Giannis Antetokounmpo mène Milwaukee face aux Hawks de DeAndre Hunter (33 points, 4 rebonds et 4 passes)

Les Bucks ont vu leur tâche nettement facilitée face aux Hawks, privés au dernier moment de leurs deux meilleurs joueurs : Trae Young, victime de douleurs au dos, et Clint Capela, touché à la main après son joli triple-double contre Minnesota. Portée par un début de match canon, la franchise de Milwaukee s'est ensuite contentée de maintenir son avance en se reposant sur Giannis Antetokounmpo (27 points à 9/13, 14 rebonds, 8 passes). À la fin d'une rencontre aisément maîtrisée (129-115), l'entraîneur Mike Budenholzer a toutefois souligné les largesses de sa défense, qui a encaissé plus de 30 points lors des trois derniers quart-temps. DeAndre Hunter a mené les Hawks avec 33 points, 4 passes décisives et 4 rebonds en 42 minutes. 

Surprise à l’entre-deux puisque Clint Capela et Trae Young sont absents. A la dernière minute, les deux meilleurs joueurs des Hawks sont contraints de déclarer forfait, et Lloyd Pierce les remplace par Rajon Rondo et Onyeka Okongwu. Pour sa première titularisation, le rookie se fait remarquer par un contre sur Khris Middleton, un peu trop relax sur son lay up, mais ce sont bien les Bucks qui prennent le meilleur départ. Giannis Antetokounmpo déborde très facilement ses vis-à-vis, et Milwaukee mène déjà 9-2, obligeant Lloyd Pierce à prendre un temps-mort.

Bobby Portis fait très mal
Okongwu est remplacé par Solomon Hill, et ça ne change pas grand chose. Les Bucks profitent de l’immobilité de la défense pour la punir dans les intervalles, et c’est encore le « Greek Freak » qui marque dans le trafic (19-6). Atlanta n’y est pas du tout et lorsque John Collins secoue ses coéquipiers, Bobby Portis et DJ Augustin lui répondent dans la foulée pour porter l’écart à +15 (28-13).

Portis est déchaîné, et Danilo Gallinari manque de rythme et de matches pour lui répondre. En face, le retour des titulaires n’arrange pas les affaires des Hawks, et Donte DiVincenzo fait beaucoup de bien dans la distribution du jeu, et c’est lui qui trouve Bryn Forbes pour le catch-and-shoot (42-22). Les Bucks prennent le large, et quand DeAndre Hunter s’en va dunker, il se fait bâcher par Antetokounmpo.

Les Bucks ont bien le match en main, et dès que les Hawks donnent l’impression de reprendre confiance, Antetokounmpo puis Jrue Holiday marquent sous le cercle (55-32). Portis revient planter un 3-points dans le corner puis Antetokounmpo continue de découper la défense avec ses grandes jambes et ses grands bras. A la pause, Milwaukee mène 66-47.

Les Bucks s’endorment
La deuxième mi-temps offre un autre scénario, tout simplement parce que les Bucks s’endorment… John Collins, le plus entreprenant chez les Hawks, plante un 3-points, puis Rondo piège deux fois de suite la défense pour aller marquer sous le cercle. Atlanta est revenu sous la barre des 10 points (74-65), et peut y croire. Les Bucks ne marquent que sur lancers-francs, et la fin du quart-temps est marquée par un contre énorme d’Okongwu de Portis. Hunter récupère la balle et marque du milieu de terrain ! C’est un tir pour revenir à -8 (94-86). Après de longues minutes, les arbitres décident finalement de l’annuler…

Les Bucks ont eu chaud, et ce panier annulé va les réveiller. Antetokounmpo se transforme en « playmaker », et il trouve Brook Lopez sous le cercle pour le dunk. Les Hawks sont en zone, et malgré leur mobilité, ils se font piéger au rebond. C’est DiVincenzo qui dunke pour donner 17 points d’avance (108-91). Collins a beau martyriser le cercle, les Bucks ont de nouveau la maîtrise du jeu, et c’est Holiday, à la création et à la finition, qui se charge de prendre le relais du « Greek Freak ». A l’arrivée, Milwaukee s’impose 129-115 pour reprendre la 2e place de la conférence Est.

Retour à l'accueil