AfroBasket women 2021 : l'Ivoirienne Mariame Kouyaté rêve grand

ABIDJAN (Côte d'Ivoire) - Pour la Côte d'Ivoire, le podium du FIBA Women's AfroBasket est à ce jour resté inaccessible.

Mariama Kouyaté, capitaine de la sélection ivoirienne lors de l'édition 2019 du tournoi continental disputé à Dakar (Sénégal), espère changer le cours des choses. 

Alors que les équipes attendent impatiemment la décision de la FIBA concernant les Éliminatoires du FIBA Women's AfroBasket 2021, Kouyaté continue de rêver grand. 

"LES IVOIRIENNES VEULENT POUR UNE FOIS DEVENIR LES REINES D'AFRIQUE."
- Kouyaté

La Côte d'Ivoire totalise 14 participations à la compétition africaine, mais elle n'a jamais réussi à passer le stade des demi-finales, atteint seulement en 1977 et en 2009, avec les deux fois fois une 4e place finale.

Songeant à la dernière édition du tournoi continental jouée dans la capitale sénégalaise, où les Ivoiriennes ont pris le 8e rang, Kouyaté (32 ans) partage le dépit de ses coéquipières, soulignant qu'elles avaient ambitionné d'aller au moins plus loin que les quarts de finale. Le Mali en avait décidé autrement.

L'ailière de 1.80m, qui évolue dans le championnat ivoirien avec les couleurs du Abidjan Basketball Club (ABC), admet auprès de FIBA.basketball que les enjeux seront grands à l'occasion de la phase finale du FIBA Women's AfroBasket 2021.

Elle insiste sur les clés du succès pour n'importe quelle équipe : la gestion du capital humain et la préparation.

AfroBasket women 2021 : l'Ivoirienne Mariame Kouyaté rêve grand


"Ce n'est pas facile de gérer une équipe, surtout féminine, mais il est important d'être une bonne capitaine. La responsabilité réside dans la capacité à écouter les autres et à maintenir l'harmonie au sein du groupe.

"J'en ai été capable simplement en respectant mes coéquipières, elles savaient qu'elles pouvaient compter sur moi, même quand je n'étais pas présente sur le terrain.

"La Côte d'Ivoire aimerait atteindre le sommet du FIBA AfroBasket 2021, mais nous manquons en général de temps de préparation avant la phase finale. Nous commençons toujours trop tard.

"Vous avez d'habitude deux semaines de préparation avant une compétition. Il n'y a pas de magie dans le sport, c'est juste un travail qui nécessite une belle dose de coordination. "

"Je suis convaincue que nous avons les moyens d'aller chercher une médaille cette année."
- Kouyaté

Quadruple participante au tournoi, elle a tourné avec des moyennes de 7.2 points et 5.8 rebonds en six matchs au Sénégal en 2019. Toutefois, elle souligne que l'objectif de toute équipe est de monter sur le podium, voire mieux, de remporter le titre.

"Les Ivoiriennes veulent pour une fois devenir les reines d'Afrique," fait-elle remarquer.

Kouyaté ne veut pas reconnaître être la pierre angulaire de son équipe nationale. Elle dit simplement qu'en cas de sélection pour l'événement de cette année, elle donnerait le meilleur d'elle-même pour que l'équipe reste la plus soudée possible.

"Je ne sais pas si je suis un point de ralliement, mais si je fais partie de l'effectif final, j'entreprendrai tout pour finir mieux qu'à la 4e place."

Kouyaté se souvient de ses premiers pas dans le basket, lors de ses débuts au Club Sportif d'Abidjan (CSA).

Son rôle de capitaine en sélection nationale est différent de celui qu'elle a en club : "J'ai un bon rôle à l'ABC. Je suis une joueuse comme les autres. Je ne cherche pas à me différencier de mes coéquipières, parce que c'est grâce à elles que je peux m'exprimer. Vous n'êtes rien sans les autres, en particulier dans un sport collectif comme le basket. Mon rôle consiste à aider au mieux."

AfroBasket women 2021 : l'Ivoirienne Mariame Kouyaté rêve grand

Interrogé sur le sentiment que générerait pour son pays une médaille, elle répond simplement : "Je ne peux pas le décrire maintenant, il faut attendre qu'il arrive réellement, mais j'imagine que je serais très heureuse.

"Pour n'importe quelle joueuse, monter sur le podium du tournoi continental serait un honneur et une joie immenses. Mais pour être en mesure d'y arriver, il faut d'abord bien se remettre en cause et adapter les choses en conséquence.

"Je suis convaincue que nous avons les moyens d'aller chercher une médaille cette année si tout est fait sérieusement pour notre équipe," conclut-elle.

FIBA

Retour à l'accueil