Chris Boucher se dit prêt à briller avec les Raptors

Le Québécois Chris Boucher a atteint une nouvelle étape dans sa carrière d’athlète professionnel avec un contrat qui lui rapportera 13,5 millions $ pour les deux prochaines saisons.

L’athlète de 27 ans qui a connu un parcours atypique pour rejoindre les Raptors de Toronto souhaitait rester là où il a remporté le championnat en 2019 après un le sacre contre les Warriors de Golden State. Bien qu’il se dit heureux du contrat décroché, le pivot veut produire à la hauteur de son contrat.

« D’avoir un contrat c’était une étape, mais maintenant il faut produire », a-t-il mentionné en entrevue à RDS, lundi.

« On s’est dit que cet été allait être le plus important, car nous allions peut-être avoir la chance de jouer dans la rotation et d’avoir plus de minutes. Je suis prêt pour ça. On s’améliore chaque jour et lorsque le tout va arriver, il va falloir être prêt », a-t-il ajouté.

Cette chance et risque de responsabilités accrues pour Boucher ne proviennent pas uniquement de ses années avec les Raptors, alors que l’équipe a essuyé des pertes dans le secteur  intérieur avec l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

Alors que Serge Ibaka a rejoint les rangs des Clippers de Los Angeles, Marc Gasol a quant à lui opté pour l’autre franchise de L.A. en acceptant un contrat avec les Lakers.

Les Raptors ont alors répondu avec la mise sous contrat d’Aron Baynes et Alex Len a aussi rejoint l’équipe.

« Je pense qu’après la saison, nous savions qu’il allait y avoir des changements dans l’équipe. On ne savait pas qu’on allait perdre Serge et Marc, mais on savait qu’il allait y avoir des changements », a mentionné celui qui se dit prêt à aider ses nouveaux coéquipiers pour leur adaptation au système.

Parmi les éléments qui ont pesé dans la balance pour le clan de Boucher, il y a le retour de Fred VanVleet qui a accepté un contrat de quatre ans et 85 millions $. Boucher espérait aussi demeurer dans cet environnement qu’il connaît bien.

« Lorsque Fred a signé avec l’équipe, je savais donc qu'il restait là, comme Norman (Powell) et Pascal (Siakam), donc ma décision était plus facile de rester », a-t-il expliqué.

« On voulait rester et nous trouvions que tout était en place. Ça fait deux ans que je suis avec l’équipe et je connais l’équipe, le personnel d’entraîneurs, et je sais qu’ils ont confiance en moi », a-t-il maintenu.

Les Raptors vivront cependant un changement tout autre au début de la prochaine saison. Après avoir évolué à Orlando durant les séries éliminatoires, ceux-ci ne pourront pas jouer à leur domicile à Toronto en raison de la COVID-19 pour le début de la prochaine saison.

Les matchs locaux des Raptors auront lieu à Tampa Bay, mais Boucher sait que son équipe pourra remplir ce nouveau défi.

« C’est sûr que nous aurions aimé jouer devant les fans à Toronto. Nous avons toujours trouvé une façon de bien jouer à l’extérieur », a-t-il relativisé.

« Contrairement à la bulle, nous allons avoir une vie normale si on veut. Les partisans de Toronto vont toujours être derrière nous et nous allons le sentir même de loin », a-t-il convenu.

Boucher vient de conclure sa deuxième saison avec la franchise canadienne. Il a vu son temps de jeu augmenter, alors qu’il a participé à 62 matchs contre 28 pour la saison 2018-2019 qui s’est conclue avec le championnat.

Lors de la dernière saison, Boucher a affiché une moyenne de 6,6 points, 4,5 rebonds et un contre par match.

Retour à l'accueil