Luka Doncic mène Dallas dans le derby texan en frôlant le triple-double

Luka Doncic a failli finir lui aussi en triple double, quelque chose de beaucoup plus habituel le concernant. Il n'a manqué qu'un rebond au Slovène (36 points, 11 passes, 9 rebonds), l'un des favoris pour le trophée de MVP, pour le valider. Il n'en a pas moins été le grand homme de la victoire des Mavs à San Antonio (117-122) avec un panier puis une passe décisive (pour Jalen Brunson à trois points) qui ont permis de creuser l'écart définitif avec les Spurs dans la dernière minute.

Ce derby texan à peine commencé, Dejounte Murray quitte ses coéquipiers en raison d’une cheville qui tourne. De quoi aider les Mavericks puisqu’ils démarrent par un 9-2, instigué par Luka Doncic. Mais les Spurs ne tardent pas à réagir, allant chercher leurs points près du cercle ou aux lancers francs. Et LaMarcus Aldridge, en phase avec son shoot extérieur, tient la dragée haute au « Wonderboy » slovène, impliqué sur tous les points de son équipe (21-19).

Les premières rotations effectuées, San Antonio s’installe aux commandes, surfant sur un 12-0. À l’image d’Aldridge (14 points, à 4/5 derrière l’arc), les hommes de Gregg Popovich font parler la poudre à 3-points. Sauf que Dallas leur répond avec un nouveau run, de 10-3 cette fois-ci, pour reprendre l’avantage après douze minutes très offensives (37-34). Quant à Luka Doncic, il ponctue ce quart-temps avec déjà 19 points, 5 rebonds et 6 passes au compteur !

Un match de séries
Luka Doncic au repos, ce sont ensuite Jalen Brunson, Tim Hardaway Jr. et Kristaps Porzingis qui se chargent à tour de rôle de faire tourner en bourrique leurs défenseurs, de loin comme de près.

L’écart grimpe et il frôle la vingtaine de points au milieu de ce deuxième acte (59-41). Malgré le retour de Luka Doncic, retombé de son nuage, les Spurs se relancent par l’intermédiaire de Keldon Johnson et DeMar DeRozan, agressifs vers le cercle. À tel point qu’ils ne se retrouvent plus menés que de dix unités à la mi-temps (68-58).

Après la pause, la rencontre s’équilibre. Si San Antonio pose le jeu et inscrit ses points dans la peinture, Dallas cherche à accélérer le rythme dès que possible et alterner entre tirs extérieurs et attaques du panier. Les hommes de Rick Carlisle conservent toutefois leur avance (80-71). À force de patience, les Mavericks parviennent pourtant à se détacher de nouveau au tableau d’affichage. Mais bien aidés par la combativité de leurs remplaçants, Rudy Gay en tête, les Spurs vont une fois encore grignoter leur retard, sans paniquer. Et après trois quart-temps, les visiteurs restent devant (95-85).

Les « second unit » texanes se rendent coup pour coup dans cette entame de dernier acte. Aucune des deux équipes ne fait la différence et l’écart se stabilise autour de cette barre des dix points. San Antonio appuie ensuite sur l’accélérateur. Aux paniers de Luka Doncic, ils répondent par des lancers francs de DeMar DeRozan ou du scoring près du cercle de LaMarcus Aldridge. Suffisant pour revenir à une -2, à deux minutes de la fin (113-111).

Luka Doncic plus décisif que DeMar DeRozan
Quelques secondes plus tard, DeMar DeRozan laissera tout de même filer un précieux lancer sur la ligne. Un raté que se chargera de punir Luka Doncic par un soyeux « fadeaway » avec la planche (115-112). Sur la possession suivante, DeMar DeRozan se manquera une nouvelle fois, à mi-distance, et Luka Doncic punira encore les Spurs en décalant Jalen Brunson, pour le coup de poignard à 3-points (118-112).

Après un petit jeu aux lancers francs, les Mavericks l’emportent donc finalement 122 à 117 dans ce derby, dans le sillage d’un Luka Doncic comme souvent phénoménal (36 points, 9 rebonds, 11 passes) et épaulé par un duo Tim Hardaway Jr. – Kristaps Porzingis à 42 points. En face, DeMar DeRozan (29 points, 6 rebonds, 6 passes), LaMarcus Aldridge (26 points, 9 rebonds) et Keldon Johnson (17 points, 14 rebonds) n’auront pas suffi.

Retour à l'accueil