Giannis Antetokounmpo marche sur les Celtics

Avec un 19e double-double consécutif, Giannis Antetokounmpo n'a pas faibli lors de cette reprise, même si les Celtics ont résisté. San Antonio est venu à bout de Sacramento.

La machine Antetokounmpo n'a pas faibli. Vendredi soir, le MVP de la saison dernière a poursuivi sur sa lancée en inscrivant 36 points (14/20 dans la raquette, 15 rebonds, 7 passes), permettant à Milwaukee de l'emporter face à Boston (119-112). C'est la 54e victoire des Bucks cette saison (12 défaites), et le 19e double-double consécutif pour Giannis Antetokounmpo, décidément intenable après une première partie de saison à 29,8 points et 13,8 rebonds par match.

L'ailier fort, bien secondé par Khris Middleton (18 points, 8 passes), n'a pourtant pas toujours eu la partie facile. Les Bucks ont dû faire face à l'adresse de Marcus Smart (23 points), plus incisif que le revenant Kemba Walker (16 points en 19 minutes), et de Jaylen Brown (22). Ils ont également dû composer avec la ténacité du Celtic, qui n'a jamais désespéré malgré une entame de match ratée (2-17, 9e).

Boston a ainsi gardé Milwaukee en ligne de mire jusque dans le dernier quart-temps, entamé à -2 (87-89), se permettant même de prendre l'avantage à quatre minutes de la fin (99-98). Mais les charges d'Antetokounmpo, auteur de 16 des 32 points des Bucks de la dernière période et remonté après avoir été menacé d'exclusion pour une 6e faute finalement annulée, ont eu raison de la volonté de Boston, qui reste 3e au classement de la Conférence Est.

San Antonio garde espoir
La deuxième rencontre de la soirée a permis à San Antonio de s'accrocher à un espoir de qualification, grâce à sa victoire sur Sacramento (129-120). DeMar DeRozan (27 points, 10 passes) et Derrick White (26 points, 4/9 à trois points) ont été les plus efficaces côté Spurs, comme De'Aaron Fox (39 points) et Bogdan Bogdanovic (24 points) côté Kings.

L'une des images marquantes de cette rencontre a été captée au moment de l'hymne national, lorsque Gregg Popovich, l'entraîneur emblématique des Spurs et voix de référence en NBA, a choisi de ne pas s'agenouiller, comme l'ailier d'Orlando Jonathan Isaac un peu plus tôt. Interrogé par ESPN, Popovich, T-shirt « Black Lives matter » sur le dos, a expliqué préférer « garder ça pour [lui] », ajoutant : « La Ligue a été formidable à ce sujet. [...] Pour toutes les raisons qui me sont personnelles, j'ai agi comme je le voulais. »

Retour à l'accueil