La NBA se prépare au meilleur comme au pire, a déclaré Adam Silver

Plus que jamais depuis qu'il a commencé à exercer ses fonctions de commissaire de la NBA, Adam Silver a le nez penché sur des chiffres et des projections. Et comme le reste de la planète qui tente de lutter du mieux qu'elle le peut contre la pandémie de COVID-19, il reste incertain de l'ampleur que prendra la situation.

Silver a affirmé samedi que la ligue étudie présentement une multitude d'options - du meilleur scénario au pire, en passant par des scénarios plus modérés - mais cela requiert une grosse part de spéculation de sa part.

« Il est trop tôt pour se faire une idée précise de l'impact économique de la situation, a indiqué Silver. Nous avons analysé en profondeur plusieurs scénarios possibles, sur une base quotidienne, voire même heure par heure, et nous continuerons d'étudier les implications financières. Bien sûr, le portrait n'est pas très beau, mais c'est le cas pour à peu près toutes les industries en ce moment, peu importe le domaine.

Le 21 mars marque la 10e journée de la période d'inactivité de la NBA, un arrêt complet qui a coûté 75 matchs de saison régulière jusqu'à présent. Ce total dépassera la barre des 100 rencontres mercredi, avant de potentiellement se rendre à 259 le 15 avril, soit la dernière journée du calendrier. Il est déjà pratiquement assuré que l'action n'aura pas repris d'ici cette date. Les pertes financières déjà considérables continueront de s'accentuer si la saison ne peut reprendre son cours normal et que la campagne 2020-2021 est affectée.

« Adam fait preuve de prudence. Mais à travers sa prudence, on ressent aussi un optimisme, a raconté plus tôt cette semaine Kevin Love, des Cavaliers de Cleveland. Nous ne savons pas ce que l'avenir réserve à la NBA, mais cette ligue en a vu d'autres. Je crois que nous allons être persévérants. Ça prendra du temps, c'est tout. »

Les joueurs qui normalement recevraient leur prochain chèque de paie le 1er avril l'encaisseront sans problème, et ce même sans jouer. Il subsiste toutefois un doute par rapport à la rémunération suivante, celle prévue pour le 15 avril. C'est que la ligue peut alors utiliser une clause prévue à la convention collective. Une mesure prévoit que les propriétaires peuvent retenir 1,08 % du salaire des joueurs pour chaque match non-joué lors de situations précises comme la guerre, ou dans le cas présent, une pandémie.

La clause n'a pas été utilisée par les propriétaires jusqu'à présent, puisqu'officiellement, aucun match de la NBA n'a encore été rayé du calendrier.

« Nous explorons toutes nos options afin de reprendre notre saison à un moment où il sera sécuritaire de le faire, a rappelé le commissaire Silver. Tous les scénarios qui font du sens seront considérés. »

« Nous explorons toutes les avenues possibles afin de reprendre notre saison si et quand ce sera sécuritaire de le faire, a dit Silver. Rien n'est exclu. »

Et la ligue a d'autres chats à fouetter d'abord. La NBA - premier circuit professionnel nord-américain à dire qu'elle jouerait à huis clos et à suspendre sa saison une fois que le centre du Jazz de l'Utah Rudy Gobert a obtenu un diagnostic positif - a été très active pour rappeler à ses partisans les bienfaits de la distanciation sociale et leur demander de prendre toutes les recommandations au sérieux.

« On fait tout ce qu'on peut pour appuyer, rejoindre et éduquer le public, a dit Silver. On s'assure également d'être en mesure de reprendre la saison si et quand ce sera sécuritaire de le faire. »

La ligue a demandé à ses clubs des dates de disponibilités dans leurs arénas jusqu'en août, signe que la saison, si elle reprend, pourrait s'étirer tard dans l'été.

Jusqu'ici, 14 personnes liées à la NBA ont été infectées par le coronavirus, dont au moins 10 joueurs. En date de samedi, 19 000 cas positifs étaient connus aux États-Unis, avec plus de 250 décès liés à la COVID-19. Ce sont 300 000 personnes qui ont été infectées dans le monde, dont près de 12 000 sont décédées.

Grâce à ses bureaux chinois, où 200 personnes travaillent, la NBA a pu en apprendre beaucoup sur le virus et la façon de gérer cette crise. Silver a pris la décision de suspendre les activités avant que les autorités de santé publique n'en fassent la recommandation. Il avait même donné le ton lors du match des étoiles en février, déclarant qu'il s'agissait d'une "crise nationale, sinon mondiale, de santé », qui allait frapper. Pour certains, il était alors alarmiste de tenir de tels propos.

« Nous avons appris beaucoup de nos bureaux en Chine », a dit Silver, dont la sixième saison à la tête de la NBA n'a pas été de tout repos.

Elle a commencé par une crise politique en Chine, avant que son mentor, David Stern, ne meure. Quelques semaines plus tard, c'est l'ex-grande vedette Kobe Bryant qui s'est tué dans un écrasement d'hélicoptère. Il doit maintenant gérer cette crise, la plus importante de toutes.

« Ça a été un saison difficile, a admis Silver. Pour tout le monde. »

Retour à l'accueil