Mike Schmitz et Jonathan Givony, analyses chez ESPN

Mike Schmitz et Jonathan Givony, analyses chez ESPN

À la veille de Lottery Draft de la NBA qu'elle va diffuser en direct dans la nuit de ce jeudi à vendredi (2h30), la chaîne de sport américain ESPN a intensifié la publicité de certains prospects au détriment des autres, une situation très embarrassante qui a notamment soulevée de nombreuses critiques des internautes et téléspectateurs qui suivent le basketball universitaire et la NBA. 

Depuis l'arrêt momentané de la NBA le 11 mars en raison de la pandémie du coronavirus, ESPN, chaîne sportive la plus importante du sport américain semble avoir choisi son camp en concentrant son espace médiatique à des prospects figurant haut dans ces mocks drafts, snobant volontairement de nombreux talents de la cuvée 2020. Une situation embarrassante qui dure depuis plusieurs mois pour une chaîne censée faire preuve d'impartialité et dont les analyses sont souvent très suivies par les front offices des équipes NBA à la recherche de perle rare.

Avec un processus du repêchage très perturbé par la pandémie du COVID-19, plusieurs prospects talentueux dont la saison NCAA a été écourtée depuis le mois de mars dernier, observent le battage médiatique d'ESPN en faveur des prospects comme Anthony Edwards, James Wiseman, Lamelo Ball, Cole Anthony et autres, avec beaucoup d'incompréhension. Cette impartialité semble avoir mis le feu au poudre dans la nuit du mardi à mercredi lorsque la chaîne a fait passer des images comprenant des interviews et highlights de ces "prospects préférés" lors du match 1 des play-offs entre les Lakers et les Trail-Blazers de Portland. 

Beaucoup fans ne comprennent pas cette surmédiatisation de ces prospects dont on sait qu'ils sont tous considérés depuis plusieurs mois par les analystes d'ESPN comme des choix de loterie. Un avis forcément pas partagé par certaines équipes NBA. 

Ce n'est surtout pas la première fois que la chaîne choisit explicitement de laisser une large audience à des prospects de son choix pendant le processus du repêchage, mettant la pression sur les directeurs généraux des franchises qui bénéficient des lottery picks. Si les lottery picks comme Zion Williamson, Ja Morant, RJ Barrett et Deandre Hunter ont fait l'unanimité l'an passé auprès des médias et fans du basketball lors de la draft 2019, cette année l'on se dirige très probablement vers une draft ouverte dans laquelle n'importe quel prospect peut être un choix de loterie. 

Les critiques visant ESPN sont souvent dirigées vers ses analystes comme Jonathan Givony, fondateur du site Draft Express et Mike Schmitz travaillant également comme contributeur de Draft Express. 

Il faut rappeler que par le passé, ESPN a déjà influencé la draft, poussant plusieurs directeurs généraux des équipes à sélectionner des prospects surcotés en première position qui sont finalement avérés être des plus grands flops de l'histoire comme ce fut le cas de Kwame Brown en 2001, Andrea Bargnani en 2006, Greg Oden en 2007, Anthonny Bennett en 2013 et Markelle Fultz en 2017 pour ne citer que ceux-là...

Cette année avec un processus du repêchage très limité, on imagine qu'un certain nombre de directeurs généraux pourraient à nouveau se laisser avoir si ils se fient aux mocks Drafts des médias mainstream dont la véracité et l'impartialité restent toujours à démontrer. Après tout, dans ce monde impitoyable de capitalisme, le dollars occupe une place importante et on oublie parfois très vite le sens de la déontologie du journalisme et surtout l'honnêteté intellectuelle. 

Retour à l'accueil