Les Nuggets ont arraché le match 7 de la série contre le Jazz (80-78) et se qualifient pour le deuxième tour. La saison est terminée pour le Jazz de Rudy Gobert et de Donovan Mitchell.

Les Nuggets ont arraché le match 7 de la série contre le Jazz (80-78) et se qualifient pour le deuxième tour. La saison est terminée pour le Jazz de Rudy Gobert et de Donovan Mitchell.

Au terme d’un Game 7 qui s’est joué à l’ultime seconde, Denver s’est imposé in extremis (80-78) grâce à Nikola Jokic (30 points, 14 rebonds, 4 passes).

Pour la première fois de l’histoire des playoffs NBA, un Game 7 a lieu sur terrain neutre. Si habituellement, l’équipe avec l’avantage du terrain possède 80% de chances de gagner ce match décisif, cette fois, c’est du 50/50 !

Joe Ingles ouvre les hostilités en marquant les cinq premiers points de la rencontre mais la défense continue de souffrir. À l’exception d’un passage en force provoqué par Mike Conley, les Nuggets déroulent leur jeu sans aucun problème et débutent le match à 75% de réussite aux tirs.

Six points de Jamal Murray lancent d’ailleurs un 10-2 qui pousse Quin Snyder a demandé le premier temps mort du match pour s’en prendre à Rudy Gobert, trop bas sur les pick & rolls du meneur de Denver (15-9). L’écart atteint les dix unités grâce à Nikola Jokic et Michael Porter Jr mais c’est finalement l’adresse longue distance de George Niang, qui fait mouche deux fois dans les corners, qui permet à Utah de limiter la casse (26-21).

Michael Porter Jr fait très mal
La différence d’intensité entre les deux équipes devient encore plus flagrante en début de deuxième quart temps. Les Nuggets ne lâchent rien en défense et limitent Utah à deux points en plus de trois minutes alors que le trio Michael Porter Jr – Torrey Craig – Gary Harris attaque de façon incisive pour se créer des tirs faciles et terminer un 11-2 (37-23). Malgré une sélection de tirs qui ressemble à un grand huit, Porter Jr fait mal au Jazz au rebond offensif et joue sans la moindre pression. Il fait également mouche de loin sur une passe de Jokic pris à deux et convertit deux lancers francs dans la foulée pour porter l’écart à +19 (46-27) !

Le cauchemar du Jazz se confirme quand Donovan Mitchell perd son cinquième ballon du match et rejoint Gobert sur le banc, tous deux avec trois fautes et quatre minutes à jouer en première mi-temps. Malgré un bon passage de Jordan Clarkson, meilleur marqueur de son équipe en première mi-temps avec dix points, Snyder ne peut toutefois pas se passer de son maître à jouer. Mitchell revient sur le terrain et marque les cinq derniers points de son équipe après avoir commencé le match à 1 sur 5 aux tirs. À la pause, la défense de Denver limite la meilleure attaque du premier tour à 40% aux tirs et 28% à 3-points pour garder 14 longueurs d’avance (50-36).

Donovan Mitchell met Utah sur ses épaules
Au retour des vestiaires, Donovan Mitchell prend le match à son compte. Après cinq points du duo Jokic – Murray, il marque les neuf premiers points d’Utah dans une succession de tirs difficiles et parfois forcés pour mener un 12-0 qui ramène Utah sous la barre des dix points d’écart (55-48). Le feu d’artifice de Mitchell change le momentum de la rencontre. Mike Conley et Royce O’Neale font mouche de loin, Rudy Gobert redevient un épouvantail défensif, et le rythme offensif de Denver vole en fumée (60-55).

C’est Nikola Jokic qui stoppe l’hémorragie en enchaînant sept points de suite malgré la bonne défense du pivot de l’équipe de France. Le duo Mitchell – Gobert ne relâche cependant pas la pression. Le premier nommé trouve le second sous cercle pour un dunk avec la quatrième faute personnelle de Jokic. Avec 12 minutes à jouer, le Jazz est fermement en embuscade (65-60).

Un duel Rudy Gobert – Nikola Jokic pour une place en demi-finale
Alors que Mike Malone laisse Jokic sur le banc avec son problème de faute, Rudy Gobert domine les deux premières minutes du dernier quart temps. Intraitable en défense et au rebond, il se montre aussi de l’autre côté en posant des écrans cruciaux pour Mike Conley et en faisant sa place au rebond offensif pour ramener Utah à -1. Dans la foulée, il contre Nikola Jokic, attrape un nouveau rebond offensif, marque deux lancers francs suivi d’un panier avec la faute pour l’avantage à son équipe  (68-65) !

Muets pendant près six minutes et auteur de 15 points en 17 minutes jusqu’ici en deuxième mi-temps, les Nuggets parviennent enfin à marquer sur un rebond offensif de Jokic. Après Mitchell – Murray, c’est cette fois les deux pivots qui se livrent un duel de folie. Rudy nous offre un euro-step mais Jokic répond avec autorité et roublardise sous le cercle pour garder les deux équipes à égalité avec cinq minutes à jouer (70-70).

17 dernières secondes de folie
Les jambes se font lourdes dans ces dernières minutes et les défenses prennent le dessus avant que deux paniers difficiles de Jamal Murray ne donnent quatre points d’avance à Denver avec moins de 120 secondes à jouer (78-74). Dos au mur, le Jazz marque par O’Neale avant de sortir un stop déterminant, suivi d’un alley oop à la limite des 24 secondes pour Gobert pour revenir à hauteur des Nuggets avec 47 secondes au chrono (78-78) !

Les Nuggets mettent alors la balle dans les mains de Nikola Jokic. Malgré une bonne défense de Gobert, le Serbe convertit un bras roulé difficile par dessus le bras tendu de son défenseur pour mettre la pression sur le Jazz (80-78). C’est Donovan Mitchell qui hérite de la balle d’égalisation avec 17 secondes à jouer mais la défense agressive de Gary Harris provoque la perte de balle de l’arrière du Jazz. Les Nuggets décident alors de pousser la balle en contre attaque plutôt que de faire défiler le chrono et Torrey Craig part même au lay-up mais il rate ! Rudy Gobert s’empare du rebond et passe la balle à Mike Conley qui voit son tir au buzzer faire gamelle. Denver rejoint les Clippers, et le Jazz sort de la bulle avec des bagages pleins de regrets.

Denver devient la première équipe depuis Cleveland en 2016 à revenir d’un déficit de 3-1 dans une série de playoffs.

Retour à l'accueil