Un excellent Serge Ibaka (27 points et 15 rebonds) et Norman Powell (29 points) envoient les Nets en vacances

Avec six joueurs à plus de 10 points, Toronto a une nouvelle fois montré toute sa force collective pour s’imposer 150-122 et balayer les Nets. Le banc canadien a plus particulièrement brillé avec 83 points, dont 29 points de Normal Powell et un gros double-double de Serge Ibaka (27 points à 12/14 aux tirs et 15 rebonds). Pascal Siakam a ajouté 20 points, 10 passes décisives et 6 rebonds. 

Frustré par ses performances offensives, Marc Gasol retrouve le sourire dans ce début de rencontre. C’est lui qui permet à son équipe de répondre à une équipe de Brooklyn bien décidée à tout donner ce soir. Efficace par la passe, il est tout aussi intéressant derrière la ligne à 3-points. Toronto prend les devants (14-12).

Il y a beaucoup de rythme dans cette rencontre et les deux équipes se rendent coup pour coup. Pascal Siakam et Fred Van Vleet assument leurs responsabilités, mais Tyler Johnson a toujours la main chaude. L’ancien arrière des Suns ne se pose pas de questions et envoie des tirs à 3-points assez lointains, Brooklyn est dans les clous (25-25).

Kyle Lowry touché au pied
Touché au pied, Kyle Lowry quitte déjà ses coéquipiers et on ne le reverra plus. Mais Toronto, c’est un groupe de 9-10 joueurs, et les entrées de Serge Ibaka, Normal Powell et Terence Davis sont parfaites. D’ailleurs, ce dernier s’envole dans le ciel d’Orlando claquer un dunk sur le pauvre Rodions Kurucs. Au buzzer, Ibaka donne 7 points d’avance aux siens (39-32).

Malgré les exploits offensifs (notamment à 3-points) de Caris LeVert, Brooklyn peine à faire douter la machine adverse. Offensivement, les Raptors ont trop de solutions. Associés dans la raquette, Serge Ibaka et Pascal Siakam sont tout simplement trop forts et trop puissants pour leurs vis-à-vis. Les deux joueurs africains déroulent et donnent l’opportunité à Toronto de prendre le large (55-41).

Le boss Serge Ibaka
Essentiel lors du titre l’an dernier, Serge Ibaka est un taulier du vestiaire, et ce soir, il est omniprésent des deux côtés du terrain. Défensivement, il contre par deux fois les tentatives adverses. Redevenu « Ibloka » depuis les dernières Finales NBA remportées par les Raptors, le congolais pose aussi de gros problèmes aux Nets en attaque. Efficace au large, il ne pose pas de questions et ses tirs à 3-points font mal (64-47). Brooklyn s’accroche pour ne pas être distancé à la pause. LeVert donne tout sur le jeu de transition et TLC trouve enfin la mire à 3-points. Les Nets s’accrochent et rentrent aux vestiaires avec neuf points de retard (77-68).

Elu meilleur coach de la saison, Nick Nurse a sans doute demandé à ses hommes de hausser le ton en défense car les Raptors sont clairement plus agressifs au retour des vestiaires. Présents sur les lignes de passe, les coéquipiers de VanVleet veulent mettre fin à tout suspense, et Powell fait lever son banc sur un énorme dunk. Une action qui va enflammer le banc des Raptors mais surtout faire mal aux Nets. La partition proposée par les Raptors est splendide. Le partage de la balle et cette envie de tout donner pour ses coéquipiers sont des valeurs essentielles pour conserver ce titre. Powell, Siakam et Anunoby scorent avec beaucoup de facilité, imités quelques secondes plus tard par un gros tir de VanVleet. Les Raptors viennent d’infliger un 17-2 à leurs adversaires (94-70).

Normal Powell termine le travail
Brooklyn est KO. Malgré toute la bonne volonté et le talent de LeVert, il y a un gouffre entre les deux équipes. La fin de ce 3e acte est compliquée pour les Nets. Trouvé poste haut, Gasol régale ses coéquipiers et notamment un Powell toujours aussi adroit à 3-points. Toronto peut désormais contrôler le rythme de la rencontre. Quand les hommes de Nurse souhaitent jouer sur jeu placé, ils trouvent des tirs ouverts comme le prouvent les deux réussites de Serge Ibaka à 3-points. S’ils veulent accélérer, Pascal Siakam régale sur transition en scorant ou en trouvant souvent un coéquipier démarqué. Brooklyn ne peut rien faire et l’écart flirte avec les 30 points (116-87).

Le dernier acte n’est qu’une formalité, et Toronto s’impose finalement 150-122 ! Les Nets ont lutté avec leurs armes et certains joueurs ont montré qu’ils avaient le niveau pour aider l’équipe la saison prochaine. Pour les Raptors, c’est une 11e victoire en 12 matches dans la bulle, et les champions 2019 vont désormais défier Boston au prochain tour.

Retour à l'accueil