Les Bucks enchaînent en allant s'imposer sur le parquet du Magic d'Orlando

De retour après avoir manqué un match pour cause de blessure, Giannis Antetokounmpo (22 pts) a participé au succès des Bucks face au Magic (121-99). Portis et Middleton ont aussi été décisifs avec 20 unités chacun.

À l’image du duel Giannis Antetokounmpo – Aaron Gordon à l’intérieur, l’entame de match est très physique dans ce remake du premier tour des derniers playoffs. Grâce à un jeu collectif bien huilé, les Bucks parviennent à obtenir plusieurs tirs ouverts qui les lancent idéalement. Compte tenu de ses absents, le Magic se repose essentiellement sur Nikola Vucevic, qui sanctionne les différents errements défensifs de son vis-à-vis, Brook Lopez (12-11).

Plus patients et loin d’être intimidés par leurs bourreaux du mois d’août dernier, les joueurs d’Orlando font la course en tête dans ce premier quart-temps très rythmé. Pour ce faire, ils profitent notamment de la maladresse de leurs adversaires (19-16). Mais l’activité en sortie de banc du duo Thanasis Antetokounmpo – Bobby Portis permettra tout de même à Milwaukee de prendre l’avantage, à l’issue de ces douze premières minutes (25-23).

Le deuxième acte reste toujours aussi équilibré et les phénomènes athlétiques se mettent en évidence de part et d’autre, que ce soit Giannis Antetokounmpo, Aaron Gordon ou Mo Bamba. Si un défi physique s’installe, les Bucks conservent les rênes en convertissant, cette fois-ci, les (nombreux) tirs ouverts que leur laisse le Magic (43-38).

Nikola Vucevic seul au monde
Plus le temps s’écoule, plus Milwaukee dicte sa loi dans cette partie, accélérant la cadence et faisant la différence avec ses éléments-clés, à savoir le double MVP, donc, mais également Jrue Holiday (52-43). Si Nikola Vucevic a beau se démener pour ramener les siens (19 points, 9 rebonds), il se retrouve bien trop esseulé face au collectif adverse. Aidés par la fin de mi-temps solide de Bobby Portis, les hommes de Mike Budenholzer regagnent ainsi les vestiaires avec une avance confortable (63-54).

Cet écart d’une dizaine de points se stabilise après la pause. Sereins, les Bucks repoussent constamment leurs hôtes. Dans le dur jusqu’ici, le rookie Cole Anthony va finalement se réveiller et, dans son sillage, le Magic grignote possession par possession son retard, en provoquant notamment plusieurs fautes et lancers francs (73-70).

Un peu trop faciles, les joueurs de Milwaukee se sont endormis sur leurs lauriers, laissant les Floridiens reprendre progressivement confiance. D’un coup d’un seul, Orlando est donc revenu à portée de fusil de ses visiteurs, qui ne mènent plus que de quatre unités à douze minutes de la fin (86-82).

Giannis postérizé, le match bascule
D’entrée de quatrième quart-temps, Giannis Antetokounmpo écope déjà de sa cinquième faute. Aaron Gordon en profite immédiatement pour postérizer le Grec, qui ne peut plus intervenir comme à son habitude en défense ! Cette action a néanmoins le mérite de piquer au vif les Bucks, qui vont tout simplement signer un 15-2 dans la foulée, enchaînant cinq actions à 3-points : quatre paniers primés et un « and-one » (103-88) !

Le Magic ne se relèvera jamais de ce terrible « run », Khris Middleton s’occupant d’achever les hommes de Steve Clifford à mi-distance. En un peu moins de quatre minutes, l’écart est passé de +2 à +22 et Milwaukee peut ensuite gérer tranquillement son avantage dans le « garbage time ». Victoire finale (121-99) pour la franchise du Wisconsin, au terme d’une rencontre qu’elle a globalement su maîtriser.

Sans forcer, Giannis Antetokounmpo termine à 22 points, tandis que Khris Middleton (20 points, 10 rebonds) et Bobby Portis (20 points) l’ont parfaitement secondé. En face, Nikola Vucevic (28 points, 13 rebonds, 5 passes) a une nouvelle fois régalé mais il lui fallait bien plus que le simple soutien d’Aaron Gordon (21 points, 5 rebonds, 8 passes) pour qu’Orlando évite une troisième défaite consécutive.

Retour à l'accueil