Les Warriors de Golden State ont présenté un plan ambitieux afin de permettre au Chase Center à San Francisco d’accueillir des fans à 50 % de sa capacité maximale pour la prochaine saison.

Les Warriors de Golden State ont présenté un plan ambitieux afin de permettre au Chase Center à San Francisco d’accueillir des fans à 50 % de sa capacité maximale pour la prochaine saison.

Depuis le mois de mars, la direction des Warriors travaille sur la mise en place d’un système de dépistage rapide de tous les spectateurs. Un projet qui a le soutien de la NBA, et qui pourrait devenir un modèle pour tout le sport professionnel.

Flambant neuf, le Chase Center aura vécu une saison inaugurale des plus tristes entre les piteux résultats des Warriors, bons derniers de la NBA, et une crise sanitaire qui a écourté la saison régulière.

La nouvelle salle des coéquipiers de Stephen Curry est la plus moderne de la NBA, et elle entend bien le démontrer en étant en mesure d’accueillir du public lors de la reprise de la saison. Comment ? En testant tous les spectateurs au Covid-19, selon le San Francisco Chronicle et ESPN, l’objectif étant de remplir la salle à moitié, soit 9 000 fans !

Depuis huit mois, la franchise s’est entourée des plus grands spécialistes et des plus prestigieux établissements de santé, et le propriétaire Joe Lacob a annoncé qu’il avait débloqué 30 millions de dollars pour effectuer un dépistage systématique de chaque spectateur. Le but : devenir un modèle pour toute équipe professionnelle.

« Je ne veux pas uniquement le faire et montrer au monde entier que nous pouvons le faire, mais je veux dépenser de l’argent pour le faire » explique Joe Lacob, qui est diplômé de UCLA en santé publique et qui a bâti sa fortune dans la biotechnologie. « C’est un problème grave. Il ne peut pas durer plusieurs années… car si c’est le cas, la NBA n’existera plus. On ne peut soutenir cette ligue sans fans. On peut le faire pendant un an. On s’en sortira tous pendant un an. Mais supposons que nous soyons toujours dans cette situation l’année prochaine…. On se retrouvera alors face à de graves dommages financiers. Pour beaucoup de gens. »

La Californie et San Francisco vont-ils accorder une dérogation ?
Selon l’épidémiologiste George Rutherford, les Warriors ont prévu de mettre en place des tests PCR rapides, plus fiables que les tests antigéniques, et d’envoyer des kits à chaque abonné à l’année. Chaque test serait alors envoyé à un laboratoire distinct et les abonnés seraient alors autorisés à se rendre au match si le test est négatif.

Pour les spectateurs qui achèteraient leurs places au match, même test, près du Chase Center, avec des résultats obtenus en 15 minutes. Ce sont les tests qu’utilisait la NBA dans la « bulle » et ils sont fiables à 99%. À l’intérieur de la salle, le masque restera obligatoire, ainsi que la distanciation physique. Par ailleurs, la NBA a demandé des précautions supplémentaires pour les spectateurs à moins de 10 mètres du terrain. Les Warriors ajoutent que leur salle dispose d’un système de ventilation dernier cri pour éviter que les gouttelettes respiratoires stagnent dans l’air.

Cependant, il reste un obstacle de taille : obtenir l’accord des autorités pour ouvrir la salle au public. La Californie interdit la présence de public dans les salles depuis le début de la pandémie, et la ville de San Francisco a annoncé cette semaine qu’elle annulait un certain nombre de réouvertures, y compris la présence de public dans les gymnases et les cinémas. Mais Joe Lacob pense que son plan sera finalement approuvé par les responsables de la santé publique de la ville et de l’État, une fois qu’il l’aura bien expliqué. « Laissez-nous vous montrer le concept. Laissez-nous utiliser notre argent, nos ressources, nos 7 à 8 mois de travaux et notre expertise pour démontrer le concept. C’est comme ça que j’essaie d’entraîner avec nous l’État, la ville et le gouvernement. »

Pour la NBA, qui s’exprime par la voix d’Adam Silver, le projet des Warriors est « vraiment réalisable. »

Retour à l'accueil