Le duo Julius Randle-RJ Barrett fait très mal aux Hawks d'Atlanta

Habituée à squatter les bas fonds de la Conférence Est, l’équipe de New York séduit en ce début de saison. Les Knicks ne jouent pas toujours bien mais ils s’arrachent et se donnent à fond pour gagner des matches. Nouvel exemple cette nuit avec la victoire contre les Hawks (113-108). Un succès décroché sous l’impulsion d’un Julius Randle encore une fois très productif : 28 points, 17 rebonds et 9 passes décisives.

Les Hawks ont maintenu le suspense jusqu’au bout suite à un panier primé de De’Andre Hunter (23 points) qui leur a donné un petit point d’avance dans les derniers instants de la partie (106-107). Mais Austin Rivers a planté un tir à trois-points décisif tandis que Randle ajoutait une claquette pour mettre les Knicks définitivement à l’abri. C’est leur deuxième victoire de suite et la quatrième en sept matches. Ils n’avaient plus démarré de la sorte depuis la saison 2012-2013.

Encore une belle performance des Knicks, qui sont allés gagner sur le parquet d’une formation d’Atlanta qui avait débuté par quatre succès en six matchs. Même malmenés au retour des vestiaires, les coéquipiers de Julius Randle (28 points, 17 rebonds et 9 passes décisives) ont fait preuve d’un grand sang-froid dans le « money time » pour inverser la tendance et signer à leur tour une quatrième victoire.

Omniprésent en début de match, Julius Randle offre un premier avantage aux siens avec un 2+1 puis un panier à mi-distance. L’intérieur sert ensuite Elfrid Payton, et le dunk de RJ Barrett dans la foulée fait déjà passer les Knicks à +10 (14-24).

Trae Young doit se démener pour ramener Atlanta dans le coup. Les locaux repassent même devant sur un 3-points en transition de leur meneur (28-27). C’est ensuite le tour d’Austin Rivers de régler la mire de loin pour terminer le premier acte.

Mitchell Robinson prend le relais niveau « showtime » avec deux alley-oops et RJ Barrett, dans tous les bons coups, place à nouveau son équipe à +7 (41-48). Mais Atlanta parvient encore à inverser la tendance juste avant le repos grâce à une paire Hunter-Collins déchaînée, ce dernier enchaînant notamment un dunk puis un 3-points devant Julius Randle pour porter la marque à 58-54.

Atlanta garde le cap en début de troisième quart-temps, se reposant sur le trio Young-Collins-Capela pour faire la différence. L’écart grimpe alors jusqu’à +15 suite à un 3-points de Kevin Huerter et un lay-up de De’Andre Hunter (82-67).

Austin Rivers et Julius Randle pour plier le suspense
Mais cette avance va fondre comme neige au soleil dès la fin du troisième quart-temps. Par les missiles derrière l’arc d’Immanuel Quickley et Kevin Knox pour débuter (88-84). C’est ensuite un nouveau panier à 3-points de Quickley suivi d’un dunk « and-one » de RJ Barrett qui fait céder Atlanta dès l’entame du dernier acte (93-94).

Les deux formations abordent ainsi le « money time » au coude à coude. Immanuel Quickley donne un premier avantage aux Knicks en provoquant une faute de Trae Young avant de scorer ses trois lancers (101-106). Le meneur new-yorkais porte ensuite le coup de grâce en trouvant Austin Rivers, également de loin, pour répondre au 3-points de De’Andre Hunter (106-110).

Après deux rebonds offensifs, Julius Randle termine le travail d’une claquette qui relègue Atlanta à 106-112 et offre la victoire aux Knicks sur un plateau une poignée de secondes plus tard (108-113).

Retour à l'accueil