Les Bucks sont également devenus la première équipe de l'histoire de la NBA à avoir 12 joueurs différents qui marquent un au moins un panier à  trois-points dans un match.

Les Bucks sont également devenus la première équipe de l'histoire de la NBA à avoir 12 joueurs différents qui marquent un au moins un panier à trois-points dans un match.

Le choc de la Conférence Est entre Milwaukee et Miami a tourné au massacre avec la très large victoire des coéquipiers de Giannis Antetokounmpo (144-97), auteurs d’un nouveau record avec 29 paniers à trois-points marqués. Giannis Antetokounmpo n’a presque pas servi à grand-chose hier soir. Il est le seul joueur de Milwaukee entré en jeu à ne pas avoir inscrit un panier primé et il a terminé avec 9 points. Ses 12 coéquipiers alignés sur le terrain ont tous marqué au moins un trois-points ! Incroyable. 2 pour le rookie Jordan Nwora (8 points, 2 rebonds et une interception en 12 minutes), 4 pour Khris Middleton (25 pts), 6 pour Jrue Holiday (24) ou 5 pour Donte DiVicenzo (17) 

Les autres équipes NBA le savent : quand les Bucks mettent dedans de loin, ils sont redoutables. Alors quand ils en rentrent 29 à trois-points – un nouveau record NBA – ça donne une rouste monumentale. Une victoire 144 à 97 contre le Heat. Une sacrée revanche après la demi-finale de Conférence perdue dans la bulle.

Les Bucks finissent à 29 sur 51 de loin alors qu’ils n’avaient réussi que 7 de leurs 36 tentatives lors de leur dernier match dimanche. "Je savais que l’on était adroits mais je ne pensais pas que en avait mis autant", notait Brook Lopez. Aucune équipe n’a fait mieux dans l’Histoire de la NBA. Les Rockets disposaient du record précédent avec 27 paniers à trois-points.

Les Bucks infligent une humiliation historique à Miami (+47 points) avec un nouveau record NBA à 3-points

Balayés du côté du Madison Square Garden, les Bucks sont doublement revanchards puisqu’ils défient le Heat qui les avait sèchement éliminés en demi-finale de conférence.

La première minute lance cette partie. Hyper agressifs, les Bucks ne laissent pas respirer le Heat et ils mènent 10-0 après… 70 secondes. Présents sur toutes les lignes de passes, les Bucks volent des ballons et mettent le feu à la défense à adverse sur transition. Jrue Holiday gère parfaitement le tempo, et ses offrandes pour Giannis Antetokounmpo ou Brook Lopez sont splendides.

Erik Spoelstra stoppe le jeu pour essayer de calmer ses joueurs, mais rien ne change. Le tir de Duncan Robinson ne change rien, Miami n’est pas au rendez-vous à l’image d’un Bam Adebayo loin de son niveau. Certes Jimmy Butler n’est pas là, mais le manque d’agressivité n’est pas dans leurs habitudes. Tant mieux pour les Bucks qui poursuivent leur festival longue distance. Kris Middleton et Donte DiVincenzo enflamment les lignes arrières et Brook Lopez au large fait parler son poignet. Le Heat est déjà dans les cordes (29-12).

Le Heat à l’agonie
La rentrée d’Avery Bradley doit aider au Heat à sortir la tête de l’eau, mais les Bucks sont toujours aussi déchaînés. Jrue Holiday à 3-points puis par le drive participe au festival, épaulé par l’élégant Middleton. Miami coule sous les attaques des coéquipiers du « Greek Freak » qui, du banc, apprécie le spectacle (48-28).
Réputé pour sa défense, le Heat a donc encaissé 48 points en 12 minutes ! Et la suite n’est pas rassurante car les Floridiens n’arrivent toujours pas à trouver les solutions. Même leur défense de zone, si précieuse habituellement, n’a aucun effet. En face, les Bucks ne se posent pas de question : dès qu’ils sont ouverts, ils envoient une bombinette à 3-points. Tous les joueurs allument des mèches et Miami ne peut que constater les dégâts. Arrivé cet automne, Bryn Forbes sort du banc pour planter deux tirs primés de plus, et l’écart ne cesse de grimper (73-42).

Tyler Herro tente d’exister dans ce naufrage collectif. Mais c’est mission impossible ce soir. Appelé sur le terrain, Thanasis Antetokounmpo montre de belles choses et permet à son équipe de rejoindre les vestiaires à +31.

Un record NBA dans la poche

Ridicules pendant 24 minutes, Miami se doit de réagir. Mais les efforts de Bam Adebayo ne servent à rien. Milwaukee continue de jouer à la perfection. Leur faculté à attaquer les intervalles leur permet de trouver des tirs ouverts à 3-points. Miami ne tient aucun duel et Jrue Holiday se promène (101-64).

Tyler Herro surnage mais les exploits du jeune arrière ne changent rien. Milwaukee a déjà tué tout suspense (114-75), alors même que Giannis Antetokounmpo réalise son plus petit total de points en deux ans..

Le seul intérêt du dernier quart-temps est de voir les Bucks s’emparer du record de tirs à 3-points avec une 29e réussite de loin, effaçant un record des Rockets !

Tous les Bucks ont inscrit un 3-points, sauf… leur meilleur joueur, Giannis Antetokounmpo. À l’arrivée, Milwaukee s’impose 144-97, pour un écart de 47 points. Le Heat s’était déjà incliné de 47 points dans son histoire. C’était lors de sa première saison en NBA face aux Lakers de… Pat Riley.

Le rookie guinéen Mamadi Diakité savoure la démonstration historique des siens à Miami

Le rookie guinéen Mamadi Diakité savoure la démonstration historique des siens à Miami

Un record NBA dans la poche

Ridicules pendant 24 minutes, Miami se doit de réagir. Mais les efforts de Bam Adebayo ne servent à rien. Milwaukee continue de jouer à la perfection. Leur faculté à attaquer les intervalles leur permet de trouver des tirs ouverts à 3-points. Miami ne tient aucun duel et Jrue Holiday se promène (101-64).

Tyler Herro surnage mais les exploits du jeune arrière ne changent rien. Milwaukee a déjà tué tout suspense (114-75), alors même que Giannis Antetokounmpo réalise son plus petit total de points en deux ans..

Le seul intérêt du dernier quart-temps est de voir les Bucks s’emparer du record de tirs à 3-points avec une 29e réussite de loin, effaçant un record des Rockets !

Tous les Bucks ont inscrit un 3-points, sauf… leur meilleur joueur, Giannis Antetokounmpo. À l’arrivée, Milwaukee s’impose 144-97, pour un écart de 47 points. Le Heat s’était déjà incliné de 47 points dans son histoire. C’était lors de sa première saison en NBA face aux Lakers de… Pat Riley.

Retour à l'accueil