Bam Adebayo offre la victoire à Miami sur un contre exceptionnel

Un contre exceptionnel de l'américain d'origine nigériane Bam Adebayo à quatre secondes de la fin a permis au Miami Heat de remporter le match 1 (117-114 a.p.) contre Boston en finale de conférence Est.

Si le spectacle et le combat vus lors du premier match de la finale de la conférence Est se confirment alors le Miami Heat et les Boston Celtics sont partis pour une longue série extrêmement disputée. Lors du match 1, mercredi, ce sont finalement les Floridiens qui l'ont emporté après prolongation (117-114) négociant mieux les vingt dernières secondes du match. En attaque, Jimmy Butler est allé défier Jayson Tatum près du cercle pour marquer avec la faute et donner deux points d'avance à son équipe avec douze secondes au chrono (116-114).

Mais la véritable action clé de la victoire a eu lieu en défense quelques secondes plus tard, lorsque Tatum, encore lui, a débordé Butler et semblait se diriger vers un énorme dunk qui aurait envoyé la rencontre en double prolongation. Mais Bam Adebayo a dit non, réussissant un magnifique contre, la main gauche touchant quasiment le cercle pendant un court instant avant de repousser l'assaut de Tatum et d'assurer la victoire de son équipe. « C'est pour ça qu'il est l'âme de notre équipe en défense. Il fait tout avec une vraie force. On l'aime pour ça ! », a apprécié Jimmy Butler après le coup de sifflet final.

Dragic relance les siens
Les Celtics pourront nourrir des regrets de ne pas avoir plié le match dans le temps réglementaire. Ils avaient placé un coup d'accélérateur en fin de troisième quart-temps avec un 13-2 en 2'40 qui leur avait permis de compter jusqu'à quatorze points de marge en début de quatrième période (85-71, 37e).

Mais, notamment sous l'impulsion de Goran Dragic (29 points dont 9 en quatrième quart-temps plus quatre passes décisives dans cette période), le Heat a su refaire son retard petit à petit. Au point d'entrevoir la victoire à quelques secondes de la fin avec un point d'avance. Une faute obtenue par Marcus Smart avant la remise en jeu (après un contact avec Derrick Jones Jr) avait permis à Boston d'égaliser sur un lancer-franc (106-106) avant de donner une chance à Tatum (29 points mais ses sept derniers tirs tous manqués) de gagner le match sur un tir de loin. En vain déjà.

Même en l'absence d'avantage du terrain récupéré (Boston était l'équipe « à domicile » en vertu d'un meilleur classement en saison régulière), ce succès permet à Miami de marquer son territoire. Et de prouver qu'après avoir éliminé les Milwaukee Bucks de Giannis Antetokounmpo, la meilleure équipe de la saison régulière, Butler et ses coéquipiers ne sont pas rassasiés.

L'abnégation de Jimmy Butler et l'impact défensif de Bam Adebayo ont fait le reste. Sur une dernière action folle, le pivot a trouvé les ressources pour contrer un Jayson Tatum parti au dunk pour offrir la victoire aux Celtics. Le joueur de Boston est tombé sur une équipe qui compte poursuivre son incroyable parcours jusqu'au bout. Une ambition qui n'a sa place que dans une saison NBA complètement folle.
L'abnégation de Jimmy Butler et l'impact défensif de Bam Adebayo ont fait le reste. Sur une dernière action folle, le pivot a trouvé les ressources pour contrer un Jayson Tatum parti au dunk pour offrir la victoire aux Celtics. Le joueur de Boston est tombé sur une équipe qui compte poursuivre son incroyable parcours jusqu'au bout. Une ambition qui n'a sa place que dans une saison NBA complètement folle.

L'abnégation de Jimmy Butler et l'impact défensif de Bam Adebayo ont fait le reste. Sur une dernière action folle, le pivot a trouvé les ressources pour contrer un Jayson Tatum parti au dunk pour offrir la victoire aux Celtics. Le joueur de Boston est tombé sur une équipe qui compte poursuivre son incroyable parcours jusqu'au bout. Une ambition qui n'a sa place que dans une saison NBA complètement folle.

Mais, notamment sous l'impulsion de Goran Dragic (29 points dont 9 en quatrième quart-temps plus quatre passes décisives dans cette période), le Heat a su refaire son retard petit à petit. Au point d'entrevoir la victoire à quelques secondes de la fin avec un point d'avance. Une faute obtenue par Marcus Smart avant la remise en jeu (après un contact avec Derrick Jones Jr) avait permis à Boston d'égaliser sur un lancer-franc (106-106) avant de donner une chance à Tatum (29 points mais ses sept derniers tirs tous manqués) de gagner le match sur un tir de loin. En vain déjà.

Même en l'absence d'avantage du terrain récupéré (Boston était l'équipe « à domicile » en vertu d'un meilleur classement en saison régulière), ce succès permet à Miami de marquer son territoire. Et de prouver qu'après avoir éliminé les Milwaukee Bucks de Giannis Antetokounmpo, la meilleure équipe de la saison régulière, Butler et ses coéquipiers ne sont pas rassasiés.

Retour à l'accueil