Bradley Beal mène Washington face aux Warriors

Frustré par ses grosses performances sans succès derrière, Bradley Beal (34pts) a cette fois porté ses Wizards à la victoire face aux Warriors (110-124). Une première pour Washington depuis 6 ans du côté de Golden State.

Avec Thomas Bryant titulaire à la place de Ian Mahinmi, les Wizards commencent le match tambour battant. Dans le sillage du 5/5 à 3-points de Bradley Beal (7/9 au total) et des quatre ballons perdus de Golden State, ils prennent facilement 11 points d’avance (25-14).

Beal termine le premier quart-temps avec 22 des 35 points de son équipe mais l’entrée d’Eric Paschall (17 points, 7 rebonds, 6 passes), qui continue sur la lancée de ses deux derniers matchs, permet aux Warriors de rester en embuscade (35-28).

Eric Paschall réveille Golden State
Le renouveau des Dubs se confirme en début de deuxième quart-temps. Huit points de Michael Mulder (17 points), signé pour dix jours mercredi dernier, les ramènent à -3 alors que Bradley Beal souffle sur le banc (40-37). Trois tirs primés d’Isaac Bonga et de Thomas Bryant redonnent de l’air à Washington mais Golden State ne baisse pas les bras.

Leur défense limite les Wizards à deux lancers-francs lors d’une séquence de deux minutes qui les voit infliger un 11-2 à leur adversaire pour revenir à égalité (53-53). C’est une nouvelle fois l’adresse longue distance des Wizards, cette fois grâce à Shabazz Napier et Bradley Beal, qui leur permet de virer en tête à la pause (63-57).

Les Wizards ont plus d’un tour dans leur sac
Le troisième quart-temps vire rapidement à la démonstration des joueurs de Scott Brooks. Dans le sillage de Rui Hachimura et de Davis Bertans (8/10 à 3-points), ils passent un 18-6 aux Warriors, terminé par deux 3-points du Letton pour prendre 17 points d’avance (83-66). Steve Kerr a beau stopper le match, ses joueurs eux continuent de perdre des ballons et de donner munition sur munition aux Wizards. L’écart atteint même les 21 unités, avant que Jordan Poole ne fasse mouche au buzzer de la période pour mettre du baume au cœur des fans de Golden State (94-76).

À l’image d’Andrew Wiggins (26 points), les Warriors continuent de se battre pour débuter le dernier quart-temps mais comme face aux Lakers, ils dépassent la barre des vingt ballons perdus. En face, David Bertans fait toujours parler la poudre et enchaîne les tirs de loin pour sceller la victoire logique de son équipe. Un succès important puisque les Wizards se rapprochent de la 8e place des Nets…

Retour à l'accueil