Liz Mills veut promouvoir la présence des femmes dans le basket masculin

YAOUNDÉ (Cameroun) - Un rêve né à Sydney (Australie), celui de diriger une équipe nationale masculine, s'est enfin transformé en réalité à Yaoundé : Liz Mills est devenue la première femme coach de la sélection kenyane de basket.

C'est en effet elle qui dirige les 'Morans' durant le second tour des Éliminatoires du FIBA AfroBasket 2021. 

À 13'500 km de la maison, la quête de l'Australienne pour inciter les nominations de femmes à ces postes prend finalement forme.

"Je suis très reconnaissante envers la fédération kenyane qui a choisi de me faire confiance pour obtenir la qualification pour le FIBA AfroBasket 2021," déclare Liz Mills, émue, à FIBA.basketball.

"Cela fait bientôt dix ans que je suis sur le continent et j'ai déjà été à la tête de nombreux clubs."

"IL EST ÉGALEMENT IMPORTANT QUE LES FÉDÉRATIONS ET LES CLUBS ACCORDENT LEUR CONFIANCE AUX FEMMES."
- Liz Mills

"J'ai ensuite été assistante-coach dans certaines équipes nationales et clubs de premier plan, mais je savoure ce retour à la fonction de coach principale.

"Mes expériences comme assistante ont été enrichissantes et je m'appuie sur elles pour gérer mon travail et obtenir les meilleurs résultats possibles," dit-elle.

En 2017, Brigitte Affidehome Tonon a inscrit son nom dans les livres d'histoire en devenant la première femme à coacher une équipe nationale masculine en Afrique, lorsqu'elle a guidé le Bénin à l'occasion des Éliminatoires régionaux du FIBA AfroBasket de cette année-là.

Liz Mills veut promouvoir la présence des femmes dans le basket masculin

Alors que Tonon traçait la voie avec le Bénin, Mills se perfectionnait avec la sélection masculine de Zambie, en tant qu'assistante.

"Nous partageons une même vision," confie Mills avant d'ajouter : "J'ai énormément de respect pour Tonon. Je me souviens quand elle avait occupé son poste avec le Bénin. J'étais alors avec la Zambie et je m'étais dit que c'était un formidable accomplissement.

"Avec un peu de chance, il y aura bientôt une autre femme à la tête d'une équipe masculine engagée au FIBA AfroBasket ou à la Coupe du Monde FIBA.

"Le plus important, c'est de servir d'exemples pour la prochaine génération de femmes coachs, de leur montrer que c'est possible." 

Voir Mills portant ses bottes caractéristiques en train de donner des instructions n'a pas séduit que les fans : nombreux sont les joueurs qui louent l'Australienne.

"C'était génial de voir coach Mills coacher le Kenya," commente le capitaine du Sénégal Youssoupha Ndoye auprès de FIBA.basketball.

"Il faut que nous puissions voir davantage de femmes occuper ce poste dans le basket masculin africain, car cela voudrait vraiment dire qu'il existe une parité entre les sexes et que les femmes prennent plus de place dans le sport."

La native de Sydney n'avait pas réellement imaginé qu'elle serait un jour une pionnière, surtout que son attrait pour cette discipline n'est arrivé que durant son adolescence.

"Ma sœur jumelle et moi avons pratiqué plusieurs sports en grandissant, nous n'avons commencé le basket qu'à 15 ans," note Mills.

"Mais nous suivions le basket féminin depuis nos 11 ans et il y avait des femmes coachs exceptionnelles à ce niveau.

Liz Mills veut promouvoir la présence des femmes dans le basket masculin


"Je pense que c'est à ce moment-là qu'est née en moi cette envie de faire aussi bien qu'elles, alors j'ai travaillé dur, en attendant qu'une chance se présente à moi."

C'est en observant des coachs comme Karen Dalton, Becky Hammon et Greg Popovich que son amour pour le coaching s'est consolidé. Mills estime que pour que davantage de femmes puissent coacher des équipes masculines, il faut qu'on leur fasse confiance.

"Les équipes masculines m'ont bien accueillie en Afrique, je crois que ça démontre cette volonté de voir des femmes occuper cette fonction.

"Mais il est également important que les fédérations et les clubs accordent leur confiance aux femmes. Comment voulez-vous qu'il y ait plus de femmes coachs si on ne leur donne jamais leur chance ?" demande Mills.

L'ancienne assistante des Patriots est tout à fait consciente que des progrès significatifs ne pourront être réalisés que si ses homologues et elles obtiennent davantage de bons résultats. C'est pour cela qu'elle vise la qualification du Kenya pour le FIBA AfroBasket 2021.

"Pour notre équipe, le plus grand problème est notre inexpérience," indique la coach.

"Les 'Morans' n'ont participé qu'à trois éditions du FIBA AfroBasket. Il est évident que certains problèmes ne peuvent être résolus qu'avec l'expérience.

"J'étais très contente du niveau affiché contre le Sénégal, qui fait facilement partie des trois meilleures nations d'Afrique.

"Il nous reste maintenant deux matchs à jouer, contre l'Angola et le Mozambique. Il nous faut juste une victoire pour décrocher notre qualification. Si je ne pensais pas que c'était possible, je ne serais pas ici.

"Nous avons un bon groupe de battants et je suis sûre que cette équipe peut obtenir des résultats," conclut avec optimisme Mills.

FIBA

Retour à l'accueil