Damian Lillard achève les Bulls sur un buzzer beater

A Portland, le money-time est rebaptisé "Dame Time", tant Damian Lillard a pris l'habitude d'inscrire les paniers de la gagne dans les dernières secondes, voire au buzzer. A Chicago, il a poussé le vice à faire les deux pour offrir un succès quasi-inespéré aux Blazers (123-122). A 11 sec 5/10e à jouer, les Bulls, qui venaient de porter leur avance à 122-117, pensaient avoir la victoire en poche. Lillard a alors planté une première banderille à trois points, à 10 mètres du panier, puis une deuxième, létale, à la sirène après un entre-deux gagné par ses coéquipiers. Le meilleur joueur de la bulle, l'an passé chez Disney World lors de la reprise de la saison régulière interrompue à cause du coronavirus, a fini avec 44 points (15/26 aux tirs, 9 passes). Et Portland de grimper à la 6e place à l'Ouest, juste derrière Memphis qui s'est imposé (129-112) sur le parquet de San Antonio. Une sixième victoire consécutive notamment due aux 19 points (11 passes) de sa jeune star Ja Morant. Les Spurs sont 8e ex aeco avec Golden State, facile vainqueur de Detroit (118-91) grâce à Stephen Curry (28 pts, 6/8 derrière l'arc).

Damian Lillard achève les Bulls sur un buzzer beater

Alors que Patrick Williams montre qu’il a sérieusement étudié le jeu de Kawhi Leonard, Damian Lillard trouve facilement des espaces en attaque, mais c’est surtout Enes Kanter qui impose sa puissance sous le cercle.

Le Turc se régale dans la peinture mais les Blazers n’arrivent pas à faire l’écart, la faute à une attaque de Chicago beaucoup mieux en place que sa défense. Le ballon circule beaucoup, au risque parfois de finir dans les mains adverses, mais cela permet de trouver les joueurs démarqués, en particulier Lauri Markkanen dans le corner.

Les premiers tirs du Finlandais rentrent et ça le met clairement en confiance, alors que les deux équipes profitent de défenses adverses poreuses pour trouver du rythme. Le premier quart-temps est plaisant (34-32).

Chicago avait le match en main
Zach LaVine enchaîne deux 3-points consécutifs, et même Cristiano Felicio se joint à la fête avec une belle passe pour Otto Porter Jr. sous le cercle. Chicago passe à +8 (42-34) mais ce sera la plus gros écart du match pour les hommes de Billy Donovan. Car derrière, Gary Trent Jr. rentre dans une de ses périodes « folles » et il emmène avec lui Robert Covington Jr. et Anfernee Simons. Enes Kanter se joint à la fête et les Blazers ont fait basculer le match pour pointer à +11 (53-64) à la mi-temps.

Sentant l’odeur du sang, Damian Lillard tente d’achever les Bulls au retour des vestiaires, mais la défense des Blazers est beaucoup trop friable pour cela. Zach LaVine et surtout Lauri Markkanen permettent ainsi aux locaux de rester à portée (86-93) à la fin du troisième quart-temps.

Les deux hommes profitent encore du passage désastreux des remplaçants de Portland pour revenir, et même passer devant (103-101) à 8 minutes de la fin. Terry Stotts est donc obligé de renvoyer Damian Lillard…

Le meneur remet vite de l’ordre, avec plusieurs tirs à 3-points, alors qu’Enes Kanter continue d’appuyer sous le cercle. Mais de l’autre côté, Thaddeus Young continue de faire les bonnes lectures pour trouver Lauri Markkanen, avant que Zach LaVine ne prenne les choses en main pour faire passer Chicago à +5 (120-115) à 30 secondes de la fin. Ça sent très mauvais pour les Blazers, qui reviennent à une possession sur un layup de Robert Covington Jr…

Damian Lillard n’abandonne jamais !
Sauf que Coby White assure aux lancers (122-117) et qu’il ne reste plus que 11 secondes à jouer. Problème pour Chicago : Portland a dans ses rangs un joueur d’exception, Damian Lillard. Un premier shoot à 3-points de très loin face à Coby White et il n’y a plus que deux points d’écart à 8 secondes de la sirène (122-120). Remise en jeu pour Thaddeus Young, qui trouve Zach LaVine, sauf que Rodney Hood et Gary Trent Jr. arrachent l’entre-deux !

Gary Trent Jr. le remporte, Robert Covington Jr. met la main sur le ballon mais a toutes les peines du monde à le donner à Damian Lillard, qui a le cuir dans les chaussettes et 3 secondes pour déclencher face à Lauri Markkanen.

Mais le « franchise player » de l’Oregon adore ces shoots impossibles (Paul George dirait « mauvais »…) et il parvient à poser quelques dribbles pour shooter en se décalant sur sa droite. Le Finlandais tente de le gêner au maximum mais le ballon transperce le filet au buzzer et Portland renverse (123-122) Chicago, qui peut s’en vouloir…

Retour à l'accueil