EuroLeague : Nando De Colo mène le Fenerbahçe Ulker sur le parquet de l'Asvel Villeurbanne

L'Asvel a longtemps tenu tête à Fenerbahçe vendredi soir à l'Astroballe avant de craquer en toute fin de match (86-90), face à un Nando De Colo étincelant.

Pour son seul match d'Euroligue sur un parquet français cette saison, Nando De Colo a sans doute enterré les derniers espoirs de play-offs de l'Asvel. D'un tir primé assassin, l'arrière des Bleus a tué le match à 13 secondes du buzzer pour offrir une victoire précieuse à Fenerbahçe au terme d'un beau combat (86-90).

Le club de Tony Parker a pourtant livré une partition dans la lignée de sa série de six victoires consécutives, stoppée mardi par le Zalgiris Kaunas. Solidaires, les Rhodaniens ont effacé en quelques minutes un premier éclat encaissé en début de match (5-15, 4e) grâce aux efforts de Guerschon Yabusele.

Bako précieux, De Colo trop fort
L'Asvel a rendu coup pour coup, et fait parler sa puissance physique à l'image d'un Ismaël Bako impressionnant sous le cercle. Le pivot belge a sans doute livré le meilleur match de sa carrière en Euroligue (14 points, 5 rebonds), ponctuant sa première mi-temps d'une claquette en force.

Mené de deux points à la pause (38-40), l'Asvel a même pris un point d'avance avant d'entamer le dernier quart-temps, sur un tir à mi-distance tout en pureté de David Lighty (60-59). Mais en face, après 30 minutes de maladresse à proximité du cercle, Fenerbahçe a retrouvé la mire et Nando De Colo s'est fâché.

Marqué physiquement par le traitement des hommes de T.J. Parker en défense, l'arrière français avait gardé des forces pour achever les Villeurbannais. Après un tir primé de Lorenzo Brown pour faire passer Fenerbahçe devant (77, 76, 36e), le Nordiste a pris les rênes du club turc. En deux minutes, le Français a planté deux tirs soyeux entrecoupés d'un caviar pour Kyle O'Quinn, seul dans la défense de l'Asvel.

23,6
Sur ses cinq derniers matches, Nando De Colo a inscrit en moyenne 23,6 points, pour quatre victoires du Fenerbahçe.

Le top 8 s'éloigne
Mais le meilleur restait à venir avec ce tir primé décisif, son troisième du match, qui replace Fenerbahçe dans la course aux play-offs. Sanctionné d'une faute technique dans le money-time, au plus mauvais moment, T.J. Parker pourra peut-être regretter d'avoir sorti Ismaël Bako, si précieux, au moment de tenter d'arracher ce match.

Après sa défaite à Kaunas, l'Asvel connaît un nouveau coup d'arrêt et se retrouve à quatre victoires du Zenit Saint-Petersbourg, huitième et dernier qualifié provisoire en play-offs. Mais si la série de six victoires consécutives s'est arrêtée, l'état d'esprit des coéquipiers de Norris Cole est resté exemplaire et leur a encore permis de faire chanceler un grand d'Europe.

Retour à l'accueil