La NBA répond à la coalition menée par Kyrie Irving et Avery Bradley en promettant que les questions d'injustices sociales seront au cœur de la reprise

La ligue promet que les questions d’injustices sociales seront au cœur de la reprise de la saison. Une réponse suffisante pour contenter les « frondeurs » ?

« Un objectif central de notre reprise de saison sera d’utiliser la tribune NBA pour attirer l’attention et mener une action soutenue sur les questions d’injustice sociale. » Telle est, en quelques mots, la réponse apportée par la ligue aux « frondeurs » menés par Kyrie Irving et Avery Bradley.

Ce groupe de joueurs, réticents à l’idée d’une reprise du championnat susceptible de détourner l’attention du mouvement social actuel, attendait d’en savoir davantage sur le positionnement de la NBA sur ces questions.

La ligue s’engage à combattre « le racisme systémique »
Ils avaient eux-mêmes listé leurs priorités : davantage de personnes noires au sein des instances dirigeantes et chez les « head coach », pour une meilleure représentativité comparé aux joueurs, des dons aux organisations soutenant les communautés noires ou encore des partenariats avec les entreprises appartenant à ce même communauté.

« Quelle que soit l’ampleur de la couverture médiatique, parler et sensibiliser les gens à l’injustice sociale ne suffit pas, » déplore ainsi le Laker. « Sommes-nous si égocentriques pour croire que personne dans le monde n’est conscient du racisme en ce moment ? Que, en tant qu’athlètes, nous résolvons les vrais problèmes en utilisant notre statut pour parler ? Nous n’avons pas besoin d’en dire plus. Nous devons trouver un moyen de faire plus. Protester pendant un hymne, porter des tee-shirts, c’est bien, mais nous devons voir de vraies actions se mettre en place. »

Dans son communiqué de réponse, la ligue entend bien combattre « le racisme systémique », œuvrer à « l’élargissement des perspectives éducatives et économiques de la communauté noire, la mise en œuvre d’une réforme significative de la police et de la justice pénale et la promotion d’un engagement civique fort ».

Une réponse collective réclamée
Des intentions encore loin des actions concrètes réclamées par Avaery Bradley. Mais la NBA précise être en relation avec le syndicat des joueurs pour développer une « stratégie globale » face à ces questions.

« Le fait de se mettre en retrait ne contribue pas directement à combattre le racisme systémique, » reprend Avery Bradley. « Mais cela met en évidence la réalité que sans les athlètes noirs, la NBA ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui. La ligue a une responsabilité envers nos communautés en nous donnant les moyens d’aider, tout comme nous avons fait de la NBA une marque forte. »

Le message d’Avery Bradley et des autres est clair : la réponse à ces enjeux sociaux doit être collective.

« Je suis d’accord que la reprise à Orlando va permettre aux joueurs de toucher leurs chèques pour contribuer dans leurs communautés. Mais à quel point ces joueurs vont-ils réellement pouvoir contribuer ? Pourquoi est-ce que toute la responsabilité est mise sur les épaules des joueurs ? Si vous vous souciez de nous, vous ne pouvez pas rester silencieux et en retrait. »

Source : Basket USA 

Retour à l'accueil