John Wall et les Rockets viennent à bout des Sacramento Kings

Avec 22 points, 9 passes et 6 rebonds dans la victoire face aux Kings (122-119), John Wall a réussi ses débuts avec les Rockets. 735 jours après son dernier vrai match en NBA…

Cela faisait 735 jours que John Wall n’avait pas disputé un vrai match NBA. Une éternité qu’il a vite fait oublier.

Son dribble est toujours là, sa capacité à accélérer et à trouver ses coéquipiers également, et ce sont principalement DeMarcus Cousins et Christian Wood qui en ont profité. À l’isolement, comme le pivot et Eric Gordon, depuis une semaine, l’ancien Wizard a ainsi montré tout ce qu’il pouvait apporter aux Rockets.

« C’était génial, juste d’aller sur le terrain et de prendre du plaisir », explique-t-il après sa performance à 22 points, 9 passes et 6 rebonds dans la victoire (122-119). « Quand je suis entre les lignes du terrain, et que le ballon vient dans mes mains après l’entre-deux, tout va bien. J’étais heureux de pouvoir me battre avec quelques-uns des meilleurs joueurs de la ligue et de pouvoir montrer que je suis toujours l’un des meilleurs meneurs. »

Certes, il y a aussi eu du déchet avec des passes précipitées et beaucoup trop dangereuses (5 balles perdues) et un shoot à 3-points rouillé (2/8) mais John Wall est toujours aussi rapide et insaisissable une fois lancé.

« Il avait l’air d’être revenu en mode All-Star »

« Il avait l’air d’être revenu en mode All-Star », assure même Christian Wood. « Il était très agressif, il a créé des choses, a beaucoup donné défensivement. Il avait l’air en grande, grande forme, surtout quand on sait qu’il n’a pas joué depuis deux ans », ne peut que confirmer James Harden.

La victoire ne fut toutefois pas simple face à des Kings qui ont profité de l’appétit offensif des Rockets pour les contrer, à l’image d’un Buddy Hield toujours prêt à dégainer de loin en première intention.

Une très mauvaise fin de troisième quart-temps a ainsi permis à Sacramento de prendre les devants, et il a fallu que James Harden s’emploie, en inscrivant 16 de ses 33 points dans le dernier quart-temps, pour assurer la victoire de Houston, Buddy Hield puis De’Aaron Fox ratant tous deux le 3-points de l’égalisation.

Pour Stephen Silas, qui dispose enfin de toutes ses armes, il faut désormais travailler la relation Wall – Harden.

« Ils n’ont pas pu passer de temps ensemble, donc on essaie encore de trouver des solutions. Pour savoir qui a la balle et qui doit jouer sans », détaille l’entraîneur. « Ils cherchent des pistes avec mon aide. Leur relation doit se développer, pour progresser encore et encore. » Jusqu’au transfert de James Harden ?

Retour à l'accueil