Mikal Bridges écoeure les Pacers derrière la ligne des trois-points (6/8)

Phoenix continue d'impressionner. Au bout d'un match enthousiasmant, les Suns ont pris le dessus sur les Pacers (117-125). Un brillant Mikal Bridges (34 points) et un excellent Devin Booker (25 points, 3 rebonds et 7 passes) ont permis à la franchise de l'Arizona de faire la course en tête et de prendre les commandes à l'Ouest.

Le choc attendu entre ces deux équipes de haut de tableau, dans leur conférence respective, a bien eu lieu. On s’attendait moins à ce qu’il soit arbitré de cette façon par Mikal Bridges. Avec ses 34 unités et une adresse insolente derrière la ligne à trois points (6/8), le jeune ailier des Suns a été le grand artisan de la 7e victoire des Suns. Ces derniers consolident leur meilleur bilan à l’Ouest, à égalité avec les Lakers.

Dès la première possession de son équipe, le défenseur attitré des Suns coupe au cercle pour s’offrir un layup facile, en se doutant peut-être déjà de la grande soirée qui va suivre pour lui. L’intéressé, embarqué dans un duel à distance avec Victor Oladipo pour démarrer, sort une très grosse entame de match : trois paniers à 3-points sur le quart droit du terrain et quelques « jumpers » en cœur de raquette.

La bonne entente Domantas Sabonis – Myles Turner
Impressionnant à la marque, il ne permet toutefois pas encore à son équipe de s’échapper au score. Indiana réplique en faisant parler sa force de frappe intérieure.

Pour inscrire 18 points de plus que leurs adversaires dans la raquette (56-38), les Pacers peuvent compter sur l’activité de Domantas Sabonis, intenable au rebond et qui fait beaucoup bosser Deandre Ayton au poste.

On note sur ce match une connexion qui fonctionne bien entre le Lituanien et son partenaire de raquette, Myles Turner. À quatre reprises au moins, l’un trouve l’autre, et inversement, sur une relation poste haut – poste bas. En tête de peu après 12 minutes (32-30), les locaux peuvent également se reposer sur les entrées en jeu très propres de Doug McDermott et de Justin Holiday, auteurs de 29 points à eux deux.

Phoenix, qui enregistre une sortie de banc tout aussi efficace de Cameron Johnson, rentre malgré tout au vestiaire avec une possession d’avance (53-56), un infime écart maintenu à l’entame du dernier acte (87-90). C’est ici que les visiteurs font la différence. Fait notable, c’est avec un Chris Paul sur le banc que Phoenix passe le « run » décisif.

Chris Paul sur le banc, Devin Booker contrôle
Devin Booker prend alors les commandes du match : une interception sur une remise en jeu puis un dunk, une passe décisive vers Monsieur Bridges, une attaque du cercle terminée main gauche puis un nouveau renversement vers son shooteur fou dans le corner. L’arrière, qui offre encore un caviar dessous à Deandre Ayton, vient de faire basculer le match. Profitant des erreurs d’inattention des Pacers, et d’une absence de réponse de loin, Phoenix passe ce 11-0 à cinq minutes de la fin (96-109).

Victor Oladipo a beau envoyer un « stepback » de loin et Malcolm Brogdon convertir à deux reprises derrière l’arc en fin de match, les deux hommes ont trop souffert au tir ce soir (14/41 en cumulé) pour tirer Indiana du pétrin. D’autant que Bridges, servi par « CP3 », a une sixième flèche primée à convertir pour clore les débats à deux minutes du terme.

Avec son impressionnant ratio de 33 passes décisives pour… 2 ballons perdus, Phoenix (7-3) s’impose avec autorité avant d’enchaîner à Washington lundi. Le même soir, les Pacers (6-3) démarrent leur « road trip » à l’Ouest, sur le parquet des Kings.

Retour à l'accueil