En tête au score de la première à la dernière minute (117-106), les Boston Celtics reviennent à deux victoires à une contre Miami en finale de la conférence Est.

En tête au score de la première à la dernière minute (117-106), les Boston Celtics reviennent à deux victoires à une contre Miami en finale de la conférence Est.

Dominés sur les deux premières manches, les Celtics ont enfin réagi pour s’imposer 117-106 face au Heat. Kemba Walker (21 points), Marcus Smart (20 points), Jaylen Brown (26 points) et Jayson Tatum (25 points, 14 rebonds) ont été sur la même longueur d’onde.

Dans l’obligation de réagir dans ce match 3, les Celtics prennent un très bon départ. Jaylen Brown et Kemba Walker lancent parfaitement les hostilités avec 13 des 20 premiers points de leur équipe, dont un panier plus la faute pour Brown. Avec 7/10 aux tirs, Boston est dans son basket mais le Heat reste sereinement dans la roue de son adversaire avec Goran Dragic d’abord, puis Jae Crowder qui frappe derrière l’arc après un rebond offensif.

Dès les premières minutes, il a été clair que Boston, qui a récupéré Gordon Hayward samedi, allait faire preuve de beaucoup plus d'agressivité dans le jeu.  «Ils ont joué avec bien plus de force que lors des deux premiers matches», a reconnu Erik Spoelstra, l'entraîneur du Heat, au micro d'ESPN. Dans le premier quart-temps, ils ont mis l'accent à l'intérieur avec dix-huit points dans la peinture contre seulement quatre à Miami. Et dans la deuxième période, c'est leur défense qui a permis de creuser l'écart. Avec une première séquence de trois minutes (17e-19e) avec deux contres et une interception (aboutissant à 7 points) . Puis une seconde d'une minute (23e) où deux interceptions et un long rebond sur un trois points de Miami ont offert six points en contre-attaque et fait grimper l'écart

Dès les premières minutes, il a été clair que Boston, qui a récupéré Gordon Hayward samedi, allait faire preuve de beaucoup plus d'agressivité dans le jeu. «Ils ont joué avec bien plus de force que lors des deux premiers matches», a reconnu Erik Spoelstra, l'entraîneur du Heat, au micro d'ESPN. Dans le premier quart-temps, ils ont mis l'accent à l'intérieur avec dix-huit points dans la peinture contre seulement quatre à Miami. Et dans la deuxième période, c'est leur défense qui a permis de creuser l'écart. Avec une première séquence de trois minutes (17e-19e) avec deux contres et une interception (aboutissant à 7 points) . Puis une seconde d'une minute (23e) où deux interceptions et un long rebond sur un trois points de Miami ont offert six points en contre-attaque et fait grimper l'écart

Gordon Hayward fait son entrée avec 5 minutes à jouer, cinq semaines après sa blessure. Il apporte sans tarder avec une belle passe pour le dunk de Daniel Theis et un petit tir à mi-distance face à la zone. Le Heat manque d’adresse extérieure globalement et compte 9 points de débours après le premier quart (31-22). Tyler Herro répond à cette carence avec 11 points en 4 minutes dont deux bombes à 3-points d’affilée.

Mais les Celtics gardent le contrôle avec Kemba Walker à 10 points. Tatum prend certes une technique (sur une faute non sifflée) mais il se venge d’un énorme dunk qui résultait d’un contre non moins spectaculaire de Brown sur Dragic. Brown, justement, rentre à 3-points dans le coin. Les deux hommes cumulent 30 points à la pause dont 17 pour Brown et des dunks à la pelle sur le jeu rapide. Boston compte 12 points d’avance à la pause… mais on connaît la chanson (62-50).

Une engueulade et ça repart. Tel pourrait être le résumé des 48 dernières heures des Boston Celtics. Deux jours après une vive « discussion » dans le vestiaire après leur deuxième défaite consécutive en finale de la conférence Est contre le Miami Heat, les Celtics ont pris le match 3 par le bon bout et mené au score de bout en bout (117-106) pour se relancer dans cette série (2 victoires à 1).

Une engueulade et ça repart. Tel pourrait être le résumé des 48 dernières heures des Boston Celtics. Deux jours après une vive « discussion » dans le vestiaire après leur deuxième défaite consécutive en finale de la conférence Est contre le Miami Heat, les Celtics ont pris le match 3 par le bon bout et mené au score de bout en bout (117-106) pour se relancer dans cette série (2 victoires à 1).

Les Celtics agressifs de bout en bout
Boston s’est souvent fait piéger au retour des vestiaires mais cette fois-ci, ils sont agressifs et gardent la main avec Smart qui délivre une superbe passe pour le dunk de Brown pour le plus gros écart à 13 unités. Ce dernier monte à 18 avec le bel apport de Grant Williams en sortie de banc. Jae Crowder et Jaylen Brown se prennent le bec et Miami retrouve un peu de vie.

Déjà en double double à 18 points et 12 rebonds, Bam Adebayo relance un peu la machine. S’ensuit un 11-1 du Heat en fin de période, mené par Herro et Dragic. Mais Kemba Walker réplique en périphérie et Tatum y ajoute le dunk, plus la faute. Bref, Boston reste en contrôle avant le dernier quart : +15 (89-74).

Le même scénario se reproduit avec les Celtics qui prennent +20 grâce à Brown qui pique la balle à Crowder avant de filer au dunk. Walker file lui au layup et Boston semble maîtriser. Mais Miami passe tout de même un 11-2 Heat et revient même à -8 avec Duncan Robinson à 3-points, qui provoque aussi la faute flagrante de Brown. Miami reviendra bien à 5 petites longueurs mais Smart s’occupe de plier l’affaire aux lancers (117-106). Ce n’est que la 2e défaite de Miami dans ces playoffs.

Côté Boston, Jaylen Brown et Jayson Tatum ont signé un match référence avec respectivement 26 et 25 points (plus 14 rebonds et 8 passes décisives pour ce dernier). Kemba Walker a également répondu présent (21 points à 8 sur 16 au tir) alors que Marcus Smart s'est illustré dans un registre différent de ses play-offs jusque-là : six passes décisives (et 20 points) mais pas le moindre panier à trois points (et seulement 2 tirs primés tentés). Une formule qui semble gagnante face à la défense de Miami qui avait beaucoup gêné les Celtics avec sa zone par moments.

Boston et Brad Stevens, son coach, ayant réussi à s'adapter aux problèmes posés par Miami, c'est désormais au tour d'Erik Spoelstra d'essayer de trouver des solutions. L'entraîneur du Heat bénéficie d'un petit coup de main du destin dans cette perspective. ESPN, diffuseur de la finale de la conférence Est, préfère conserver le Monday Night Football (foot US) lundi en prime-time et a repoussé le match 4 à mercredi laissant quatre jours au technicien floridien pour préparer sa riposte.

Retour à l'accueil