Victor Oladipo face à Lonzo Ball

Victor Oladipo face à Lonzo Ball

Superbe thriller entre Indiana et New Orleans hier soir, un match finalement décidé à 1,7 seconde de la prolongation sur ce panier décisif de Malcolm Brogdon. Le meneur des Pacers a inscrit 21 points en plus de ses 11 passes décisives. Victor Oladipo en a marqué 25. Du côté des Pelicans, Brandon Ingram pointait à 31 unités tandis que Zion Williamson postait un double-double (24-10).

Les Pelicans prennent le meilleur départ dans cette affiche, en s’appuyant sur leurs forces, à savoir Brandon Ingram et une belle domination dans la peinture, à l’aide de « pick-and-roll » et rebonds offensifs. En prime, Lonzo Ball est en réussite avec son tir extérieur (18-14). Pour résister à la furie adverse et même inverser la tendance, les Pacers s’en remettent, eux, à leur duo All-Star : Victor Oladipo – Domantas Sabonis, à l’origine d’un 12-2. Un « run » suffisant pour que les visiteurs virent en tête d’une possession, après douze minutes (26-24).

En l’absence d’Ingram, sur le banc, la Nouvelle-Orléans s’appuie principalement —et avec succès— sur Zion Williamson. Mais les pertes de balle empêchent les hommes de Stan Van Gundy de décoller véritablement, malgré un net avantage dans le jeu, sur cette entame de deuxième acte (38-35). Davantage équilibrée, la rencontre perd ensuite en rythme, en raison de défenses bien en place, qui font baisser les pourcentages de réussite aux tirs. Et cette fin de mi-temps décousue voit finalement Indianapolis reprendre les commandes, là encore d’une possession (53-51).

Au retour des vestiaires, les Pelicans se reposent plus que jamais sur leur spectaculaire doublette Brandon Ingram – Zion Williamson afin de passer un 8-0 aux Pacers. À la peine, et malgré les problèmes de fautes de Myles Turner puis Domantas Sabonis, ces derniers répondent avec leur adresse extérieure (70-67). Mais tandis que les joueurs de NOLA semblaient contrôler cette partie, grâce à un 7-0, ils concèdent un 8-0 qui les laisse toujours derrière au score, à douze minutes de la fin (79-77).

Portée par ses shooteurs et ses remplaçants, à l’image de Doug McDermott la franchise de l’Indiana attaque ce dernier quart-temps avec un 10-2 pour repousser un peu plus ses hôtes (92-85). La Nouvelle-Orléans ne panique pas pour autant et réplique avec un cinglant 19-2, instigué en grande partie par Lonzo Ball et Brandon Ingram, afin de reprendre les commandes (104-94) ! Intraitables et survoltés à trois minutes du buzzer final, les Pelicans provoquent en plus la sixième faute de Domantas Sabonis.

À partir de là, les joueurs de Stan Van Gundy vont pourtant s’écrouler, voyant leur avance fondre, passant de 106-96 à 106-106 en deux minutes. Et contre toute attente, le match part finalement en prolongation ! Comme souvent cette saison, Brandon Ingram bénéficiait des derniers ballons mais, enchaînant les mauvaises décisions, il a laissé les hommes de Nate Bjorkgren reprendre progressivement confiance. Encore menés de deux possessions à 20 secondes de la fin, ceux-ci vont profiter des (trop nombreuses) erreurs des Pelicans pour inscrire deux tirs à 3-points, par l’intermédiaire de Victor Oladipo puis Myles Turner !

En prolongation, si Brandon Ingram retrouve ses esprits et marque les six premiers points des siens, les Pacers ne sont plus les mêmes et Victor Oladipo se surpasse toujours autant dans les moments chauds. Le MIP 2018 répond ainsi par deux fois au MIP 2020 (116-112). Revenu en jeu, Zion Williamson relance NOLA avec un « and-one » mais ne convertit pas son lancer franc (116-114). Quelques secondes plus tard, Lonzo Ball file tout de même au dunk pour égaliser, après une perte de balle d’Indianapolis cette fois-ci (116-116).

Mais contrairement à celle de la Nouvelle-Orléans, la franchise de l’Indiana ne se fera pas prier pour arracher la victoire (118-116), grâce à un petit « runner » en isolation de Malcolm Brogdon (21 points, 7 rebonds, 11 passes), à deux secondes de la fin. Miraculés, les coéquipiers de Victor Oladipo (25 points, 5 rebonds, 6 passes) et Domantas Sabonis (19 points, 11 rebonds, 7 passes) ont fait parler leur expérience pour laisser Brandon Ingram (31 points, 4 rebonds, 8 passes), Zion Williamson (24 points, 10 rebonds) et leurs partenaires avec tout un tas de regrets.

Retour à l'accueil