Tobias Harris était partout lors de la victoire de Philadelphie sur les Charlotte Hornets (127-112). Au-delà de ses 24 points, son influence aura pesé sur tous les secteurs du match. Cette victoire, la 18e consécutive sur leur parquet, doit également beaucoup à Seth Curry (21 points), Joel Embiid (19 points, 14 rebonds) et Shake Milton (18 points). Ben Simmons, lui, s'est offert le 20e triple double (15 points, 12 rebonds, 11 passes) de sa carrière. Et pourtant chez les Hornets, Terry Rozier a encore livré un excellent match avec 35 points. Mais cela n'a pas été suffisant pour empêcher la victoire de Philadelphie.

Tobias Harris était partout lors de la victoire de Philadelphie sur les Charlotte Hornets (127-112). Au-delà de ses 24 points, son influence aura pesé sur tous les secteurs du match. Cette victoire, la 18e consécutive sur leur parquet, doit également beaucoup à Seth Curry (21 points), Joel Embiid (19 points, 14 rebonds) et Shake Milton (18 points). Ben Simmons, lui, s'est offert le 20e triple double (15 points, 12 rebonds, 11 passes) de sa carrière. Et pourtant chez les Hornets, Terry Rozier a encore livré un excellent match avec 35 points. Mais cela n'a pas été suffisant pour empêcher la victoire de Philadelphie.

Tout va très bien pour Philadelphie au sommet de la Conférence Est. Le début de saison aurait pu être synonyme d'adaptation avec l'arrivée de Doc Rivers sur le banc durant l'été. Mais la greffe semble bien prendre avec un troisième succès de plus de vingt points en cinq victoires. La nuit dernière, Charlotte a été surclassé par la force de frappe offensive des Sixers (127-112), malgré le coup de chaud de Terry Rozier (35 points, 7/11 à trois-points). Avec six joueurs à plus de 13 points, un joli 16/35 de loin et un triple-double pour Ben Simmons (15 points, 12 rebonds, 11 passes), Philly confirme ses belles dispositions. "Quand nous shootons à ce niveau, nous sommes dangereux" prophétise Rivers.

Les Sixers aussi, c’est du sérieux ! Philly a décroché sa troisième victoire consécutive en livrant un match plein face à Charlotte, avec une belle adresse de loin (16/35), 35 passes décisives, et une marque suffisamment bien répartie pour satisfaire Doc Rivers, alors que Philadelphie pointe désormais seul en tête à l’Est.

Joel Embiid affiche sa détermination d’entrée, mais ce sont les 3-points coup sur coup de Tobias Harris et Danny Green suivis du dunk de l’ailier en transition qui permettent à Philly de creuser un premier écart (18-8).

Seth Curry y va de son missile, Danny Green ajoute deux paniers de suite, et Charlotte continue de déguster, particulièrement sur le « poster » de Tobias Harris qui envoie carrément Terry Rozier et Bismack Biyombo dans le décor (28-15). L’avance des locaux grimpe jusqu’à +17 suite à deux lancers-francs de Tobias Harris (36-19), un écart que les Hornets ne vont jamais être en mesure de combler.

Les envolées de PJ Washington et Miles Bridges sont loin de suffire face à l’adresse extérieure des Sixers, incarnée par Tyrese Maxey puis à nouveau par la paire Curry-Harris, qui maintient 15 longueurs d’avance à la pause (73-58).

Auteur de 35 points, Terry Rozier a beau se démener, Philadelphie trouve toujours la solution pour repartir de l’avant, à l’image de Shake Milton qui inscrit 7 points en toute fin de troisième quart-temps pour répondre aux 3-points du trio Rozier-Hayward-Martin (104-90).

Une fois de plus, Charlotte parvient à recoller à -10 en début de quatrième quart-temps suite à un panier de Jalen McDaniels (110-100). Mais là encore, les Hornets trouvent un Ben Simmons appliqué et auteur de deux paniers consécutifs dont un alley-oop en contre-attaque pour relancer la machine une dernière fois (117-103).

Le trio Milton-Curry-Harris peut alors tranquillement finir le boulot pour offrir un succès 127-112 aux Sixers.

Retour à l'accueil