Jimmy Butler propulse le Miami Heat au Game 6 en signant un nouveau triple-double

Les Los Angeles Lakers pouvaient être champions vendredi, mais ils se sont inclinés face au Miami Heat (111-108) dans les ultimes secondes après avoir été menés pendant 99% du match. Les deux équipes s'affronteront de nouveau dimanche.

Au terme d'une fin de match irrespirable, le Miami Heat a décroché une nouvelle victoire dans la finale NBA 2020, en venant à bout des Los Angeles Lakers (111-108). Ces derniers mènent toujours, par trois victoires à deux, mais doivent patienter avant d'être champions.

LeBron James a inscrit 40 points pour les Lakers, tandis que Jimmy Butler a réalisé un nouveau triple double (35 points, 12 rebonds, 11 passes décisives et 5 interceptions) avec Miami. Les deux équipes se retrouveront dimanche.

Le Miami Heat n'avait pas envie de quitter la bulle comme ça, en laissant les Los Angeles Lakers remporter un dix-septième titre dès le match 5 de cette finale, vendredi. Alors Jimmy Butler et ses coéquipiers ont donné tout ce qu'il avait et un peu plus encore pour s'imposer (111-108) au finish d'une rencontre à l'intensité folle. Il faudra attendre au moins jusqu'à dimanche pour connaître l'épilogue de cette incroyable saison 2019-2020.

Les Lakers ont pourtant eu une (double) chance d'assurer le titre dans les dernières secondes. Mais Danny Green, tout seul en tête de raquette après que LeBron James a attiré toute la défense à lui, a manqué le coche, bien trop court. Et Markieff Morris, qui a récupéré le rebond offensif, a fait le plus mauvais choix possible en tentant de servir Anthony Davis, bien pris sous le cercle, qui n'a pu que regarder le ballon sortir du terrain. «On a eu un peu de chance que Danny Green manque ce tir», a reconnu Jimmy Butler une nouvelle fois exceptionnel. Le leader du Heat a signé un deuxième triple double dans cette finale avec 35 points, 12 rebonds et 11 passes décisives, ne manquant que quarante-huit secondes dans cette partie. Dans les trois dernières minutes son duel avec LeBron James a été exceptionnel, les deux équipes, telles des boxeurs poids lourds, se rendant coup pour coup au travers de leurs deux stars.

Butler a marqué à mi-distance d'abord, puis en se retournant ensuite, en obtenant des fautes aussi (et en étant parfait aux lancers-francs, 12 sur 12) malgré un état de fatigue avancé comme sa longue pause, accoudé sur les panneaux publicitaires derrière le panneau des Lakers l'a montré. James a fait une nouvelle fois étalage de sa puissance à l'image de ce panier plus la faute, alors que Tyler Herro et Jae Crowder avaient tout fait pour l'arrêter, puis de ce rebond offensif sur son propre tir (qui avait tapé le dessous de l'arceau) ensuite converti. Le «King» a accumulé 40 points, 13 rebonds et 7 passes décisives, enregistrant, malgré cette performance personnelle époustouflante, une rare défaite dans un match où il avait l'occasion de mettre fin à une série de play-offs (2e défaite seulement en 19 occasions).

Anthony Davis diminué par une blessure au talon droit ?
Anthony Davis a, lui, bien cru devenir le héros du match, l'espace de quelques instants. Dans la dernière minute, il a récupéré un airball de Kentavious Caldwell-Pope pour redonner un point d'avance à son équipe (108-107). Inespéré alors que l'intérieur (28 points, 12 rebonds, 3 contres, 3 interceptions, 3 passes décesives) semblait sur un pied à ce moment-là, handicapé depuis la première période par un coup sur le talon droit qui avait réveillé, selon le staff des Lakers, une contusion présente depuis quelques temps à cet endroit (de quoi laisser planer un doute sur son état de santé pour le match 6). Sur l'action suivante, le même Davis concédait la faute et les lancers-francs décisifs à Butler qui ne tremblait pas à vingt-secondes de la sirène finale. Herro en ajoutant deux lancers peu après.

«On voulait juste jouer notre jeu et être capables de tenir le choc sur leurs temps forts, ce qu'on a réussi», a apprécié Butler qui aura bien besoin des 42 heures jusqu'au coup d'envoi dimanche pour récupérer de ses efforts surhumains. Miami, qui attend toujours le retour de Goran Dragic (pied), aura encore besoin de lui au moins au même niveau pour espérer pousser les Lakers vers un match 7 de tous les dangers.

Retour à l'accueil