Portland remporte le play-in contre Memphis et retrouvera les Lakers en playoffs

Les Blazers ont difficilement disposé des Grizzlies lors du barrage de samedi (126-122). Leur victoire, synonyme de 8e place, les expédie en play-offs, où ils retrouveront dès mardi les LA Lakers.

L'affaire s'est jouée dans les dernières secondes, mais Portland a réussi à se débarrasser de Memphis (126-122) samedi soir dans le cadre du « play-in », barrage qui attribuait le dernier sésame pour les play-offs NBA, qui débutent lundi à Orlando.

Les Grizzlies n'avaient pas le droit à l'erreur et devaient l'emporter s'ils voulaient décrocher le droit de disputer une finale dimanche contre les mêmes Blazers. Leur manque d'expérience sous haute pression leur aura fait défaut. Encore en tête de cinq points à quatre minutes du buzzer (109-104), ils ont manqué plusieurs balles de break et laissé Portland reprendre les commandes définitivement (119-113, 47e) sur les épaules d'un CJ McCollum qui jouait pourtant avec une fissure à une vertèbre.

McCollum en fusion
Alors que le money-time est surnommé le « Dame Time » du côté de l'Oregon (le moment de Damian Lillard), c'est l'arrière qui a soudain pris feu, enchaînant 8 points en 1 minute 30 sur des actions purement individuelles, à chaque fois après un festival technique face au pauvre Ja Morant, pourtant brillant par ailleurs samedi. Après la rencontre, en interview, McCollum s'autorisait une hilarante référence à Mike Tyson.

Carmelo Anthony (21 points à 5 sur 15 au tir), dont l'opération come-back est décidément une réussite du côté de Portland, éteignait les derniers espoirs des vaillants Grizzlies, d'un tir à 3 points dans le corner (122-116 à 20 secondes) puis deux lancers francs (125-119 à 6 secondes). Sans faire trop de bruit par rapport à ses dernières sorties (51, 61 et 42 points), Damian Lillard a néanmoins réalisé un énorme chantier. Laissant le jeu venir à lui, agressif  (14 sur 14 aux lancers francs), il a joué les assassins silencieux et compilé 31 points et 10 passes, tandis que le pivot Jusuf Nurkic, endeuillé par le décès de sa grand-mère (coronavirus) survenu quelques heures avant la rencontre, était survolté dans la raquette (22 points, 21 rebonds).

Ja Morant héroïque
Les Blazers assurent ainsi la huitième place de la conférence Ouest et partiront dès mardi à l'assaut des LA Lakers de LeBron James. Ils auraient pu s'éviter de sacrés de maux de tête s'ils avaient su entretenir le matelas qu'ils avaient, très tôt, constitué dans une partie devenue folle au fil de la soirée. Après 11 minutes, on pouvait penser l'affaire déjà dans le sac. Les Grizzlies jouaient à l'envers, oubliaient leur secteur intérieur et laissaient s'envoler leur adversaire (30-14 suite à un 22 à 3, 11e).

Ils ont peu à peu rectifié le tir. L'ancien meneur des Spurs Kyle Anderson éclairait le jeu (9 passes) et son association avec le pivot lituanien Jonas Valanciunas (22 points, 17 rebonds) faisait des étincelles. De quoi partir au vestiaire avec un débours acceptable (52-58).

Et continuer d'y croire après un troisième quart en forme de feu d'artifice (7 sur 9 à 3 points, 42 à 31), grâce au jeu rapide initié par les percées dans la défense et coups d'éclat de Ja Morant (35 points, 8 passes mais 8 balles perdues), qui ferait un beau rookie de l'année. L'ailier Dillon Brooks, lui, en plus de défendre sur Damian Lillard, assurait 20 points et un joli 4 sur 5 longue distance.

Autant de promesses pour l'avenir d'une jeune équipe qui a échoué d'un rien, mais dont la belle saison reste une divine surprise.

Retour à l'accueil