Auteur d'un triple-double, Jimmy Butler a été le grand artisan de la victoire de Miami dimanche. (K. Klement/USA Today Sports/Reuters)

Auteur d'un triple-double, Jimmy Butler a été le grand artisan de la victoire de Miami dimanche. (K. Klement/USA Today Sports/Reuters)

Mené deux manches à zéro, privé de deux joueurs cadres (Adebayo, Dragic), le Miami Heat a cependant trouvé les ressources pour battre les Los Angeles Lakers (115-104) dans le match 3 de la finale NBA dimanche. Jimmy Butler a inscrit 40 points et signé un triple-double avec 11 rebonds, 13 passes décisives, 2 interceptions et 2 blocs pour Miami, qui n'est plus mené que 2-1 dans cette finale.

Miami n'a pas dit son dernier mot dans la finale NBA 2020 face aux Los Angeles Lakers. Dimanche soir, porté par un Jimmy Butler en transe (premier triple double en play-offs de sa carrière), le Heat est revenu à deux victoires à une (115-104). C'est un vrai coup d'arrêt pour les Lakers qui, sans Bam Adebayo (cou et épaule) ni Goran Dragic (pied) du côté de Miami, avaient l'occasion de poser neuf doigts sur le trophée Larry-O'Brien, en cas de succès. Les équipes menant 3-0 en play-offs n'ont en effet jamais perdu leur série dans toute l'histoire de la ligue.

Malgré l'enjeu, Los Angeles n'a pas vraiment semblé impliqué en début de rencontre. Durant un premier quart-temps chaotique, les Lakers ont perdu la bagatelle de 10 ballons, nourrissant l'attaque de Miami, qui a rapidement mené de 13 points (22-9, 8e). Malgré cela, ils avaient réussi à limiter les dégâts après douze minutes de jeu (26-23). Le scénario du match 1 semblait alors se reproduire avec pour seule interrogation de savoir à quel moment LeBron James et ses coéquipiers allaient prendre le match en main. Kyle Kuzma faisait d'ailleurs passer les Californiens devant (29-28, 14e).

Mais le show Jimmy Butler ne faisait que commencer à l'AdventHealth Arena d'Orlando. Le patron du Heat a tout simplement réalisé le meilleur match de sa carrière dimanche soir. Il a compilé un énorme triple double avec 40 points, 13 passes décisives, 11 rebonds, deux interceptions et deux contres. Le tout sans tenter le moindre tir à trois points, à contre-courant de la tendance actuelle de la NBA, et en ayant à peine trois minutes et neuf secondes de repos de toute la soirée (un court temps de jeu pendant lequel son équipe a encaissé un -9 au tableau d'affichage). Tout au long du match, il a porté son équipe, restant au contact des Lakers quand il le fallait, creusant l'écart le reste du temps.

3
Jimmy Butler n'est que le troisième joueur à réaliser un triple double à 40 points en finale NBA. Il rejoint LeBron James (en 2015 avec Cleveland) et Jerry West (en 1969 avec les L.A. Lakers).

Avec un Anthony Davis aux abonnés absents (15 points avec 9 tirs tentés, 5 petits rebonds et 5 pertes de balle), LeBron James a tenté de prendre les choses en main, à l'approche de la dernière période. Il a ramené son équipe à cinq points, en puissance, juste avant la fin du troisième quart-temps (85-80, 36e). Puis à deux unités, après un panier, plus la faute pour débuter la dernière période (85-83, 37e).

« Je me fiche des stats. (...) Je suis juste content du résultat » Jimmy Butler 

Mais Butler n'avait pas l'intention de se laisser faire. Il est allé défier le ''King'' lui-même, lorsque les Lakers ont repris brièvement le score, égalisant dans un premier temps (91-91, 40e) puis a servi successivement Kelly Olynyk et Tyler Herro pour faire gonfler l'avantage à six points (97-91, 42e). Et LeBron a craqué le premier, perdant deux ballons consécutifs en faisant marcher à chaque fois, ratant un tir à trois points important puis se faisant chiper le ballon par Olynyk, alors qu'il remontait le terrain (son 8e turnover du match). Toujours efficace en attaque, Miami n'allait plus laisser échapper le match.

Interrogé sur son triple double historique, dès la sortie du terrain, Butler a souri : « Je me fiche des stats, vraiment. Je suis juste content du résultat. On a réalisé qu'on méritait d'être là. Je sais qu'au prochain match, ils vont être bien meilleurs et il faudra être capables de répondre ». Cette finale, qui semblait se diriger vers un scénario entendu en faveur des Lakers, vient de prendre une nouvelle dimension. Et l'envie de Dragic et Adebayo d'être rétablis pour le match 4 est sans doute décuplée.

Retour à l'accueil