Frank Vogel : « On a très bien attaqué le match offensivement mais on doit faire mieux en défense »

Malgré la victoire contre Miami (124-114) vendredi, les Los Angeles Lakers - leur entraîneur Frank Vogel en tête - ont surtout voulu souligner les lacunes défensives.

Frank Vogel (entraîneur des Los Angeles Lakers) : « On a très bien attaqué le match offensivement. Même si on a manqué d'adresse à l'extérieur, j'ai aimé la qualité des tirs qu'on a pris. Donc j'étais satisfait de ce qu'on a fait dans ce domaine. Mais, en défense, on doit faire mieux. On savait que les choses seraient différentes sans Bam (Adebayo), qu'ils amèneraient parfois cinq shooteurs à trois points, que leurs mouvements seraient différents et difficiles à défendre, mais on doit vraiment faire du meilleur travail. Miami est une équipe qui se bat, qui a de la profondeur dans son effectif. Ceux qui étaient sur le terrain (pour le Heat) ont très bien joué au troisième quart-temps, mais, comme je l'ai dit, on doit mieux faire ».

Anthony Davis (ailier-fort des Los Angeles Lakers) : « Miami a montré que c'était une équipe qui savait réagir. Même quand ils sont menés de 20 ou 30 points, ça ne change rien, ils sont capables de répondre. Donc on ne peut pas se voir trop beaux, surtout avec un tel adversaire. On a entamé le match de ce soir (vendredi), en se disant que la victoire état impérative et il faudra qu'on fasse la même chose lors du prochain match et celui d'après... Ce soir, Miami a mis beaucoup de pression sur notre défense. On doit faire mieux au niveau de la communication en défense, pour s'assurer notamment qu'on sait exactement quel adversaire on doit marquer. On ne peut pas juste ''penser'' que quelqu'un sera ici ou là. Il faut se le dire et faire passer le message de nos schémas défensifs pour ne pas avoir trop de ratés. Dans le troisième quart-temps, ils nous les ont fait payer ».

Jimmy Butler (ailier du Miami Heat) : « On n'abandonne jamais. On va continuer à se battre jusqu'à ce que ce soit fini. Là, ce n'est pas fini. On est menés 2-0, donc il va falloir réussir quelque chose de spécial. On en est capables, et il n'y a personne d'autre que mes coéquipiers actuels avec lesquels je voudrais être dans les ''tranchées''. On y croit. On croit les uns aux autres. Mais on va devoir atteindre un vrai niveau de perfection pour battre les gars d'en face. On ne l'a pas encore fait et, si on n'y parvient pas, ça ne va pas être joli... »

Erik Spoelstra (entraîneur du Miami Heat) : « L'absence de Bam Adebayo a clairement eu un impact. Dans les moments de vérité, quand on a eu l'opportunité de se rapprocher au score, en général, ils avaient un rebond offensif, ou quelque chose se passait près du panier. C'est comme ça, mais, si on a assez de volonté, on peut trouver un moyen de surpasser ça. Ils ont beaucoup de taille et Anthony Davis est un joueur d'élite. Mais on essaie d'accomplir quelque chose et on doit atteindre un nouveau niveau. C'est tout ce qui compte. J'ai aimé beaucoup de choses (dans le match du Heat), la façon dont on s'est battus notamment. Mais, si on avait eu une vitesse supplémentaire, on aurait pu se mettre en position d'avoir une vraie occasion à la fin. Ça fait partie de l'apprentissage pour atteindre un niveau supérieur. On va prendre le temps de regarder ça demain (samedi), assumer et progresser. On se fout de ce que tout le monde pense. Notre groupe est très têtu, persistant et, même si on respecte la qualité de notre adversaire, il faut trouver des solutions ».

Retour à l'accueil