Sans Giannis Antetokounmpo et les rookies, Milwaukee vient à bout des Cavaliers

Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee s’impose 100-90 face aux Cavaliers d’un Drummond en double « double-double » avec ses 26 points et 24 rebonds. Pour une nouvelle fois de la saison, le coach Mike Budenholzer a sorti ses deux rookies (Jordan Nwora et Sam Merrill) de la rotation. Pour sa part, le rookie guinéen Mamadi Diakité n'a toujours pas joué cette saison, une situation sans doute très surprenante quand on connaît la capacité de l'ancienne vedette de Virginia à briller aux deux extrémités du terrain. 

Touché au dos après une vilaine chute face au Jazz, Giannis Antetokounmpo est en civil, et c’est Bobby Portis qui prend sa place dans le cinq de départ. Le « scouting report » de Cleveland n’avait sans doute pas prévu ça puisqu’il se balade dans les premières minutes, inscrivant 10 points de suite pour permettre aux Bucks de s’échapper (12-5). L’ancien ailier-fort des Bulls est efficace sur transition ou jeu placé, et Cleveland prend l’eau.

Mike Budenholzer décide de jouer encore plus petit en sortant Brook Lopez et le jeu s’écarte davantage. Khris Middleton délivre à 3-points, et les Cavaliers ont du répondant dans ce domaine avec Damyean Dotson. Le jeu s’équilibre, et la fin de premier quart-temps est marquée par une grosse bataille au rebond. Plus petit, Milwaukee souffre sous les panneaux, et JaVale McGee enchaîne les rebonds offensifs s’en mettre dedans. Résultat, les Bucks restent devant (27-14).

La moisson d’Andre Drummond
Le deuxième quart-temps est marqué par le réveil d’Andre Drummond. On ne voit plus que lui. C’est un vrai aspirateur à rebonds, et en attaque, son « hook shot » fonctionne et ses claquettes font mouche. Milwaukee est sans solution face à son activité, et les Cavaliers signent un 16-0 pour revenir à -3 (35-32). Jrue Holiday stoppe l’hémorragie, mais Drummond insiste et il égalise dans un style plus proche de Bam Adebayo que de Dwight Howard (37-37). Ces Cavaliers sont pourtant privés de Collin Sexton, Kevin Love ou encore Darius Garland, et ils proposent quelque chose de cohérent.

Khris Middleton en a assez vu, et il prend le match à son compte. Il délaisse le shoot lointain pour attaquer le cercle, et les Bucks terminent la mi-temps sur un 10-0 pour mener 47-37 au moment de revenir aux vestiaires. À la reprise, le duo Holiday-Middleton insiste, et les Bucks sont sur un 14-0. Cleveland craque, et on retrouve Bobby Portis à la finition, de près ou à 3-points (58-48). Les Cavaliers multiplient les changements défensifs, et les Bucks alternent entre « spacing » et point de fixation au poste.

Khris Middleton le métronome
On retrouve la configuration de la fin de la première mi-temps avec un Drummond qui multiplie les rebonds et les claquettes, et un Middleton qui est là pour lui répondre avec style, comme sur ce drive gauche pour slalomer dans la défense. À l’entame du dernier quart-temps, Milwaukee a pris le large (78-63). Cleveland répond par un 7-0 pour offrir un peu de suspense. Et une fois de plus, c’est Khris Middleton, avec un gros 3-points sur la tête de Cedi Osman, qui calme tout le monde (87-75).

Il reste six minutes à jouer, et la domination permanente d »Andre Drummond sous les deux cercles sera vaine.

C’est finalement Donte DiVincenzo qui se charge de mettre fin aux espoirs des Cavaliers, et Milwaukee s’impose 100-90 sans son leader. C’est le plus petit total de points des Bucks cette saison, et Cleveland sort grandi de cette défaite avec un jeu sérieux et équilibré malgré une foule de blessés.

Retour à l'accueil