Trop fort pour les Sixers, Antetokounmpo se dirige sûrement vers un back-to-back

Trop fort, Giannis Antetokounmpo a été très impressionnant dans la facile victoire du leader du championnat Milwaukee face à Philadephie (119-98). Le MVP de la saison passée a encore démontré qu'il était bien parti pour conserver sa couronne individuelle avec 31 points (à 12/17 aux tirs), 17 rebonds et 8 passes réussis en à peine 29 minutes. Une performance d'autant plus notable qu'il avait face à lui Joel Embiid, lequel n'a pas fait le poids (17 pts, 11 rbds) chez des Sixers. Ils ont dû rapidement faire sans Ben Simmons, qui a quitté ses partenaires dès le deuxième quart-temps après avoir été touché aux lombaires.

Le MVP est au rendez-vous de ce match de gala : Giannis Antetokounmpo marque 7 points sur le 12-2 inaugural de son équipe. Un écart de 10 points que les Sixers vont traîner comme un boulet, notamment à cause de leur maladresse de loin : Furkan Korkmaz marque le premier 3-points de son équipe après 9 minutes et 7 ratés.

Mais Brook Lopez l’annule, et Pat Connaughton plante celui qui fait mal au terme des 12 premières minutes au terme d’une action brouillonne (31-21).

Alors que Ben Simmons a mal au dos et ne reviendra pas, il faut attendre le début du deuxième quart pour voir le premier panier de Joel Embiid, après trois ratés. Mais les deuxième et troisième arrivent dans la foulée et forcément, ça aide bien son équipe, qui revient au contact.

Sous l’impulsion de Giannis et de ses contre-attaques, Milwaukee va se rapprocher de nouveau de cette barre des 10 points d’écart mais grâce aux 12 points du Camerounais, et à la présence avec lui d’Al Horford, Philadelphie ne va passer qu’à un 3-points de Robin Lopez d’arriver à la mi-temps avec une possession de retard (56-50).

Les Bucks piétinent une proie qui ne se débat pas
Reposé par ces quelques minutes de répit, le « Greek Freak » repart à l’attaque des deux intérieurs, l’un après l’autre, et leur propose un petit récital pour un 9-2. Brett Brown est contraint de rappeler ses hommes après une banderille de l’impitoyable Wesley Matthews qui les repousse à 14 unités.

L’entraîneur lance ses remplaçants mais ils sont encore moins tranchants, Alec Burks joue les meneurs mais n’en est pas un, et avec ces 3-points que Philly ne parvient pas à mettre, Milwaukee creuse encore l’écart, jusqu’à atteindre les 25 unités. Le « one-man show » de Furkan Korkmaz évitant que la note ne soit encore plus salée (93-73).

La franchise de Pennsylvanie ne peut pas espérer grand-chose avec cette étonnante défense, notamment sur pick-and-roll, dont Milwaukee profite encore. Les Bucks ne vont pas lâcher cette proie qui ne se débat de toute façon pas beaucoup, et enchaîneront à Washington après-demain quand les Sixers tenteront eux de rebondir contre Atlanta.

Retour à l'accueil