Les Lakers battent San Antonio pour la deuxième fois en deux jours

Dans le sillage de LeBron James (26 points, 11 rebonds et 10 passes) et Anthony Davis (34 points et 11 rebonds), les Lakers sont venus à bout de San Antonio pour la deuxième fois en deux jours, s'imposant sur le score de 109-103.

Les matchs se suivent et se ressemblent pour les Lakers, une fois encore amorphes d’entrée. Ils peuvent cependant compter sur la présence au rebond offensif de leurs intérieurs pour rester au contact de ces Spurs agressifs (14-13). Comme il y a deux jours, Anthony Davis est omniprésent en ce début de partie.

La rencontre perd ensuite en rythme et en intensité, à mesure que l’adresse des deux équipes retombe également. Cela s’améliore toutefois à la fin de ce premier quart-temps, dominé par les joueurs de San Antonio, plus adroits et revanchards après leur défaite d’avant-hier (31-25).

Dans le deuxième acte, les « Purple & Gold » appuient sur l’accélérateur et passent devant, grâce à la montée en température progressive de Kyle Kuzma et l’efficacité de LeBron James (39-38). Sans paniquer, les Texans parviennent malgré tout à inverser la vapeur avec la sortie du « King », en attaquant toujours autant le cercle afin de provoquer des fautes (48-48).

En contrôle, Anthony Davis remet un peu d’ordre dans cette maison californienne brouillonne. Agressif au possible et constamment abreuvé de ballons, il porte les siens en cette fin de mi-temps. Si les Spurs lui répondent collectivement, ça ne les empêche pas d’être menés à la pause. Mais l’écart est minime (58-57).

Kentavious Caldwell-Pope touché à la cheville
Visiblement restés aux vestiaires, les Texans encaissent un 6-0 en une minute qui n’est évidemment pas du goût de Gregg Popovich. Celui-ci appelle un temps-mort, qui relance immédiatement ses troupes (70-70). Le blessure à la cheville de l’hyperactif Kentavious Caldwell-Pope dérègle ensuite les Lakers, contraints de s’appuyer plus que jamais sur LeBron James et Anthony Davis pour trouver des solutions en attaque.

Décomplexés, les joueurs de San Antonio — Keldon Johnson en tête — se régalent les uns après les autres avec la défense des Angelenos, bien plus permissive que d’habitude. « AD » poursuit quant à lui son chantier offensivement, mais il ne peut cependant pas priver ses adversaires de l’avantage, à douze minutes du terme de cette partie (85-81).

Dans le dur sur le plan offensif, les Spurs subissent la loi de LeBron James dans cette entame de dernier acte. À l’origine d’un 10-3, l’ailier désormais âgé de 36 ans redonne les commandes aux siens (91-88). Toujours plombés par leur laxisme défensif, les champions en titre ne peuvent se mettre à l’abri, à l’approche du « money time » (100-100). Le chrono défile et les deux équipes continuent de se rendre coup pour coup.

Les Lakers maîtres du « money time »
Au « and-one » de Rudy Gay, Anthony Davis répond par un 3-points depuis son « spot » de prédilection, à 45 degrés (103-103). Puis à une minute du buzzer final, Kyle Kuzma récupère un raté de LeBron James pour marquer sur une claquette, avant que le « King » n’aille conclure en force, près du cercle, sur la possession suivante (107-103). Le coup de massue définitif porté sur la tête des jeunes Texans, trop brouillons sur la fin et battus à l’expérience par des Californiens pourtant prenables (109-103).

Emmenés par leur duo majeur LeBron James (26 points, 11 rebonds, 10 passes) – Anthony Davis (34 points, 11 rebonds, 5 passes), qui signe là son premier carton de la saison, les Lakers ont assuré l’essentiel pour attaquer 2021 du mieux possible. Seule ombre au tableau : la blessure de leur arrière titulaire, Kentavious Caldwell-Pope, qui souffre d’une entorse de la chevile.

En face, San Antonio a pu compter sur un Keldon Johnson des grands soirs (26 points, 10 rebonds), et qui confirme son joli début d’exercice, ainsi que sur un DeMar DeRozan (23 points, 9 rebonds, 7 passes) fidèle à lui-même. Problème, il leur a manqué d’énergie et de lucidité pour éviter une troisième défaite d’affilée.

Retour à l'accueil