Isidore Embola candidat à sa propre succession à la tête de la Fédération Centrafricaine de Basketball (FCBB)

Isidore Embola candidat à sa propre succession à la tête de la Fédération Centrafricaine de Basketball (FCBB)

À trois jours de l'Assemblée générale élective de la Fédération Centrafricaine de basketball qui aura lieu samedi 27 février à bangui, notre rédaction a donné la parole à tous les candidats qui briguent le fauteuil du président de la FCBB de répondre à une série de questions afin de permettre au public de mieux les connaître mais surtout d'avoir une idée assez claire sur leurs différents programmes. Après Sonny M'Pokomondji, notre rédaction a eu le plaisir d'échanger avec Isidore Embola, président sortant de la Fédération Centrafricaine de Basketball, candidat à sa propre succession. 

Voici la teneur de cette interview exclusive 

Cyrille Ngario (News Basket Beafrika) : Bonjour Isidore Embola, vous êtes le président sortant de la Fédération, ancien joueur cadre et président du club ASOPT et aujourd'hui candidat au poste du président de la FCBB. Tout d'abord, comment allez-vous à trois jours (à la veille) de l'assemblée générale élective ?

Isidore Embola : "Je vais bien mais je m'excuse car depuis notre retour de Tunis où nous avions bien joué, j'ai manqué du temps pour tout faire : compte rendu de la mission de Tunisie et comapgne électorale mais je suis un battant et je vais y arriver."

Quelles sont les principales raisons qui vous ont poussées à vous représenter pour la deuxième fois consécutive ?

Isidore Embola : "Il y'a du travail et j'ai beaucoup travaillé ces quatre dernières années. Le travail abattu commence à payer. J'aimerai cotinuer pour mettre la Fédération sur de bons rails"

Si vous êtes réélu président de la Fédération Centrafricaine de basketball ce week-end. Quelles sont les grandes lignes de votre programme à court, moyen et long terme ?

Isidore Embola :  "Signer une convention d'objectifs et de gestion avec l'état Centrafricain. C’est quoi une Convention d’objectifs et de Gestion? C’est définir les objectifs de notre basketball, les moyens de fonctionnement, les actions pour les atteindre, l’évaluation des objectifs et le cas échéant la réorientation."

Vous n'êtes pas un candidat comme les autres puisque vous êtes le président sortant de la Fédération Centrafricaine de basketball. Je ne peux donc pas m'empêcher de vous poser la question sur votre bilan. Quel constat faites-vous de cette expérience ?

Isidore Embola  : "Il y'a vraiment du travail et surtout le milieu de basketball n'est pas uni."

Malgré les derniers résultats satisfaisants des Fauves à la dernière fenêtre des éliminatoires de l'AfroBasket 2021 à Monastir, le basketball Centrafricain vit en réalité des temps difficiles. Absence de leadership et de vision à long terme, manque de transparence et une famille de Basket très fracturée. Qu'allez vous faire pour réorganiser et unifier la maison du basketball Centrafricain ?

Isidore Embola : "J'aimarai vraiment faire les États généraux de basketball en août pour permettre à tous les centrafricains de la diapora de venir y participer pour apporter leurs contributions".

Un des problèmes récurrents au sein de la maison du basketball Centrafricain est la question du sponsoring, de la gestion financière et humaine. Où auriez-vous les moyens de vos ambitions ?

Isidore Embola : "Je pense qu'il faut chercher à avoir cette autonomie financière par exemple en mobilisant le potentiel de la diaspora Centrafricaine pour lever des fonds et faire cela ussi auprès de la population Centrafricaine quand il faut particper aux tournois éliminatoires ou à l'AfroBasket pour susciter la fibre patriotique"

Je vous laisse le choix du mot de la fin et merci beaucoup d'avoir accepté de répondre à nos questions.

Isidore Embola :  "Soyons unis et travaillons ensemble pour remettre notre basketball dans le droit chemin pour un 3ème Yassitoungou (championnat d'Afrique)."

Au nom de toute l'équipe de News Basket Beafrika, je vous souhaite une bonne chance à cette assemblée générale élective et à très bientôt. 

Isidore Embola : "C'est moi qui vous remercie"

Retour à l'accueil