Christian Wood guide les Rockets dans le derby texan avec double-double (27 points et 15 rebonds)

Les Rockets ont perdu leur meilleur joueur, James Harden, envoyé aux Nets, mais ils sont sans doute soulagés. Rassurés de pouvoir enfin tourner la page. L’atmosphère paraît de suite plus saine au sein du vestiaire et ça s’est ressenti hier soir. Malgré un effectif décimé, Houston a battu San Antonio (109-105). Bombardé première option, Christian Wood a posté 27 points et 15 rebonds. Les Rockets ont notamment passé un 15-2 en fin de partie pour reprendre l’avantage dans les dernières minutes et ainsi décrocher leur quatrième victoire de la saison.

C’est par un derby texan, à San Antonio, que les Rockets débutent leur vie sans James Harden, et le MVP 2018 n’est pas le seul à faire défaut à l’entre-deux. Victor Oladipo et les recrues ne sont pas encore arrivées, et John Wall et Eric Gordon sont blessés ! En face, DeMar DeRozan est de retour, et les Spurs veulent enchaîner à domicile après des résultats probants en déplacement.

Forcément, le cinq de départ est improbable côté Houston, mais c’est hyper discipliné, voire scolaire. Les hommes de Stephen Silas jouent simplement et de manière collective, et Christian Wood plante un 3-points pour conclure un 10-0 et forcer Gregg Popovich à prendre un temps-mort. Côté Spurs, LaMarcus Aldridge et DeRozan tentent de prendre le jeu à leur compte, mais les Rockets semblent libérés. Peu de dribbles, de la projection vers l’avant et David Nwaba s’échappe pour aller dunker et donner neuf points d’avance (23-14).

Des Rockets séduisants
Les Spurs se réveillent par l’intermédiaire de Rudy Gay et Patty Mills, mais Houston continue de proposer du jeu, comme cette belle action collective ligne de fond, qui se termine par un panier avec la faute de Mason Jones. En défense, ça cavale de partout, et c’est parfois un peu mal coordonné mais il y a de l’envie comme sur ces deux contres de Jae’Sean Tate et Kenyon Martin Jr. Après douze minutes, Houston est devant (30-27).

Alors que P.J. Tucker semble touché, Christian Wood reprend sa marche en avant. À 3-points ou dans la peinture, il impose son adresse et sa technique, et Houston se détache à nouveau (42-33). À San Antonio, deux joueurs surnagent, Keldon Johnson et Lonnie Walker IV, et deux tirs primés de ce dernier permettent aux Spurs de se rapprocher à nouveau (44-39). Jae’Sean Tate fait apprécier son « hang time », tandis que Rudy Gay marque avec la faute à zéro degré. À la pause, les Rockets conservent leurs trois petits points d’avance dans un match plutôt agréable (48-45).

Murray prend le match à son compte
Au retour des vestiaires, Dejounte Murray sort de sa boîte, et il prend le dessus sur P.J. Tucker pour lui marquer au-dessus de la tête, puis il prend de vitesse toute la défense. Les Spurs ont pris les commandes (56-50). On retrouve Murray à la pause, puis à l’interception, et c’est Walker qui se charge de punir les Rockets (65-58). Les Rockets cherchent un second souffle, mais Keldon Johnson les enfonce avec un alley oop, et il en déjà à 22 points !

Stephen Silas renvoie ses remplaçants sur le terrain, la « second unit » s’en sort mieux. Avec style, Mason Jones et Martin Jr se trouvent bien, et Tucker vient les épauler avec un 3-points les pieds dans le ciment. Le match gagne en intensité, et Murray termine son très bon quart-temps sur un panier sur le nez de Cousins qui ne saute plus (79-75).

Si Cousins n’a plus de jump, il a en revanche toujours le coup d’œil comme sur cette passe pour le alley-oop de Nwaba. Les Spurs cherchent le break, mais c’est Houston qui égalise (80-80). Les Rockets passent en zone, mais Murray la fait exploser par son premier pas, et Jakob Poeltl est là pour mettre le couvercle (87-82). À ses côtés, DeMar DeRozan entame un clinic à mi-distance, et LaMarcus Aldridge sort son petit hook shot habituel à deux mètres du cercle. À quatre minutes de la fin, les Spurs s’échappent (99-90).

DeMar DeRozan rate la balle de match
Sauf que Christian Wood ne lâche rien, et il reçoit le renfort de Brown. Les deux enchaînent trois tirs primés, et Houston égalise à moins de trois minutes de la fin (101-101). Les deux signent un 9-0 au meilleur des moments, et Houston attaque la dernière minute avec quatre points d’avance (105-101). À la limite du passage en force, Johnson rapproche les Spurs, et c’est Tate qui lui répond main gauche dans le trafic (107-103).

Les Spurs s’en remettent à DeMar DeRozan pour arracher la victoire, et l’arrière All-Star a la balle de match. À huit secondes de la fin, il joue le un-contre-un face à PJ Tucker. Son petit fadeaway est parfait mais la balle lèche le cercle puis ressort. Rebond pour PJ Tucker qui provoque la faute. Il met ses lancers et assure la belle victoire des Rockets (109-105). La première d’une nouvelle ère.

Retour Ă  l'accueil