Hamidou Diallo, arrière guinéen d'Oklahoma City. Né dans le Queens à New York de parents guinéens, Hamidou Diallo a remporté le concours de dunks du NBA All-Star Game en 2019 à Charlotte après avoir sauté au-dessus de Shaquille O'Neal, ancien pivot Hall of Fame des Los Angeles Lakers. Dans Players Tribune, Hamidou Diallo de religion musulmane revient sur le Ramadan très particulier de cette année en raison de la pandémie du COVID-19.  La fête de l'Aïd el-Fitr (fête du Ramadan) aura donc lieu ce dimanche 24 mai 2020 dans un contexte particulier avec l'épidémie de coronavirus.

Hamidou Diallo, arrière guinéen d'Oklahoma City. Né dans le Queens à New York de parents guinéens, Hamidou Diallo a remporté le concours de dunks du NBA All-Star Game en 2019 à Charlotte après avoir sauté au-dessus de Shaquille O'Neal, ancien pivot Hall of Fame des Los Angeles Lakers. Dans Players Tribune, Hamidou Diallo de religion musulmane revient sur le Ramadan très particulier de cette année en raison de la pandémie du COVID-19. La fête de l'Aïd el-Fitr (fête du Ramadan) aura donc lieu ce dimanche 24 mai 2020 dans un contexte particulier avec l'épidémie de coronavirus.

"Pour moi, le mois de Ramadan a toujours été une histoire de famille.

Famille et communauté.

Quand j'étais enfant, j'ai grandi dans le quartier Corona du Queens, nous avons eu la chance de vivre dans un quartier avec plusieurs autres familles musulmanes. Nous nous réunissions tous pour prier et partager notre foi, puis nous rompons notre jeûne ensemble. À ce moment-là, ce serait mes frères et sœurs, mes cousins ​​et mes amis qui courraient tous et joueraient à des jeux pendant que les personnes âgées racontaient des histoires sur les choses quand elles étaient enfants.

Cela a rapproché notre famille.

Et c'est une si grande partie du Ramadan ... ça rassemble les gens. Nous avons tous affaire aux luttes du jeûne, mais nous mettons cela de côté à cause de notre foi et de notre confiance en Allah. Donc, pour moi, le Ramadan a toujours été une foi incroyablement forte, étroitement liée à l’unité.

Pour moi, le Ramadan a toujours été une foi incroyablement forte liée à l’unité.

Eh bien… ça et la nourriture!

Parce que, aussi difficile que le jeûne pendant la journée, j'ai toujours su que lorsque le soleil se couchait, à peu près la meilleure nourriture ouest-africaine imaginable serait là à attendre que je m'incruste. Je veux dire, ma mère et ma sœur , et nos tantes et cousines… elles ne jouent pas.

Vous connaissez le riz jollof? C'est un mélange de riz et de légumes avec de la viande de ragoût qui est assaisonné et vieilli à sec au bon goût. Et ma famille fait le meilleur riz jollof de la planète. Je pourrais littéralement manger ça à chaque repas pour toujours, c'est tellement bon.

Et, oh mec, cette soupe au beurre d'arachide!

C'est un plat si simple - ragoût de boeuf, tomates, patates douces et beurre d'arachide bouilli jusqu'à ce qu'il sature dans la sauce, puis mangé sur du riz - mais si vous ne l'avez jamais essayé, vous devriez vraiment. C'est incroyable.

Malheureusement, en 2020, il n'y a rien de tout cela pour moi. Je suis en quarantaine ici à OKC, et, autant que j'aime cette ville… tu ne trouveras pas de plats ouest-africains à emporter.

Cette année, ces jours-ci, ils sont tellement loooooong. Je vous le dis… c'est comme si elles duraient éternellement.

Hamidou Diallo, Oklahoma City : le Ramadan en quarantaine

Et ce n'est pas seulement la situation alimentaire qui a été différente pour moi cette année. La dimension communautaire entière du Ramadan a également été difficile à trouver. Les mosquées sont fermées, tout le monde s'abrite sur place et les choses sont beaucoup plus solitaires. Il est beaucoup plus difficile de se connecter avec d'autres personnes de la même foi.

Je vis avec mon frère cadet et un de mes cousins ​​en ce moment, et ils sont tous les deux de fervents musulmans. Donc, ça a été ma grâce salvatrice pendant le Ramadan. Nous pouvons prier ensemble et prendre nos repas ensemble à la fin du jeûne.

Pendant la journée, cependant, nous traitons à peu près cette crise comme tout le monde… ce qui signifie que les choses deviennent vraiment monotones. Vous ne pouvez jouer à Uno que tant de fois. Tu sais ce que je veux dire? Nous en sommes maintenant au point où nous nous ennuyons tout simplement, conduisant en regardant les maisons, les arbres et tout. C'est irréel. Comme….

