Les Sixers infligent au Magic d'Orlando sa première défaite de la saison

Dernière équipe invaincue cette saison, Orlando a coulé à domicile face à Philadelphie. Les Sixers ont compté jusqu’à 38 points d’avance grâce à 60% d’adresse à 3-points en premier quart temps et à un Joel Embiid (21 points, 9 rebonds) sans pitié (116-92).

Quand Ben Simmons dégaine à 3-points sans hésitation et marque, c’est signe que votre soirée risque d’être longue.

Celle du Magic a été cauchemardesque. Privé de Terrence Ross, blessé, puis d’Evan Fournier, qui a dû quitter ses partenaires pour cause de spasmes au dos en premier quart temps, Orlando a rapidement encaissé un 24-5 en six minutes et ne s’en est jamais relevé.

Philly ne fait pas de quartier
Derrière l’adresse longue distance diabolique de Seth Curry (21 points 5/7 de loin), de Tobias Harris (20 points, 3/4 de loin, 9 rebonds) et de Matisse Thybulle, les Sixers ont terminé la première mi-temps à 10 sur 17 de loin, alors que Joel Embiid dominait à l’intérieur, à l’image d’un « spin move » suivi d’un dunk rageur sur Nikola Vucevic.

Incapable de réagir et en faillite d’adresse (28% et 3/17 à trois points), le Magic a vu son déficit dépasser les 30 unités. À la pause, leur invincibilité n’était déjà qu’un lointain souvenir (75-40) !

Les hommes de Doc Rivers ont alors pu finir la rencontre en roue libre derrière le quasi triple-double de Ben Simmons (9 points, 10 rebonds, 8 passes décisives). Aucun titulaire n’a d’ailleurs dépasser les 27 minutes de temps de jeu et Dwight Howard en a même profité pour joindre le festival longue distance de ses coéquipiers.

Steve Clifford peste contre l’effort défensif du Magic

Côté Magic, seul Nikola Vucevic (19 points, 10 rebonds) a tiré son épingle du jeu. Steve Clifford aura cependant du matériel pour tancer ses joueurs tant leur rigueur et intensité défensives sur porteur et dans les aides étaient absentes ce soir. Cette tendance était déjà présente lors des quatre premiers matchs du Magic, mais elle était cachée par leur bon début de saison et des adversaires moins talentueux que les Sixers.

« J’aime notre équipe. J’aime ce que nous pouvons devenir mais notre effort défensif n’est pas suffisant, » pestait ainsi Steve Clifford après la rencontre. « Les choses que nous faisions bien lors des deux dernières saisons, nous ne les faisons plus. »

Grâce à cette victoire, Philadelphie rejoint le Magic en tête de la conférence Est avec 4 victoires en 5 matchs.

Retour à l'accueil