive loin du cercle.

Son step-back après un dribble à 6 mètres du panier est l’action de cette seconde période (98-80). Boston est KO. Rappelé sur le banc par Doc Rivers pour la fin de match, Joel Embiid lui indique qu’il est enfin de retour. En patron, Philadelphie s’impose 106-96 et balaye les Celtics en saison régulière, tout en récupérant la première place de la conférence Est. Une soirée parfaite.

Retour à l'accueil