Malcolm Brogdon mène les Pacers face à Houston avec un meilleur match en carrière

Le meneur des Pacers a livré son meilleur match en carrière (35 points) pour guider son équipe vers la victoire à domicile face à Houston (114-107), malgré les efforts de son adversaire direct, John Wall (28 points).

Sans faire de bruit, les Pacers restent accrochés au sommet de leur conférence. Indiana a confirmé ce statut, cette nuit, face à des Rockets en pleine recomposition et beaucoup moins fringants depuis le début de saison. Cela s’est pourtant joué sur quelques détails qui ont penché en la faveur des locaux en toute fin de partie.

Ce match est d’abord marqué par un duel de meneurs au style différent. Avec d’un côté la mobylette John Wall, qui confirme sa belle reprise de carrière avec sa meilleure performance de la saison (28 points). Sa « shot chart » du soir n’est pas compliquée à interpréter : le meneur passe son temps à exploser vers le cercle avec une efficacité redoutable.

Malgré les contacts et les bras tendus des géants adverses, l’ancien meneur des Wizards trouve toujours un moyen de scorer avec une utilisation massive du « double-pump ». Insaisissable ! Son homologue d’en face, plus distributeur, est moins aérien au cercle. Mais contrairement à Wall, Malcolm Brogdon se montre inspiré derrière l’arc.

Son adresse permet de compenser les manquements de Victor Oladipo, très à la peine avec son tir et contré plus d’une fois lorsqu’il se rapproche du cercle (6/20…). À l’intérieur, les deux hommes reçoivent le soutien habituel d’un Domantas Sabonis toujours solide et auteur d’un nouveau double-double. L’entame de match du Lituanien est marquée par un contre monstrueux sur la tentative de dunk de DeMarcus Cousins.

Ce qui n’a pas empêché ce dernier d’être presque en double-double à la pause avant d’être beaucoup plus discret par la suite. En tête après 12 minutes (35-30), Indiana rentre au vestiaire avec cette courte avance (62-56). Les deux équipes, aux rotations écourtées à huit joueurs à cause des blessures et du Covid, continuent de jouer les yeux dans les yeux. À l’image de Justin Holiday et Eric Gordon qui apportent 20 points chacun, en sortant de leur banc respectif.

James Harden ? Pas très en vue ce soir. Auteur de sa sortie offensive la plus discrète de l’année, il semble préférer laisser John Wall assurer le spectacle et se concentrer sur la fixation pour démarquer ses camarades. Privés de Christian Wood (genou), les Rockets égalisent à cinq minutes de la fin (101-101) sur un énième « drive » de John Wall. S’ouvre alors un « money time » où Malcolm Brogdon se montre aussi décisif qu’heureux.

Heureux d’obtenir un coup de sifflet favorable alors que PJ Tucker pensait avoir provoqué son passage en force, heureux de voir Domantas Sabonis mettre le couvercle après son raté sous le cercle, heureux de rentrer son tir primé en première intention, en réponse à une pénétration de James Harden, après deux rebonds sur le cercle. Le shoot le plus important du match à environ deux minutes du terme. Heureux enfin de voir Myles Turner écraser David Nwaba sous le cercle pour signer son… huitième contre de la soirée !

Autant d’ingrédients décisifs pour permettre aux Pacers (6-2) de s’imposer avant de recevoir les Suns samedi. Les Rockets (2-4) doivent rebondir à domicile le même soir face au Magic.

Retour à l'accueil