NBA Christmas Day : le Miami Heat se relance en battant la Nouvelle-Orléans

Le Miami Heat a lancé le Christmas Day avec une victoire tranquille contre les Pelicans de la Nouvelle-Orléans (111-98) ce vendredi soir à domicile. C'est la première victoire de la saison pour le dernier finaliste malheureux.

Après avoir concédé une défaite face à son voisin du Magic d'Orlando dans le derby floridien, le Heat s'est relancé en dominant les Pelicans au terme d'une rencontre parfaitement maîtrisée. Le Heat a mené 29-26 en fin du premier quart-temps avant de créer un matelas de 13 points à la pause (66-53).
Dans le sillage du duo Zion Williamson (32 points et 14 rebonds en 37 minutes) et Brandon Ingram (28 points), les Pelicans ont reussi à revenir en dessous de la barre des dix points après avoir remporté le troisième quart-temps (26-22) mais le Heat refuse d'abdiquer en terminant la rencontre sur un 23-19.
Duncan Robinson a guidé le Heat avec 23 points, suivi de Goran Dragic avec 18 points. Le pivot nigérian Bam Adebayo a brillé avec 17 points, 4 rebonds et 2 passes en 28 minutes. Le rookie nigérian Precious Achiuwa n'a pas été en reste, enregistrant 11 points, 3 rebonds et 2 passes décisives en 19 minutes.

« C'est vraiment très spécial de jouer le jour de Noël »... déclarait Duncan Robinson, le showman de la soirée, dont la réussite à trois points (7/13, un record pour un match de Noël) et les 23 points ont grandement aidé Miami à venir à bout des Pelicans.

Les garçons de Jeff van Gundy ont été handicapés par leur maladresse globale (39,7 % de réussite aux tirs), là ou Miami a su trouver un collectif complet (5 joueurs entre 11 et 17 pts) et l'appui d'un banc qui, à l'image de Goran Dragic (18 pts, 9 passes), a surclassé en efficacité le banc des Pelicans (21 pts pour le banc de New Orleans contre 47 pour le banc de Miami).

« On savait qu'ils allaient revenir et faire un effort, mais on a su garder la bonne attitude » résumait Dragic. Miami a acquis sa victoire avec d'autant plus de mérite que le coach Erik Spoelstra n'a pas pu trop compter sur Jimmy Butler, aligné seulement seize minutes, en raison d'une cheville droite un peu raide.

Retour à l'accueil