"Hey! Les gars, les gars, oh mec, à gauche… regardez cet arbre !!!! ”

Toute la dimension communautaire du ramadan a été difficile à trouver.

Puis, chaque soir, lorsque le soleil se couche, je mets mon tapis de prière et fais du wudu - qui est un lavage spécial pour mon corps - avant d'appeler Allah pour le faire entrer dans la pièce. Je passe en revue certains versets du Coran et je remercie simplement Allah pour la journée. Je lui demande d'accepter mon jeûne et de m'accorder le pardon de tout méfait, et je prie pour les membres de ma famille.

C’est une expérience formidable.

Mais en même temps, il est difficile de ne pas remarquer que quelque chose est différent cette année, vous savez? Habituellement, il y a beaucoup plus de gens autour de moi, car si possible, j'essaie toujours de prier dans la mosquée, la mosquée. Parfois, il peut y avoir des centaines de personnes priant avec vous, puis rompant le jeûne. Dans les masjids, tout le monde est si heureux de se voir, de se sentir, de se toucher et de tenir des conversations qui peuvent durer des heures et des heures.

Donc, avec chaque nouveau jour, je réalise de plus en plus à quel point les concepts de communauté et de proximité ont été largement absents du Ramadan cette année en raison de la crise de Covid-19.

Et je regrette surtout d'être avec ma famille à New York en ce moment. Nous allons sur FaceTime après le coucher du soleil, et cela aide un peu. Mais ce n'est pas pareil. Et cela ne m'aide certainement pas en ce qui concerne les plats cuisinés à la maison en Afrique de l'Ouest. Tous les soirs lors de ces appels vidéo, la première chose que je demande toujours est: "Que mangez-vous en ce moment?"

Ce que je prépare à manger ne sera pas comparable. Pas de loin. Mais je mange habituellement ce premier repas juste à ce moment-là pendant cet appel. Après cela, j'essaie de m'entraîner et de manger un autre petit repas. À ce moment-là, il est généralement minuit, et j'aime prendre deux repas de plus avant le lever du soleil. Parfois, je me réveille avant le lever du soleil pour manger, ou je reste juste debout toute la nuit et je joue à des jeux vidéo avant de devoir jeûner à nouveau.

Je jeûne en ce moment même en écrivant ceci. Donc j’essaye de ne pas regarder l’horloge et de ne plus penser à manger. (Croyez-moi, il n'a pas été facile d'écrire ces trucs sur le riz jollof il y a quelques minutes.)

Mais c'est quelque chose que je choisis de faire. Quelque chose que j'aime.

Hamidou Diallo, Oklahoma City : le Ramadan en quarantaine

Maintenant, je ne vais pas mentir, il n'en a pas toujours été ainsi pour moi. Parfois, quand j'étais petit et que le Ramadan roulait, je sautais le jeûne quelques jours.

Je ne l'ai pas toujours pris au sérieux. Je tricherais… prenez de la nourriture ou une collation quand personne ne regarde. Ou je ne prierais pas à chaque fois que je devais le faire.

C'était juste un gamin étant gamin, à l'époque.

En vieillissant, cependant, j'ai réalisé que ma foi est au cœur de qui je suis, et que je voulais être plus sérieuse, plus dévouée à ma religion. Et je ne pourrais pas être plus heureux.

Maintenant, je me mets toujours au défi d'essayer d'être une meilleure personne chaque année. Cela m'a peut-être pris un certain temps pour vraiment voir que ma foi est quelque chose qui fait partie intégrante de qui je suis. Mais je suis très fier de dire que je suis devenu un meilleur musulman ces dernières années - plus dévoué, plus connecté. Et ça a été les meilleures années de ma vie, pour être honnête.

J'adore absolument être musulman. J'adore tout ça.

Surtout le Ramadan.

Et même si la version de cette année a certainement été différente de celles du passé, elle a quand même été merveilleuse. Et, plus précisément, cela m'a vraiment appris à ne jamais rien prendre pour acquis.

Que ce soit la religion, ou la famille, ou les relations, ou même simplement la capacité de se déplacer et de sortir et de s'amuser avec vos amis….

Il y a tellement de choses dans la vie qui ne devraient pas être prises pour acquises."

Hamidou Diallo, arrière guinéen d'Oklahoma City Thunder dans une publication dans The Players Tribune. Hamidou Diallo est né dans le Queens à New-york de parents guinéens. Il a notamment remporté le concours de dunks de la NBA All-Star Game 2019 à Charlotte après avoir sauté au-dessus de Shaquille O'Neal, ancien pivot hall of fame des Los Angeles Lakers. 

Retour à l'accueil