Pascal Siakam et Serge Ibaka mènent les Raptors à une 10ème victoire d'affilée

Dans une forme éblouissante en ce début d’année, Toronto a enregistré sa dixième victoire de rang à Detroit (105-92), pour s’affirmer comme le dauphin de Milwaukee à l’Est. Un succès qui doit beaucoup aux 30 points et 7 rebonds de l’ailier camerounais Pascal Siakam, encore bien aidé par le vétéran congolais Serge Ibaka (21 pts, 6 rbds). Le champion en titre aura l’occasion d’égaler la plus longue série victorieuse de son histoire dimanche face à Chicago.

Dwane Casey a moins de réussite face à son ancienne franchise cette saison. Detroit a concédé sa troisième défaite de l’exercice 2019-2020 face au champion en titre, la cinquième de suite dans un match où la supériorité des Raptors s’est clairement faite ressentir.

Detroit est au rendez-vous en début de partie, notamment grâce à son adresse à 3-points avec Derrick Rose ou Sviatoslav Mykhailiuk qui s’offre même un 3+1 face à Fred VanVleet (13-11). Toronto répond dans la foulée avec un 9-0 et ne s’arrête pas là puisque Norman Powell poursuit avec deux dunks avant de passer le relais à Pascal Siakam qui claque un tir à mi-distance et deux paniers à 3-points (18-30).

Les Pistons s’écroulent avant le money-time
Non seulement Detroit ne parvient à réagir, mais la « second unit » des Raptors enfonce le clou avec la même agressivité. À son retour, la paire Siakam-Ibaka prend ses aises à l’intérieur, et voilà les Pistons à -14 (34-48). Derrick Rose doit se démener aux côtés des snipers Snell et Mykhailiuk pour éviter le naufrage avant la pause (47-60).

Un effort presque payant puisque Detroit parvient à revenir à deux possessions d’écart en toute fin de troisième quart-temps suite à un 10-2 alimenté par Langston Galloway, Andre Drummond, Reggie Jackson et conclu par Christian Wood au lancer (69-75).

Pas de quoi faire paniquer les Raptors pour autant. Sûrs de leurs forces, les hommes de Nick Nurse appuient soudainement sur l’accélérateur pour refaire un écart. Pascal Siakam enchaîne trois paniers près du cercle tandis que Norman Powell et Chris Boucher assomment les locaux à grands coups de dunks et revoilà le champion en titre à +22 ! (74-96). Un écart suffisant pour voir venir jusqu’au buzzer final, ce malgré un Andre Drummond enfin entreprenant (92-105).

Retour à l'accueil