Le rookie Payton Pritchard sauve les Celtics à Miami sur un game winner

Les retrouvailles étaient attendues, quatre mois après la finale de la conférence Est qui avait tourné en faveur du Heat, et ce sont les Celtics qui ont cette fois eu le dernier mot (107-105), au terme d’un match qui s’est joué à deux dixièmes du buzzer, sur une claquette victorieuse de Pritchard, plus petit joueur sur le terrain (1,87 m). Une minute plus tôt, son équipe comptait dix longueurs d’avance et croyait avoir match gagné. Mais Miami, qui n’abandonne jamais, a réussi trois paniers à longue distance par Duncan Robinson, deux fois, et par Goran Dragic. Une réaction néanmoins insuffisante pour empêcher Boston d’aligner un troisième succès consécutif, également dû aux 27 points de Jayson Tatum. Le Heat, malgré un bon Jimmy Butler (26 pts, 8 rbds), repasse en négatif (3-4).

Victorieux sur le fil de Miami (107-106), Boston peut remercier son meneur rookie, auteur d’une claquette décisive dans les toutes dernières secondes. Avant ça, Jayson Tatum (27 points) et Jaylen Brown (21 points, 12 rebonds) avaient porté la franchise du Massachusetts.

Alors que l’on a cru un instant que cette partie n’allait pas avoir lieu, en raison de cette situation choc aux États-Unis et de l’intrusion de manifestants pro-Trump au Capitole, les deux équipes sont finalement bien présentes pour ce remake de la dernière finale de conférence Est.

Et ce sont les Celtics qui prennent le meilleur départ, portés à la fois par Jayson Tatum, leur adresse à 3-points et ce sentiment de revanche qui les habite depuis leur élimination des playoffs, survenue en septembre dernier (16-7). C’est ensuite au tour de Jaylen Brown de se mettre en évidence, tandis que Marcus Smart — revenu de blessure — monte lui aussi en température (23-11).

Le Heat résiste tant bien que mal aux déferlantes celtes, notamment par l’intermédiaire de Jimmy Butler. Mais il lui est pour le moment impossible de faire baisser le pourcentage de réussite de ses adversaires et, donc, de rattraper son retard (30-19). L’ouverture progressive des bancs permettra malgré tout à Miami de revenir sous la barre des dix unités d’écart, juste avant la fin de ce premier quart-temps (34-26).

Dans le deuxième acte, Boston évolue toujours en totale décontraction. Autour de Jayson Tatum, et comme il y a deux jours face aux Raptors, ses remplaçants sont efficaces des deux côtés du parquet, signant de ce fait un 7-0. Sevrés de panier pendant cinq minutes (!), les hommes d’Erik Spoelstra ont la tête sous l’eau (47-30). Pire encore, Jimmy Butler semble se faire mal à la cheville sur une reprise d’appui…

Toujours en jeu malgré cette alerte physique, l’ailier All-Star se démène pour ramener les siens au contact et, sous son impulsion, le Heat y parvient doucement mais sûrement, affichant un bien meilleur visage (49-39). Désormais en pleine crise d’adresse et de confiance, les Celtics voient leurs hôtes se rapprocher un peu plus à chaque possession. Au point de regagner les vestiaires avec moins de dix points d’avance (53-45).

Emmené par la réussite extérieure de ses shooteurs, Duncan Robinson en tête, Miami redémarre fort après la pause et, suite à un 17-4, prend carrément les commandes du match pour la toute première fois (62-59). En difficulté, les joueurs de Brad Stevens laissent passer ce violent orage floridien et s’appuient sur leur leader Jayson Tatum pour sonner la révolte (71-71).

Discret dans le deuxième quart-temps, l’ailier de Boston retrouve de sa superbe depuis le retour des vestiaires, inscrivant 10 points sur la période. Couplé à l’activité du duo Payton Pritchard – Robert Williams III en sortie de banc, son réveil aide la franchise du Massachusetts à tenir la dragée haute au collectif de South Beach. À douze minutes de la fin, tout reste ainsi à faire dans ce choc indécis (80-80).

Un véritable mano-a-mano s’installe dans ce dernier acte, avec des changements d’avantage intempestifs. D’un côté, l’omniprésent Bam Adebayo — impliqué sur les sept premiers points du Heat — élève son niveau de jeu, tandis que, de l’autre, la « second unit » des Celtics, guidée par Jaylen Brown, résiste à l’activité du pivot All-Star (91-90). Jimmy Butler prend ensuite le relais de son coéquipier et s’en va chercher ses points sur la ligne. Mais l’inévitable Brown, toujours accompagné de Jayson Tatum, lui répond et Boston reprend le large grâce à un cinglant 13-0, à 1 minute 20 de la fin (105-95).

Moment choisi par Duncan Robinson pour sortir de l’ombre et marquer à 3-points, puis sur un « 3+1 », histoire de relancer le suspense en un claquement de doigts (105-102). En mode muraille, Miami n’encaisse désormais plus rien et contre toutes les incursions celtes dans sa raquette. C’est finalement Goran Dragic qui égalise à 3-points et, ce, sur sa deuxième tentative, après un rebond offensif récupéré par Bam Adebayo (105-105) !

Avec 13 secondes au chrono, Brad Stevens ne prend pas son ultime temps-mort et fait confiance à ses joueurs pour mener à bien cette dernière possession. Marcus Smart la vendangera pourtant… mais le meneur de poche des « C’s », Payton Pritchard (1 mètre 88), surgit au rebond offensif pour réaliser la claquette victorieuse (107-106) ! Victorieuse car, faute de temps (0.2 seconde), la tentative d’égalisation des Floridens ne donnera rien. La franchise du Massachusetts l’emporte donc sur le fil, avec cette action décisive de son rookie, toujours plus surprenant.

Auteur de 27 points, Jayson Tatum termine meilleur marqueur, alors que Jaylen Brown compile 21 points, 12 rebonds et 5 passes. En face, Jimmy Butler (26 points, 8 rebonds) a réussi sa meilleure performance de la saison, tandis que Bam Adebayo frôle le triple-double (15 points, 8 rebonds, 10 passes). Les Celtics tiennent leur revanche !

Retour à l'accueil