LeBron James : « Si on veut être champions, il faudra qu'on ait la même envie, la même attitude »

Alors que les Los Angeles Lakers sont à une victoire du titre après leur succès contre Miami dans la nuit de mardi à mercredi (102-96), LeBron James souligne combien il apprécie la bataille tactique et défensive de cette finale.
 
« Pour la 56e fois cette saison, votre équipe menait au score à la fin du troisième quart-temps et pour la 56e fois, elle a ensuite gagné. Est-ce une statistique dont vous êtes fier ?

Je ne la connaissais mais c'est l'état d'esprit. Le quatrième quart, c'est le moment où la gagne se joue. Ce sont 12 minutes pour tout donner défensivement, garder cet avantage et exécuter en attaque. C'est vraiment notre état d'esprit depuis le début de la saison.

On vous a vu exploser d'une joie très démonstrative lorsque Anthony Davis a marqué le trois points de la victoire à 39 secondes de la fin.
C'est quelqu'un qui sait rentrer les tirs importants, à la fin de la possession, au début, au premier ou au dernier quart-temps et même à tous les autres moments. Rajon Rondo l'a parfaitement servi après avoir fait une feinte lors de la possession précédente. C'était un gros tir parce qu'il a scellé le match.

« Si on veut être champions, il faudra qu'on ait la même envie, la même attitude »

Certains de vos coéquipiers ont évoqué un message que vous avez envoyé sur le groupe de discussion de l'équipe dans la journée. Pourquoi l'avait vous fait ?
Quand je me suis réveillé de ma sieste après notre réunion du matin, je l'ai senti comme ça. J'ai ressenti cette ''vibe'', cette pression. Personnellement, j'avais la sensation que c'était un des plus grands matches de ma carrière et je voulais transmettre ce message à mes coéquipiers, qu'ils comprennent quel genre de moment c'était et le type d'équipe qu'on avait en face. Parce qu'après le match 3, ils avaient énormément de confiance et ils en ont toujours même après la défaite de ce soir (mardi soi). C'est une équipe avec des tripes et qui est sacrément bien coachée. Si on veut être champions, si on veut vraiment décrocher ce titre, il faudra qu'on ait la même envie, la même attitude.

Vous avez un jour de « repos » en plus avant le match 5 (prévu dans la nuit de vendredi à samedi), par rapport au reste de la série. Cela compte-t-il pour vous ?
Ça n'a aucune importance, ça ne compte pas. Je peux jouer tous les deux jours s'il le faut. Je vais vraiment en profiter au maximum, me donner la possibilité de remettre mon corps en parfait état, mon esprit aussi. Donc je vais utiliser ça mais ça ne change pas grand-chose. J'imagine que pour certains oui mais moi je n'en ai pas vraiment besoin. C'est la meilleure partie ! Je suis déjà impatient d'être à la réunion de demain (mercredi), de regarder la vidéo, de disséquer les actions et de voir ce qu'on peut mieux faire. Penser aux ajustements qu'on pourra faire et anticiper ceux qu'ils feront, parce que je connais bien ''Spo'' (Erik Spoelstra, l'entraîneur du Heat). C'est ce qu'il y a de mieux. Une vraie partie d'échecs. »

Retour à l'accueil