Gordon Hayward guide les Hornets à une quatrième victoire consécutive

Les Hornets ont boudé une reconstruction classique en signant Gordon Hayward pour 120 millions sur quatre ans dans l’espoir de gagner des matches. Pour l’instant, le plan fonctionne. L’ancien All-Star affiche un niveau de jeu proche de celui qui était le sien avant ses blessures à répétition et la franchise de Caroline du Nord enchaîne les succès. Quatre de suite après leur nouvelle victoire contre les Knicks cette nuit (109-88) ! Hayward a encore montré la voie à ses jeunes coéquipiers en inscrivant 34 points (11 sur 17 aux tirs). Sa deuxième performance à plus de 30 unités cette saison après son carton à 44 pions contre les Hawks la semaine dernière. S’il a manqué de réussite (3 sur 13), le rookie sensation LaMelo Ball a contribué en postant 8 points, 14 rebonds et 7 passes décisives. 

Collectivement, Charlotte est l’une des équipes les plus séduisantes de ce début de saison, porté par un Gordon Hayward revenu à son meilleur niveau. Présent à la création, l’ancien ailier des Celtics fait jouer parfaitement ses coéquipiers. Il décale Terry Rozier puis PJ Washington pour deux tirs à 3-points. New York a toutes les peines du monde à rentrer dans sa partie, et après un 10-0, Tom Thibodeau est obligé de stopper le jeu.

Mais rien ne change dans ce match. Forcés par la défense des Hornets à prendre des tirs de loin, les Knicks sont trop maladroits et ils offrent des occasions à leurs adversaires de les punir sur le jeu de transition. Charlotte réalise le début de match parfait. Hayward et PJ Washington sont en feu et l’écart ne cesse d’augmenter (19-5).

Un plan anti-Randle
Vexé, Julius Randle tente de remettre ses coéquipiers dans le droit chemin. Le problème pour lui, c’est que dès qu’il a la balle poste bas, les Hornets déclenchent une prise à deux. Lui qui excelle poste bas et obligé de lâcher le ballon ou de jouer loin du cercle.

C’est aussi l’une des raisons du manque de liant collectif des Knicks pour l’instant, même si les bons passages d’Austin Rivers et de Kevin Knox relancent ce match. Les deux remplaçants n’hésitent pas à prendre leurs responsabilités devant la zone adverse et New York revient à 6 points (31-25).

Pendant que Gordon Hayward s’en va dunker sur Nerlens Noel, Knox continue de tenir son équipe à bout de bras. Critiqué habituellement pour son irrégularité, il est impeccable en sortie de banc. Il profite de la baisse d’intensité des Hornets pour prendre des tirs dans un fauteuil et il permet à son équipe de revenir à un point (42-41).

Agacé par les largesses défensives de ses joueurs, James Borrego renvoie Hayward au combat.

Et logiquement, les choses s’améliorent pour les Hornets. Le patron aux commandes, Charlotte remet le feu à la défense des Knicks. Hayward ne rate rien. Tir à 3-points, dunk rageur et une adresse irréprochable sur la ligne des lancers-francs… Tout ce qu’il entreprend est juste parfait. À la pause, Charlotte mène de neuf points (59-50), et Hayward a déjà inscrit 28 points ! Et dire que les Knicks avaient tout tenté pour le recruter…

La justesse de Gordon Hayward
En back-to-back, les coéquipiers de Elfrid Payton devront montrer autre chose défensivement pour espérer l’emporter. Pour l’instant, ils ne peuvent rien faire face à Hayward. Son intelligence de jeu lui permet d’attaquer avec efficacité chaque intervalle. C’est juste magnifique de le revoir jouer à un tel niveau. Sans forcer, il écœure un par un tous ses vis-à-vis. Pendant que la star des Hornets fait le show, Ball, maladroit en attaque, se rattrape aux rebonds. Il trouve aussi facilement Rozier derrière la ligne à 3-points et les Hornets gardent une belle avance (72-60).

Les Knicks ne produisent pas assez de bonnes choses en attaque pour revenir au plus près de leurs adversaires. À l’inverse, la fin de quart-temps est compliquée pour eux. Caleb Martin monte au dunk et Washington score à mi-distance puis Graham au buzzer renvoie les Knicks dans les cordes (82-68). Si l’activité de Mitchell Robinson est louable, les Hornets ont trop d’armes pour maintenir leur avance, et ce sont Washington puis Rozier qui maintiennent l’écart à coups de 3-points (92-77).

Pour ne rien arranger, LaMelo Ball trouve enfin la mire à 3-points puis il sert parfaitement deux fois Miles Bridges pour deux énormes dunk. Les jeux sont faits, New York s’incline ce soir dans les grandes largeurs (109-88). Ils n’ont jamais pu rivaliser avec des Hornets qui signent une quatrième victoire de rang.

Retour à l'accueil