Caris LeVert mène les Nets face à San Antonio avec un triple-double

Pour sa première à Brooklyn dans les gradins, la légende des Nets Julius Erving a assisté au triple-double de Caris LeVert (27pts, 11rbds, 10pds) face à des Spurs dépassés (139-120).

C’est un nom dont il va sans doute falloir se souvenir : Caris LeVert. L’arrière des Brooklyn Nets, après avoir fait sensation avec ses 51 points inscrits à l’occasion de la victoire en prolongation de la franchise new-yorkaise sur le parquet des Boston Celtics ce mardi, a une nouvelle fois été l’élément moteur de l’équipe dirigée par Kenny Atkinson. Le natif de Columbus, dans l’Ohio, a profité de la nette victoire de son équipe à la Barclays Arena face aux San Antonio Spurs (139-120) pour signer son premier triple-double depuis ses débuts en NBA, le 7 décembre 2016. Avec 27 points, 11 rebonds et 10 passes pour un peu plus de 31 minutes sur le parquet, le joueur formé à l’Université du Michigan a impressionné son entraîneur.

 Kenny Atkinson, à l’issue de la rencontre, a loué la complémentarité entre Caris LeVert et Spencer Dinwiddie dans le plan de jeu qu’il souhaitait mettre en place, c’est-à-dire un jeu offensif pour contrecarrer celui des Spurs. « Nous savions pertinemment qu’ils allaient jouer petit et le plan était d’attaquer le cercle. Cette stratégie a démarré avec Spencer Dinwiddie, a confié l’entraîneur des Nets sur le site officielle de la franchise. J’ai pensé que, pour démarrer le match, il était suffisamment impressionnant. Puis Caris LeVert est entré dans le jeu et est venu le soutenir dans cette mentalité d’attaquer le cercle. C’est un peu ce que nous voulons faire, c’est notre plan. Ils ont fait un sacré boulot pour mettre en place ce jeu offensif vers le panier. »

Pour le retour de Gregg Popovich sur le banc, les Spurs ont manqué leur match. Pas un instant durant les 42 minutes de jeu, les joueurs de la franchise texane ont mené au score et, après seulement 17 minutes de jeu, ils se sont retrouvés menés de 33 points. « C’était un jeu défensif très embarrassant, trop tendre », a déclaré l’entraîneur de San Antonio, qui avait laissé sa place à Tim Duncan ces derniers jours pour raisons personnelles. Un déficit si important aussi tôt dans le match n’a laissé plus aucun suspense pour le reste de la rencontre et une défaite au final de 19 points. Une rencontre qui s’est joué sous les yeux du « Dr. J » Julius Randle, ancien joueur des Nets et des Sixers, qui assistait à un de ses premiers matchs depuis le déménagement de l’ancienne franchise du New Jersey à Brooklyn. « C’est une légende, un des plus grands joueurs à avoir porté le maillot des Nets et même avoir mis un maillot de basketball tout court, donc c’était cool de le voir présent ce soir », a confié Caris LeVert à ESPN à l’issue de la rencontre. C’était le moment parfait pour le numéro 22 de Brooklyn pour faire un coup d’éclat et il n’a pas manqué l’occasion.

Retour à l'accueil